Crash du vol d’Air Algérie au Mali : un recours collectif au Canada

juillet 4, 2015

Une demande de recours collectif contre Air Algérie a été déposée hier à la Cour supérieure du Québec (Canada) par un père de famille qui a perdu sa femme et ses deux enfants dans le crash du vol Ouagadougou-Alger survenu le 24 juillet 2014 au-dessus du Mali.

airalgerie

L’information rapportée par les médias locaux ne donne pas les montants réclamés par les familles des victimes. « Elles réclament des dédommagements financiers pour des préjudices moraux, traumatiques et psychologiques.», selon les mêmes sources.

Quatre Canadiens figuraient parmi les victimes du vol AH 5017 mais le recours concerne «aussi celles qui résident dans des pays étrangers ».

Cette action judiciaire doit être autorisée, au préalable, par la Cour supérieure pour qu’elle puisse éventuellement aboutir à une indemnisation.

Le crash serait dû à une erreur de l’équipage espagnole. « La cause principale de l’accident est « la non-activation du système d’antigivre des sondes moteur, alors que la température extérieure et la zone humide traversée requéraient sa mise en place », révèle une enquête judiciaire française dont les conclusions ont été rendues publiques hier par le quotidien Le Figaro.

L’avion, un MD 83, était exploité par la compagnie espagnole Swiftair qui l’a loué  ainsi que son équipage à Air Algérie.

A rappeler que la compagnie nationale est poursuivie au Canada par un autre recours collectif (https://lemontrealdz.wordpress.com/2015/04/30/recours-collectif-contre-air-algerie-au-canada/ ou http://www.elwatan.com/actualite/canada-recours-collectif-contre-air-algerie-qui-risque-gros-29-04-2015-293598_109.php).

Il a été autorisé et concerne les passagers du vol Alger-Montréal du 13 octobre 2009. Les requérants, 160 personnes, réclament un demi-million de dollars pour « retard et humiliation ».

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ——————————

copyright – 2012-2015 – Samir Ben


Diaspora : La Fondation Club avenir honorée à Montréal

juin 28, 2015

Communautaire. A force de distribuer les honneurs, on finit toujours par en attraper quelques uns. La Fondation Club Avenir dont l’un des trois fondateurs est le professeur en management Taieb Hafsi a été honorée vendredi dernier à Montréal.

Bachir Halimi et Ahmed Aina

Bachir Halimi et Ahmed Aina

Lors d’un gala organisé à l’occasion du 13ème anniversaire du groupe Atlas Média qui édite le journal Atlas Montréal destiné à la communauté marocaine du Québec et plus généralement maghrébine, les deux autres membres fondateurs de Club Avenir, Ahmed Aina, qui en assure actuellement la présidence, et Bachir Halimi ont reçu le trophée de reconnaissance au nom de la fondation.

Plusieurs autres organismes communautaires et entreprises appartenant à des membres de la communauté maghrébine ont été honorés pendant cette soirée ramadanesque avec rupture de jeûne, Iftar, qu’organisait pour la onzième année le groupe Atlas Media.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, grand twitteur devant l’Eternel et que les Maghrébins surnomment « Kader » a invité les présents à observer une minute de silence à la mémoire des victimes des attentats terroristes survenus en Tunisie, au Koweit, en Somalie et en France.

Une occasion aussi pour lui de parler du Centre de lutte à la radicalisation menant à la violence mis en place il y a quelques semaines par la ville de Montréal. Le gouvernement provincial a, lui aussi, lancé un plan de lutte à la radicalisation au début du mois de juin pour répondre aux inquiétudes suscitées, entre autres, par les jeunes Québécois qui partent à l’étranger rejoindre Daesh.

De l’argent pour la campagne électorale

Le Canada s’en va en élections législatives prévues pour le 19 octobre prochain et tout le monde est en mode électoral.

Et ce genre d’événement est très couru par les politiciens de tous les niveaux, du municipal au fédéral. Il permet aux élus d’afficher leur proximité avec la communauté en espérant qu’elle le leur rendra aux prochaines élections.

Iftar

De gauche à droite: Rachid Najahi, Directeur Général du Groupe Atlas Média, Hoang Mai, député Brossard—La prairie, Sadia Groguhé, députée St-Lambert, M Jaouad Mohamed, président Taxi Hochelaga, Denis Coderre, maire de Montréal, Marie Montpetit. Députée de Crémazie, Gaétan Barette, ministre de la santé, Maria Mourani députée de L’acadie, Alain Giguère, député Marc- Aurèle- Fortin, Djaouida Sellah, députée St-Bruno—St-Hubert, José Nunez-Mélo, député de Laval.

Bien sûr que le vote ne sera pas déterminé uniquement sur la base d’un « ramadan karim », d’un « salam alikoum » ou d’un « azul ». Mais comme dans toute relation, les petits gestes comptent !

Les contributions financières de la communauté maghrébine aux campagnes électorales des candidats de la même origine sont un autre des bénéfices que peuvent tirer ces derniers de leur participation à cet iftar.

Plusieurs d’entre eux étaient présents. Les députées-candidates du Nouveau parti démocratique (NPD) d’origine algérienne, Djaouida Sellah et Sadia Groguhé ainsi que Maria Mourani d’origine libanaise.

Ces derniers tablent beaucoup sur les petites contributions qui peuvent se faire directement sur internet. Elles permettront de prendre en charge les frais de location des locaux électoraux, achat d’affiches et pancartes, entre autres.

Il est vrai que Montréal connaît une débauche de soirées d’hommage et que l’industrie des plaques et trophées est florissante dans la métropole, mais au-delà de certains galas purement « commerciaux » et du folklore, il est important d’encourager l’excellence.

C’est ce que fait aussi depuis 2002 la Fondation club avenir avec les membres de la communauté algérienne. : encourager l’intégration par le mise de l’avant de l’excellence.

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ——————————

copyright – 2012-2015 – Samir Ben


Ensaf Haidar, épouse du blogueur saoudien Raif Badawi « La mobilisation pour libérer Raif doit continuer »

juin 18, 2015

« Ma grand-mère paternelle, originaire du sud du pays, me parlait de la vie simple et ouverte que menaient en son temps les femmes, aux côtés des hommes, leurs frères, travaillant aux champs, contribuant dans tous les domaines, travail, célébrations, prise de décision….sans se préoccuper de cette phobie de la mixité que nous avons inventée il y a une trentaine d’années », ce passage est tiré d’un texte du blogueur saoudien Raif Badawi condamné pour blasphème et publié en 2011. Il est regroupé avec d’autres écrits dans un recueil sous le titre 1 000 coups de fouet, parce que j’ai osé parler librement.

Ensaf Haidar, épouse de Raif Badawi

Ensaf Haidar, épouse de Raif Badawi

Ce passage démontre l’absurdité des accusations et de la sentence confirmée récemment par la cour suprême de l’Arabie Saoudite : 1000 coups de fouet qu’il doit recevoir à raison de 50 coups chaque vendredi et dont l’exécution est suspendue pour raison de santé, 10 ans en prison et une amende d’un million de rials – 260 000 dollars- et une interdiction de quitter le pays pendant 10 ans, après sa sortie de prison.

Une édition du recueil vient d’être publiée au Québec. A cette occasion, la femme de Raid Badawi, Ensaf Haidar, une diplômée en récitation du Coran et d’études islamiques a répondu aux questions d’El Watan dans un entretien express. La femme de 35 ans au fort caractère est loin du stéréotype de la femme saoudienne soumise. Elle a déjà dû faire face à sa propre famille avec qui elle a rompu tout contact du temps où elle vivait en Arabie Saoudite. Réfugiée avec ses trois enfants au Canada depuis 2013, dans la région de Sherbrooke au Québec, elle se bat depuis avec Amnistie Internationale pour libérer son mari à travers une campagne mondiale (Free Raif).

Maintenant que la cour suprême de l’Arabie Saoudite a confirmé le verdict de Raif, que reste-il à faire ?

Il ne nous reste qu’à espérer que le roi Salmane gracie Raif pour lui permettre de quitter l’Arabie saoudite. Et j’espère que toutes les organisations et tous les gouvernements qui nous soutiennent maintiennent leur mobilisation jusqu’à ce qu’il soit libéré.

 

Un certificat d’immigration au Québec vient d’être établi pour Raif pour des raisons humanitaires. Pensez-vous que ceci peut aider sa cause ?

Je remercie le gouvernement du Québec qui est à nos côtés depuis le début et a pris fait et cause pour Raif. C’est très important. J’espère que ça va pousser le gouvernement saoudien à le laisser venir nous rejoindre, les enfants et moi au Québec.

Quel écrit a déclenché la poursuite contre Raif Badawi ?

Sincèrement, il n’y a pas un article en particulier qui a allumé la mèche. Tous les articles ont été publiés dans des journaux saoudiens (Al Watan, Al Jazira…) ou sur des sites internet.

Et je vous assure, et je l’ai toujours dit, que ce qu’a écrit Raif a toujours été respectueux. Il n’y a eu de sa part ni provocation, ni polémique ou dépassement de lignes rouges.

Avez-vous eu de l’aide dans le monde arabe ?

Oui, bien que dans le monde arabe beaucoup de gens hésitent à revendiquer leurs libertés. Il y a eu des actions de mobilisation au Maroc, en Tunisie. Il y a des Algériens avec nous ici. Beaucoup d’autres sont convaincus de la justesse du combat de Raif aussi mais, vous le comprendrez bien, chacun a ses contraintes.

Pourquoi avez-vous choisi le Canada ?

J’ai déposé mon dossier pour refuge auprès du Haut commissariat des Nationes Unies pour les réfugiés à Beyrouth, la première ambassade qui m’a acceptée était celle du Canada. Nous étions au Liban depuis 2011 et c’est Raid qui m’a demandé de quitter l’Arabie saoudite avec les enfants.

Etes –vous, vous et les enfants, en contact avec Raif Badawi?

C’est moi qui suis en contact avec lui. Nous nous parlons au moins une fois par semaine. Quoique nous ne soyons pas parlés depuis une dizaine de jours. Pour les enfant, Ils s’intègrent bien. ils vont à l’école et mènent une vie normale mais leur père leur manque.

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ——————————

copyright – 2012-2015 – Samir Ben


Musique andalouse à Montréal : Une nouba sur le Saint-Laurent

mai 31, 2015

A des milliers de kilomètres de la mythique Andalousie et du Maghreb qui l’ont vue naître et grandir, la musique andalouse se savoure et se transmet aussi de nos jours de ce côté de l’Atlantique.

AMAM002

Concert à l’Ermitage – Collège de Montréal – Les amis de la musique andalouse de Montréal (AMAM)

Les Montréalais d’origine maghrébine et autres sont invités par Les Amis de la musique andalouse de Montréal (AMAM) à un concert auquel les organisateurs ont donné le nom de Rabii Al Andalouss. Un printemps andalou sur le Saint-Laurent, le fleuve qui étreint et porte l’île de Montréal. Une belle manière d’accueillir l’arrivée du printemps après un long et rude hiver.

L’association AMAM fondée il y a sept ans par un groupe d’amoureux de cette musique dont le chef d’orchestre Salim Bouzidi, se démarque par sa « pérennité » et sa constance dans une ville, Montréal, qui voit naître et disparaître des regroupements aussitôt annoncés.

« A la différence des autres groupes qui commencent gros et perdent des musiciens en cours de route, AMAM a commencé petit,  a grandi au cours du temps autour d’un noyau. De plus en plus de monde vient s’y greffer », expliquait la semaine dernière sur les ondes de Radio Centre-Ville, Montréal Labess, Hadjer Kebache, la manager de la formation.

AMAM003

Le chef d’orchestre Salim Bouzidi – Concert à l’Ermitage – Collège de Montréal – Les amis de la musique andalouse de Montréal (AMAM)

Transmission. Depuis janvier dernier, deux ateliers forment les enfants aux bases de la musique andalouse. Une « école » lancée à la demande des parents qui ont eu la chance d’assister aux concerts d’AMAM ces dernières années.  « Ca permet aux enfants de renouer avec leurs racines », ajoute Salim Bouzidi.

AMAM001

Première cohorte de jeunes musiciens – Concert à l’Ermitage – Collège de Montréal – Les amis de la musique andalouse de Montréal (AMAM)

L’occasion sera donnée ce samedi à ces enfants de montrer ce qu’ils ont appris ces dernières semaines. Ils feront la première partie du concert ! D’ailleurs, exceptionnellement, les  mélomanes et autres amoureux de noubas pourront être accompagnés de leurs enfants qui auront la possibilité de voir ce qu’ont accompli les petits musiciens d’AMAM.

Pour ce Rabii Al Andalouss, le printemps andalou, « 30 musiciens seront sur scène », ajoute le chef d’orchestre.

« Nous avons opté pour un programme libre. Nous avons défragmenté le répertoire conservateur en une sorte de nouba en fragments », explique Salim Bouzidi, le maestro très couru à Montréal –  un incontournable, aussi, des concerts des chanteurs algériens qui viennent se produire au Canada.

La page AMAM sur Facebook…

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ——————————

copyright – 2012-2015 – Samir Ben


Opération passeport biométrique dans l’ouest canadien

mai 17, 2015

Avec le consulat le plus proche situé à quelques 3 500 km, se déplacer à Ottawa pour se faire établir un passeport biométrique coûterait l’équivalent d’un voyage par avion vers l’Algérie pour les Algériens de Calgary et d’Edmonton!

calgary

Solution. L’ambassade d’Algérie au Canada a envoyé une mission « mobile » spéciale « passeport biométrique » dans l’ouest canadien qui a duré une semaine.

biometric_calgary

Près de 900 Algériens sur les 1 400 qui sont enregistrés comme résidents dans a province de l’Alberta ont pu finaliser leur dossier pour le fameux passeport qui remplacera le classique à la date butoir du 24 novembre 2015.

Dans la ville de Calgary, la mission a pu prendre les empreintes digitales et les photos de quelques 640 demandeurs qui avaient finalisé auparavant leurs dossiers. L’opération a duré 4 jours.

biometric_edmonton_001

A Edmonton, la capitale de la province, ce sont 250 dossiers qui ont été complétés en une journée.

Plus à l’Ouest, en Colombie Britannique à Vancouver, ce sont quelques 150 dossiers qui ont été finalisés.

Pour mener à bien cette opération, l’ambassade d’Algérie a fait appel aux associations d’Algériens qui activent localement.

Dans l’Est canadien, le consulat d’Algérie à Montréal a organisé plusieurs missions mobiles. La prochaine aura lieu dans la ville de Québec, le dimanche 7 juin.

biometric_edmonton_002

Près de 100 000 Algériens vivent au Canada. La quasi-totalité vit dans la grande région de Montréal. Ils sont desservis par deux consulats, Montréal et Ottawa, dans un pays de près de 10 millions de kilomètres carrés, le 2e au monde.

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ——————————

copyright – 2012-2015 – Samir Ben


Canada : Les Maghrébins du Québec à l’honneur

mai 16, 2015

Le Congrès maghrébin au Québec (CMQ) honore ce soir à Montréal des Québécois d’origine maghrébine.

CMQ

Une soirée de gala se tiendra au Musée des beaux arts de Montréal avec comme maîtresse de cérémonie la chanteuse d’origine algérienne Lynda Thalie. Événement très couru, plusieurs politiciens, ministres, artistes et gens des médias prendront part à la cérémonie.

Au programme musical, le CMQ a fait appel à la chanteuse d’origine marocaine vivant aux Etats-Unis, Nidal Ibourk et son orchestre oriental.

Sous le thème « De l’Andalouise au Québec : Harmonie. Diversité et Inclusion », la soirée coïncide aussi avec l’exposition « Merveilles et mirages de l’orientalisme de l’Espagne au Maroc – Benjamin constant en son temps ».

Le Congrès Maghrébin au Québec vise à travers ce concours à « mettre en exergue les éléments brillants de la communauté québécoise d’origine maghrébine », selon les organisateurs. Il est « ouvert aux gens d’affaires du Québec, œuvrant dans tous les secteurs de l’activité économique et a pour objectif de souligner le parcours d’excellence de nos concitoyens qui ont su par leurs accomplissements s’imposer dans leurs domaines respectifs ».

Concrètement, les prix seront remis dans les catégories suivantes : Arts et culture. Affaires, Engagement social et communautaire, Jeune espoir de moins de 25 ans et Professionnels du Québec.

Un jury exclusivement féminin reflétant aussi bien la diversité au Québec qu’au Maghreb a travaillé les dernières semaines pour départager les candidates et candidats. Résultat ce soir.

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ——————————

copyright – 2012-2015 – Samir Ben


Montréal : Ah Ya lyam, le « stand-up» en arabe algérien

mai 13, 2015

Le public algérien de Montréal est convié ce samedi à assister à la pièce de théâtre Ah Ya Lyam, écrite et réalisée par Said Benyoucef, un Algérien qui a roulé sa bosse dans le milieu théâtral entre l’Algérie (Oran), le Sénégal (Dakar)et le Canada (Québec, Hamilton…) comme acteur, auteur et réalisateur.

AhYaLyam

La pièce, au format « stand-up » où le rire est privilégié, laisse parler Houari qui « après vingt ans d’exil, revient sur ses pas…en Algérie, son pays natal où l ne retrouve plus ses repères ».

Said Benyoucef assume la nostalgie et tente même de la décomplexer. « D’anecdote en anecdote, dans une langue dialectale châtiée et chatoyante, la pièce dépeint dans des proportions caricaturales, une multitude de situations aussi fantasques qu’ubuesques, traduisant de façon symptomatique, un profond malaise social. Un carnet de voyage drôle, au plus près de la nostalgie mais aussi… au plus profond de l’attachement », explique-t-il.

Bien que la comédie soit en arabe algérien, Said Benyoucef la destine à tout le public maghrébin de la métropole canadienne.

Nous y reviendrons.

Plus d’infos sur :

https://www.facebook.com/pages/Ah-Ya-Lyam/305532066316754?fref=ts

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ——————————

copyright – 2012-2015 – Samir Ben


Recours collectif contre Air Algérie au Canada

avril 30, 2015

Un recours collectif a été lancé par un passager du vol Alger-Montréal du 13 octobre 2009. Le retard et l’humiliation subis par 160 passagers pourraient coûter un demi-million de dollars à la compagnie.

 ah

Près de 6 ans après l’humiliante mésaventure subie par des passagers du vol AH 2700 Alger-Montréal du 13 octobre 2009, la justice canadienne a commencé ce mardi à entendre les experts dans le cadre d’un recours collectif lancé grâce à la solide détermination d’un passager.

Le procès qui devait commencer lundi n’a été entamé que mardi car la délégation d’Air Algérie est arrivée en retard au Palais de justice de Montréal.

L’affaire devrait se tenir en deux phases. La cour supérieure du Québec déterminera ce jeudi la validité de l’accusation, après témoignages des experts de l’accusation et de la défense, dont le pilote du vol venu d’Alger. La deuxième phase aura lieu plus tard en 2016.

Les voyageurs concernés par le recours collectif sont « tous les passagers du vol AH 2700 d’Air Algérie qui devait effectuer la liaison entre Alger et Montréal le 13 octobre 2009 à 14h45 et qui détenaient un titre de transport aérien aller-retour Montréal-Alger-Montréal y compris ceux qui ont fait d’autres escales une fois rendus à Alger et avant leur retour à Montréal », selon les documents de la cour supérieure du Québec.

Le groupe soutenu par le Fonds d’aide aux recours collectifs réclame un minimum de 2 000 dollars canadiens de dommages plus les intérêts courus depuis la date du dépôt du recours.

Cette somme est demandée pour compenser « les troubles, inconvénients, fatigue et stress durant l’attente du départ et au retour » et plus important « l’atteinte à la dignité ».

Ces indemnités englobent « les frais de subsistance et d’hébergement durant l’attente; les frais de transport terrestre aller et/ou retour entre l’aéroport et un hôtel pour la nuit du 13 au 14 octobre 2009; les frais d’appel et de communications; perte de salaire pour les 14 et 15 octobre 2009; montants payés à des tiers pour gardiennage des enfants, du domicile ou d’animaux; et autres dommages découlant directement du retard. »

Pas de justice pour ceux qui résident en Algérie

Les avocats d’Air Algérie ont toutefois réussi à exclure du recours 110 passager résidents en Algérie sur les 270. Justice sera alors rendue uniquement aux 160 qui vivent au Canada.

La genèse de cette affaire remonte donc au 13 octobre 2013.  « Après avoir procédé à l’enregistrement, pour un départ prévu à 14 h 45, les passagers du vol AH 2700 au nombre de 270, composés d’adultes et d’enfants de tous âges, étaient dans la zone d’embarquement en vue de monter à bord du vol AH 2700 d’Air Algérie à destination de Montréal », selon les documents de la cour supérieure du Québec.

Ce n’est qu’aux environs de 16 h 30, que des agents d’Air Algérie « ont informé les passagers que le départ avait été retardé » en raison d’un problème technique et les a appelés à monter à bord de l’avion en vue du vol.

Après deux heures dans l’avion, les passagers sont débarqués.  Vers 20 h 00, Air Algérie distribue aux passagers des sandwichs, une tranche de gâteau et une bouteille d’eau.

Le vol est ensuite annulé et on informe les passagers vers 21h00. Ils sont emmenés à l’hôtel pour passer la nuit. Surprise. A l’hôtel, on les informe qu’il n’y avait pas assez de chambres pour accueillir tout le monde à cause d’un congrès.

Les passagers, selon la cour, « ont été laissés complètement à eux-mêmes. Aucun responsable d’Air Algérie n’était présent » pour les assister. Les familles ont été séparées afin de pouvoir attribuer les chambres aux personnes de même sexe.

« Nombreux autres passagers, certains avec leur famille, ont dû passer la nuit, sans dormir, assis dans des escaliers et sur des chaises de l’hôtel. D’autres sont repartis à l’aéroport à bord des navettes et se sont couchés par terre ou sur des sièges de la salle d’attente en attendant le vol promis pour le lendemain. », ajoute la cour.

Ce n’est qu’aux environs de 3 h 30 le matin du 14 octobre 2009, « fatigués voire même exténués » que les passagers ont été invités à embarquer dans des minibus qui « les ramenaient à l’aéroport d’Alger pour s’enregistrer à nouveau en vue du vol vers Montréal ». Et encore un autre retard. Ce n’est qu’à 7 h 30, le mercredi le 14 octobre 2009, que l’avion a quitté Alger.

Si ces voyageurs d’infortune ont trouvé le moyen et la possibilité de faire valoir leurs droits grâce à un passager déterminé, qu’en est-il des milliers d’autres ?

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ——————————

copyright – 2012-2015 – Samir Ben


Montréal : une fin de semaine sous le signe de Tamazight

avril 25, 2015

Le 35ème anniversaire du Printemps berbère marquera la fin de semaine pour la communauté berbère et les sympathisants de la cause amazighe en Algérie et au Maghreb et ceux qui y voient une revendication démocratique légitime.

Robe_Kabyle

Journée de la Robe kabyle – quartier Rosemont – Montréal

Plusieurs activités sont programmées dans la métropole canadienne à cette occasion. Certes, il y l’incontournable volet festif mais la date se prête aussi à la réflexion.

Le Centre amazigh de Montréal proche des revendications du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) organise quatre conférences ce samedi après-midi.

Elles porteront sur le mouvement berbère des années 70 et l’affaire des poseurs de bombes du journal El Moudjahid en 1976. Elle sera donnée par Kaci Lounes, l’un des condamnés dans cette affaire.

Lhacène Ziani, ancien ministre du « gouvernement du MAK », parlera des événements de 1980 et 2001.

Le journaliste Yahia Arkat abordera le traitement de l’information pendant les événements de 1976, 1980 et 2001. Le linguiste Ramdane Achab parlera de Tamazight, état des lieux et perspectives.

De son côté, l’Association des amis de l’Algérie plurielle dont les idées se rapprochent de celles du Front des forces socialistes (FFS) organise elle-aussi une conférence débat sur la genèse des événements de 2001 et leurs développements. Elle sera animée par Malek Benslama membre de la direction du Conseil national des enseignants du supérieur (CNES), Badreddine Djahnine, ex-SG du Syndicat d’entreprise des travailleurs de l’éducation (SETE) de Bejaia et Mabrouk Rabahi, membre du Collectif étudiant d’Oran.

Il faut aussi noter la journée de la Robe kabyle organisée par la militante et journaliste berbère Djamila Addar et qui a eu lieu la semaine dernière dans le Petit Maghreb de Montréal.

Plus de détails :

https://www.facebook.com/events/1666502330239467/

et

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=1439946959636979&set=a.1384201671878175.1073741826.100008650663550&type=1&theater

 

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ——————————

copyright – 2012-2015 – Samir Ben


Le procès du hacker Hamza Bendelladj fixé au 5 octobre

avril 13, 2015

Une audience préliminaire est prévue aujourd’hui mardi devant un tribunal d’Atlanta. L’Algérien de 26 ans risque 30 ans de prison.

 hamzabendelladj004

Le procès de Hamza Bendelladj surnommé « le hacker souriant » a été fixé au 5 octobre prochain a appris El Watan auprès du département de justice de l’Etat de Géorgie où est détenu le jeune algérien de 26 ans depuis mai 2013.

Après une arrestation hypermédiatisée en janvier 2013 à l’aéroport de Bangkok en Thaïlande où il était en transit entre la Malaisie et l’Égypte suivie de son extradition en mai de la même année vers les Etats-Unis, on n’a plus entendu parler du hacker connu sous le pseudonyme de « Bx1 ».

La justice américaine le poursuit pour 23 chefs d’accusation, notamment pour avoir participé au développement, à la vente et à la distribution du virus SpyEye. Chacun de ces chefs d’inculpation pourrait coûter une peine de 5 à 20 ans et une amende de 14 millions de dollars. Selon diverses sources, il risque un peine de prison de 30 ans. Aucune accusation de cyber-terrorisme n’a été évoquée.

«Les charges retenues contre Hamza Bendelladj et ses co-accusés sont utilisation des serveurs destinés à prendre le contrôle d’ordinateurs personnels et d’avoir fait une promotion agressive de leur virus visant d’autres cybercriminels internationaux pour voler des données confidentielles», selon le communiqué de la justice américaine diffusé lors de son arrestation.

SpyEye volait automatiquement sur les ordinateurs infectés des données personnelles et des informations financières.

«L’acte d’accusation fédéral et l’extradition de Bendelladj doivent être vus comme un message très clair aux cybercriminels internationaux qui se sentent en sécurité derrière leurs ordinateurs dans des pays étrangers : ils sont, en fait, à portée de main», continue le même communiqué.

Son avocat américain commis d’office par la justice américaine n’a pas voulu confirmer à El Watan si Hamza Bendelladj allait plaider coupable comme l’un de ses coaccusés, le Russe Aleksandr Panin .

Ce dernier avait plaidé coupable en janvier 2014 devant le tribunal fédéral d’Atlanta pour création de virus en vue de commettre une fraude bancaire.

Panin et Bendelladj auraient conspiré pour écouler ce virus au prix unitaire de 1000 à 8500 dollars sur des forums spécialisés. Le Russe aurait vendu le virus à quelques 150 clients. A titre d’exemple, l’un d’eux aurait subtilisé la somme de 3.2 millions de dollars en 6 mois des différents comptes bancaires.

Le hacker souriant semble, selon l’acte d’accusation être un « simple revendeur » des produits du pirate russe. C’est à travers lui que le FBI a pu remonter la filière. Son serveur était hébergé à Atlanta. C’est pour cette raison qu’il est incarcéré dans cette ville.

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ——————————

copyright – 2012-2015 – Samir Ben


Suivre

Recevez les nouvelles publications par courriel.

Joignez-vous à 213 autres abonnés