Un jeune policier d’origine algérienne perd la vie au Nord du Québec

décembre 21, 2017

Un jeune policier d’origine algérienne, Lyes Cherifi, est mort dans la nuit du lundi à mardi dernier dans un accident de la route près d’Oujé-Bougoumou un village autochtone Cri à 750 kilomètres au nord de Montréal.

« Un tragique accident de la route survenu sur la soute 113 près d’Oujé-Bougoumou, durant la soirée du 18 décembre, a coûté la vie à un membre des Forces policières Eeyou Eenou. Le gouvernement de la nation crie est attristé par la perte de ce jeune homme plein d’avenir qui est venu pour servir notre communauté », indique un communiqué du gouvernement local.

Le jeune policier âgé de 26 ans était au volant de sa voiture entre le village Cri de Waswanipi et Oujé-Bougoumou en pour participer à une fête organisée par ses collègues policiers.

Vers 19 :15, son véhicule percute une voiture venant sens inverse.  «  D’après les premières constatations, un des deux véhicules aurait dévié de sa voie pour aller percuter l’autre véhicule qui arrivait en sens inverse », selon la Sûreté du Québec. Le verglas pourrait expliquer l’accident qui a coûté la vie au jeune policier.

Lyes Cherifi a fini ses études pour devenir policier en juillet dernier à l’Ecole nationale de police du Québec à Nicolet. Il avait postulé pour travailler dans le Service de police de la ville de Montréal. En attendant la réponse à sa demande, il a décidé d’aller travailler pour une courte durée au Nord pour renforcer son expérience du terrain.  Il était en poste depuis un mois.

Auparavant, il avait suivi une formation en techniques policières à Drummondville à une centaine de kilomètres de Montréal où vit sa famille.

Il n’est pas passé inaperçu dans cette ville où il a travaillé comme policier à temps partiel. Le maire de cette ville lui a rendu un hommage sur la page Facebook de la ville.

« Pendant sa formation comme policier, il a rendu de fiers services à la Ville de Drummondville. Au cours des dernières années, il m’a été donné à plusieurs reprises d’apprécier son efficacité, son ouverture, sa grande gentillesse et un sens du jugement inné. Tout cela en aurait fait un grand policier », affirme Alexandre Cusson, le maire de Drummondville.

Un de ses collègues de la même ville, Felix Mass. a affirmé au site Vingt55 que Lyes Cherifi  «contaminait positivement les gens par sa joie de vivre et son bonheur. Il savait s’intégrer partout où il allait. Il avait un grand coeur. C’était un travaillant et il était prêt à aller n’importe où pour accomplir son rêve de devenir policier à Montréal. Il avait cette facilité à se faire apprécier de tous et rapidement, on peut dire que c’était un homme au grand cœur, à qui le destin et la vie ont joué un dur coup. Il est parti beaucoup trop tôt» .

 

Originaire d’Azazga en Kabylie, Lyes Cherifi est arrivé au Canada à l’âge de 7 ans avec sa famille. Il laisse dans le deuil un père, une mère, un frère et une sœur et tous ceux qui l’ont connu.

Sa mère, Tassadait Ould Hammouda est connue dans la communauté kabyle du Québec pour avoir lancé la troupe de danse Tafsut.

Il sera enterré ce vendredi à Montréal. « Il aimait le Québec » nous dit un ami de la famille. « C’est dur » est la phrase que répétait sa mère, inconsolable, hier soir au téléphone.

 

 

Recueillement :

Jeudi 21 décembre à partir de 18h00

Salon Funéraire Magnus Poirier

7388, Boulevard Viau Montréal (Québec) H1S 2N9

Tel. 514.727.2847

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ——————————

copyright – 2012-2017 – Samir Ben

Advertisements

Air Algérie Canada : Un email pour les réclamations des passagers

décembre 17, 2017

Les passagers mécontents ou ceux ayant des réclamations qui n’ont pas abouti par les voies de recours normales peuvent désormais s’adresser à la représentante générale d’Air Algérie au Canada  en lui envoyant directement un email.

« J’invite nos clients à m’envoyer leurs réclamation  sur cet email que je supervise personnellement [contactcanada@airalgerie.dz]», a affirmé Amal Rahal à El Watan en marge de la cérémonie de remise de prix d’un tirage organisé par la Fondation Club Avenir .
A la même occasion, elle a reconnu et dit comprendre la frustration des clients qui appellent à l’agence mais aboutissent sur une boîte vocale.
Pour remédier à cette situation qu’elle a constatée à son arrivée à Montréal en août dernier, elle invite les clients à ne pas hésiter et laisser des messages avec nom et numéro de rappel. Elle s’est engagée à ce que tout message soit traité et le client rappelé dans  la journée en attendant de trouver d’autres solutions.
Pour la période de fin d’année Air Algérie a rajouté deux vols entre Alger et Montréal passant à 6 vols par semaine. La représentante au Canada  affirme que le focus est maintenant sur la saison estivale 2018. « Les vols pour l’été 2018 sont déjà ouverts à la vente », a-t-elle ajouté.
A rappeler qu’avant d’être affectée à Montréal, Amal Rahal occupait le poste de directrice qualité et sécurité aérienne chez Air Algérie. Elle cumule plus de 30 ans de travail au sein de la compagnie nationale. Elle est entrée à Air Algérie en 1985 année où elle avait décroché son diplôme d’ingénieur de l’École militaire polytechnique de Rouiba (ex-École Nationale des Ingénieurs et des Techniciens d’Algérie – ENITA).
Adresse de réclamation : contactcanada@airalgerie.dz.
No d’appel : (514) 905-0147.

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ——————————

copyright – 2012-2017 – Samir Ben


L’Algérie, un pays « à risque élevé de fraude» selon un rapport diplomatique canadien

décembre 1, 2017

Un rapport d’audit interne sur la gestion des ambassades commandé par le ministère canadien des affaires étrangères qualifie l’Algérie de pays « à risque élevé de fraude».

Produit en juillet dernier et divulgué ce mois de novembre, le rapport s’est intéressé à plusieurs représentations diplomatiques canadiennes dans le monde dont celle d’Alger pour la période allant d’avril 2015 à février 2017.

Plusieurs irrégularités ont été constatées par les auditeurs dans le processus d’approvisionnement et la passation de marché, entre autres. L’ambassade n’applique pas systématiquement «…les procédures prescrites par l’administration centrale en matière  de passation de marchés …», peut-on y lire.

Pour illustrer leur propos, les auditeurs donnent l’exemple un contrat  d’aménagements paysagers conclu entre l’ambassade et un fournisseur algérien dont le nom a été caviardé dans la version publique du rapport.  Du fait du renouvellement annuel du contrat avec ce dernier, le même service a connu une hausse de 68% sur trois ans.

Le ministère canadien des affaires étrangère a lancé cet audit après avoir découvert des manœuvres frauduleuses au consulat canadien en Haiti qui au coûté 1.7 millions de dollars au trésor public.

En 2015, selon Radio Canada, une autre fraude d’une valeur de 75 000 dollars sur les bons d’essence a été détectée à l’ambassade canadienne en Cote d’Ivoire qui était dirigée par l’actuelle ambassadrice à Alger. L’employé local incriminé a été licencié.

Le Canada a 179 missions dans 109 pays. L’audit a été mené à  Abuja (Nigeria), Moscou (Russie), Nairobi (Kenya) et New Delhi (Inde).

Vue d’Alger, cette historie peut sembler anecdotique mais elle constitue une belle leçon de démocratie et de reddition de compte quant à la gestion de l’argent des contribuables.

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ——————————

copyright – 2012-2017 – Samir Ben