Les amis de la musique andalouse de Montréal (AMAM): 10 années sans fausse note !

« Quand tu es dans le désert et que tu as soif, il faut que tu creuses pour survivre ». C’est la règle que s’est appliqué le jeune chef d’orchestre Salim Bouzidi quand, en 2008, le besoin de perpétuer la tradition musicale andalouse à Montréal est devenu une nécessité vitale pour lui.

Depuis son arrivée au Canada en 1999, il a travaillé avec d’autres musiciens amoureux de cette musique lors de concerts de chanteurs algériens de passage dans la ville mais avait. Mais il n’a pas eu la chance de continuer à pratique l’andalou appris en Algérie.

« J’ai accompagné des chanteurs qui se produisaient ici dans un style moderne mais il y avait toujours ce besoin de retour à la musique andalouse. Je gardais les numéros de téléphones des musiciens avec qui je travaillais. J’ai fini par rassembler ceux qui étaient intéressés de près ou de loin et on s’est réuni un 23 novembre 2008 pour former un vrai groupe de musique », nous explique-t-il avant le concert de ce samedi soir qui marque le 10e anniversaire de l’orchestre des Amis de la Musique Andalouse de Montréal (AMAM).

Le concert de ce soir permettra aux présents d’apprécier le travail accompli durant les dix dernières années avec une place de choix pour la relève. « Nous sommes en train de préparer sérieusement la relève et nous allons donner la preuve ce samedi », ajoute Salim Bouzidi qui rappelle que ce pas la première fois qu’il fait monter les « bourgeons » sur scène.

« La soirée se déclinera sous forme de courbe. Nous confierons la première partie aux classes d’initiation. Ce sera historique. On aura la première Nouba [thème musical, NDLR] exécutée par des enfants à Montréal », ajoute le chef d’orchestre.

« Pour les adultes, le programme est centré sur l’anniversaire. Plus festif, moderne et qui s’inspire du mode sahli. Et comme c’est une célébration joyeuse, on se permet de jouer des chansonnettes de plusieurs créateurs. On rend hommage aussi à Cheikh El Hasnoui, un avant-gardiste qui a fait des valses,des rumba dès les années 1940 ». détaille-t-il.

La soirée continuera avec des artistes confirmés dont certains ont gradué dans l’association AMAM comme Kamel Berranen, Abdellah Bendaoud ou Rachid Khali arrivé plus récemment d’Algérie.

Le concert de ce samedi « marquera l’accomplissement d’une décennie mais aussi le début d’une autre avec la collaboration et l’attention de tous les amoureux de la musique classique andalouse », dit Salim Bouzidi qui fait remarquer que ces amoureux ne viennent pas tous du Maghreb. Dans les classe d’initiation, sont inscrits aussi des enfants canadiens (québécois) dont les parents ont eu la chance de connaître cette musique.

Le secret de la durée de l’orchestre AMAM? Salim Bouzidi le résume en deux mots : « Patience et et passion! ».

A noter que ce concert est donné en collaboration avec NeoFuse Events.

Pour assister :

https://www.eventbrite.ca/e/billets-amam-concert-10ieme-anniversaire-43094579046

Advertisements

One Response to Les amis de la musique andalouse de Montréal (AMAM): 10 années sans fausse note !

  1. André dit :

    Pourquoi annoncer cet intéressant événement le jour même? Trop tard.Dommage!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :