Air Canada va inaugurer le vol Montréal-Alger ce samedi

juin 30, 2017

Le premier vol direct d’Air Canada entre Montréal et Alger sera inauguré demain à partir de l’aéroport Pierre Elliott Trudeau, annonce la compagnie canadienne par voie de communiqué.

« Air Canada est ravie de proposer un service sans escale au départ de Montréal et à destination d’Alger, une nouvelle destination attrayante qui renforce la place de l’aéroport Montréal-Trudeau en tant que plaque tournante stratégique pour l’ensemble de l’est du Canada et du nord-est des États-Unis, a affirmé Benjamin Smith, président – Transporteurs de passagers d’Air Canada. Misant sur le succès du service d’Air Canada Montréal–Casablanca maintenant assuré toute l’année, le service à destination d’Alger sera le seul vol sans escale exploité par un transporteur canadien entre Montréal et cette ville d’Afrique du Nord, établissant Air Canada comme un acteur de premier plan dans le marché important et grandissant entre le Canada et l’Algérie. Ce sera notre deuxième destination en Afrique, ce qui fait d’Air Canada l’un des rares transporteurs internationaux qui exploitent des vols à destination des six continents habités. »

« Grâce à ce nouveau vol saisonnier, il sera maintenant possible de voyager et de transiter par Alger sans escale. Cela permettra d’élargir l’éventail d’opportunités des voyageurs, en plus de faire rayonner le Québec à l’étranger. En effet, je suis certaine que ce vol aller-retour favorisera l’attraction touristique vers notre belle métropole montréalaise. Finalement, ce vol est une bonne nouvelle pour les gens d’affaires et facilitera les relations commerciales, entre le Québec et l’Algérie, a déclaré Lise Thériault, vice-première ministre, ministre responsable de la Condition féminine, ministre responsable des PME »

« L’horaire des vols est prévu de façon à optimiser les correspondances à la plaque tournante d’Air Canada à Montréal », selon la même source.

La nouvelle liaison saisonnière sera assurée par Air Canada Rouge, la filiale low cost de la compagnie canadienne. La desserte se fera au moyen d’appareils Boeing 767-300ER de 282 places avec trois options de confort, selon la même source : la classe économique; la place Préférence, offrant plus d’espace pour les jambes; et Premium Rouge, offrant plus d’espace personnel et un service supérieur.  A rappeler qu’Air Canada dessert déjà Alger à partir de Montréal via Francfort (Allemagne) en partenariat avec Lufthansa. De son côté, Air Algérie a une ligne directe depuis juin 2007.

 

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ——————————

copyright – 2012-2017 – Samir Ben

Advertisements

Montréal : Quand Taos Amrouche croise Assia Djebar

juin 18, 2017

La seconde édition de la journée Assia Djebar au Québec a été entamée hier sous le signe du chant berbère avec un récital de la soprano Fayrouz Oudjida qui a puisé dans le riche legs de Taos Amrouche.

Accompagné de Takfarinas Kichou au bendir et de Mehdi Nacer à la guitare,  Fayrouz Oudjida qui ne parle pas berbère, faut-il le souligner, a mené son programme avec la perfection qu’on lui connaît, l’entamant avec une chanson chaouie, suvie de Thakhoukhets Athoumalou ( le pêcher du champs à l’ombre) la chanson coup de cœur de Fayrouz Oudjida. Plusieurs chansons plus loin dont une en espagnole et le beau Essendou, elle finira son programme par une chanson kabyle rythmée.

« Pour moi, Taos Amrouche et Assia Djebar sont deux icônes de la culture algérienne. Chanter Taos Amrouche, un projet qui a mûri pendant 15 ans, le jour de la célébration de notre romancière est ma façon à moi de rendre hommage aux deux. », nous dit Fayrouz Oudjida.

Aujourd’hui à l’Université Concordia dont Assia Djabar détient un doctorat honoris causa, sera projeté le film que lui a consacré en 1992 le documentariste Kamal Dehane, Assia Djebar entre ombre et soleil.

Il sera suivi d’une « discussion avec les panelistes Lise Gauvin (Université de Montréal), Françoise Naudillon (Université Concordia), Marie-Blanche Tahon (Universtié d’Ottawa) et Saliha Beroual (Université Concordia) ».

Les organisateurs ont aussi prévu des « lectures et musique autour de l’œuvre d’Assia Djebar avec Marika Fellegi, violoniste et Elitsa Dimitrova, pianiste interprétant une œuvre originale. »

« La Journée Assia Djebar vise à rendre hommage à l’universalité de l’œuvre de cette écrivaine francophone d’origine algérienne qui lègue au monde de la littérature un héritage considérable. Lors de cette journée, c’est l’ensemble de son parcours d’écrivaine, de cinéaste et de militante pour la cause des femmes qui sera présenté et célébré par les amoureux du livre mais aussi par celles et ceux pour qui Assia Djebar a entretenu le désir de lire », expliquent les organisateurs.

A noter que plusieurs partenaires se sont associés pour ces deux journées d’hommage : Racines et Confluences, SN Production, Mémoire d’encrier et l’Union des écrivaines et des écrivains québécois en collaboration avec le Consulat d’Algérie à Montréal et le Département d’Études françaises de l’Université Concordia.

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ——————————

copyright – 2012-2017 – Samir Ben


Montréal : Deuxième édition de la journée Assia Djebar

juin 16, 2017

La deuxième édition de la journée Assia Djebar se tient aujourd’hui à Montréal à la maison des écrivains, siège de l’Union des  écrivaines et écrivains du Québec.

L’hommage à la romancière algérienne se déclinera en deux temps. Aujourd’hui, date anniversaire son entrée à l’académie française un certain 16 juin 2005, « la soprano Fayrouz Oudjida, accompagnée par Tacfarinas Kichou au bendir, offrira un récital de chants berbères de Taos Amrouche », selon le programme annoncé.

Demain à l’Université Concordia dont Assia Djabar détient un doctorat honoris causa, sera projeté le film que lui a consacré en 1992 le documentariste Kamal Dehane, Assia Djebar entre ombre et soleil.

Il sera suivi d’une « discussion avec les panelistes Lise Gauvin (Université de Montréal), Françoise Naudillon (Université Concordia), Marie-Blanche Tahon (Universtié d’Ottawa) et Saliha Beroual (Université Concordia) ».

Les organisateurs ont aussi prévu des « lectures et musique autour de l’œuvre d’Assia Djebar avec Marika Fellegi, violoniste et Elitsa Dimitrova, pianiste interprétant une œuvre originale. »

« La Journée Assia Djebar vise à rendre hommage à l’universalité de l’œuvre de cette écrivaine francophone d’origine algérienne qui lègue au monde de la littérature un héritage considérable. Lors de cette journée, c’est l’ensemble de son parcours d’écrivaine, de cinéaste et de militante pour la cause des femmes qui sera présenté et célébré par les amoureux du livre mais aussi par celles et ceux pour qui Assia Djebar a entretenu le désir de lire », expliquent les organisateurs.

A noter que plusieurs partenaires se sont associés pour ces deux journées d’hommage : Racines et Confluences, SN Production, Mémoire d’encrier et l’Union des écrivaines et des écrivains québécois en collaboration avec le Consulat d’Algérie à Montréal et le Département d’Études françaises de l’Université Concordia.

 

Plus :

Aujourd’hui : https://www.uneq.qc.ca/evenement/6530/

Demain : https://www.uneq.qc.ca/evenement/journee-assia-djebar-edition-2017/

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ——————————

copyright – 2012-2017 – Samir Ben


Ramadhan à Montréal : Jamais sans ma zlabia de Boufarik !

juin 15, 2017

Zlabia et Ramadan sont indissociables dans la culture populaire algérienne. Ceci reste valable partout où s’« exportent »  les Algériens.

Premier jour du Ramadhan à Montréal. Plus on avançait dans la journée, plus l’envie d’une zlabia, ce fameux gâteau frit au miel, devenait pressante. Pour trouver la meilleure zlabia dans la ville, Il n’y a pas mieux que les réseaux sociaux pour avoir la réponse.

Et pas n’importe quelle zlabia, celle de Boufarik, la variante «de forme longue, en bâtonnets et légèrement épaisse, de couleur jaune-marron», comme la définit savamment Wikipédia. Facebook n’a pas mis beaucoup de temps avant de ramener la bonne réponse.
«La zlabia la plus proche et qui ressemble à 95% à celle de Boufarik est faite par un Boufarikois depuis plusieurs années ici à Montréal. Il se ressource chaque année au bled.

La pâtisserie La Marguerite, près de l’Intermarché, à l’intersection des boulevards Viau et Robert [pas très loin du quartier le Petit Maghreb, NDLR]», poste sur Facebook Abdelkader Kechad, lui aussi originaire de la même ville. Il a fondé en 1997, le premier site web d’information pour les Algériens du Canada, Algeroweb qu’il a rebaptisé, quelques années plus tard, Ksari, du nom du mythique quartier où se fait la zlabia de sa ville d’origine.

Pour les inconditionnels de cette douceur, «la meilleure zlabia est à El Ksari, à côté de la gare de train de Boufarik. L’endroit où tout a démarré avec la famille Aksil», ajoute un autre Boufarikois de Montréal, Abdelkader Kherrat. Direction donc la pâtisserie La Marguerite, au quartier St-Léonard, historiquement peuplé par une majorité d’immigrants italiens de l’après-guerre, longtemps avant l’arrivée des Maghrébins. Il reste moins de 3 heures pour El iftar.

Les deux jeunes vendeuses de La Marguertie n’ont pas le temps de souffler : 500 g de zlabia pour ce client à 15$ (1800 DA) le kilo, 6 pains pour l’autre, 4 qalb ellouz pour cette jeune fille, un pain brioché pour la dame au foulard, des qtayef et des mille-feuilles pour ces deux frères… et la file ne diminue pas en ce dimanche après-midi. Le présentoir regorge aussi de pâtisseries françaises très prisées par la clientèle essentiellement maghrébine, sans oublier le pain au sanoudj (grains de nigelle), au sésame ou aux grains d’anis.  Dans l’arrière-boutique, Mohamed, le zlabia-man, est affairé à préparer la zlabia.

Toute la panoplie du parfait préparateur de zlabia est là, dont le fameux entonnoir. Matériel importé de Boufarik. La semoule, elle-même, vient d’Algérie. Le sirop est fabriqué dans le magasin. «On n’utilise pas la semoule d’ici, car elle est mélangée avec d’autres ingrédients (maïs…)», explique-t-il. En arrivant à Montréal en 1996, il ne se destinait pas à faire de la zlabia. D’ailleurs, il ne savait même pas la préparer, bien qu’il soit originaire de Boufarik -la cité CNEP, pas loin d’El Ksari.

«Tous mes amis et mes voisins en Algérie font de la zlabia. Comme j’avais émigré jeune, à l’âge de 18 ans, je n’ai pas eu le temps d’apprendre à la préparer. Mon aventure a commencé quand j’ai vu quelqu’un à Montréal faire une sorte de zlabia difforme qu’il appelait zlabia de Boufarik ! Sur la blague, j’ai dit à un ami que la prochaine fois que je descends au bled, j’irai apprendre comment la préparer ! J’ai fait un ‘stage’ de trois mois en Algérie pour l’apprendre», explique-t-il, pendant qu’à l’aide de son entonnoir rempli d’une pâte fluide il « dessinait » la zlabia dans l’huile bouillante.

Après l’avoir laissée dorer, il la plonge dans le sirop onctueux à base de sucre préparé auparavant. «Nous préparons la zlabia depuis 15 ans. Mais nous sommes installés dans ce magasin depuis seulement 3 ans. Nous avons commencé à la faire à la maison puis on est passés par la Table fleurie d’Algérie [célèbre pâtisserie algérienne du Petit Maghreb, NDLR], principalement pendant le mois du Ramadan. Mais dans ce magasin, la zlabia est disponible à longueur d’année. En dehors du mois sacré, elle se vend bien les week-ends !», explique Noureddine, le copropriétaire des lieux et originaire de Bouzaréah (Alger).

«Beaucoup d’Algériens viennent s’approvisionner ici. Chaque jour, nous écoulons 200 kg de zlabia entre la vente au magasin et la distribution. Le week-end, on dépasse les 250 kg», ajoute cet ancien ingénieur en électronique en Algérie. Au même moment, il reçoit un coup de téléphone. Une dame de la ville du Québec passait une commande pour des gâteaux et de la zlabia.
«On la distribue dans les magasins halal et les boulangeries. Notre zlabia est distribuée dans la ville du Québec, à Ottawa et à Kingston (Ontario). On a aussi quelques clients réguliers des Etats-Unis», affirme Noureddine.

Zlabia au sirop d’érable ?

A un peu moins de 4 km au sud, le Petit Maghreb. Ici, la terrasse du bar Zoé est ouverte, un client est installé avec une bière. Même chose au bistro chez Albero, un coin de rue plus loin.

Seul signe de Ramadhan, et pas des moindres : les cafés sont vides ou fermés. Il faudra revenir le soir ! Le café Safir, célèbre point de ralliement des fans de l’équipe nationale de football (soccer au Canada) est lui aussi fermé. Des enfants enchaînent les katas dans le dojo situé de l’autre côté de la rue, sous le regard de leur entraîneur (Sensei) Redouane Malek, champion canadien et algérien de karaté koshiki.

Juste à côté, des clients s’alignent à l’intérieur de la boulangerie Castel face à une batterie de grands plateaux de qalb ellouz.
Au coin de la 14e avenue, la pizzeria Pino se transforme chaque Ramadhan, depuis quelques années, en lieu de préparation et de vente de zlabia. Le chef ici est Omar. Il vient de Tizi Ouzou.

«Ma famille à Tizi Ouzou et moi nous préparons la zlabia de depuis 1962. A Montréal, depuis 2012», explique Omar, le zlabia-man, pendant que son collègue allume l’écran installé à l’entrée. C’est le journal télévisé en tamazight sur Canal Algérie !
Quand le journaliste demande si on peut préparer une bonne zlabia de Boufarik avec du sirop d’érable, la réponse de Omar, Mohamed ou Noureddine est sans équivoque : non ! pour la simple raison que le sirop d’érable est trop liquide, alors que la zlabia demande du sirop onctueux.

Il ne faut pas pousser l’intégration trop loin ! «Non on ne peut pas. Le sirop d’érable est léger. Celui que nous fabriquons à base de sucre est plus onctueux, ajoute Noureddine. Cela va revenir trop cher et elle ne se conservera pas bien. Quand le sirop est onctueux, ça se conserve trois jours sans souci. Pour l’anecdote, nous avons des clients qui nous demandent de leur vendre ce sirop pour leurs gâteaux (makrout et autres), chose que nous ne faisons pas malheureusement».

 Le temps et les 6248 km de distance entre Montréal et sa ville d’origine finiront certainement par imposer un compromis pour mettre un peu de sirop d’érable dans la zlabia de Boufarik !

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ——————————

copyright – 2012-2017 – Samir Ben


La vice-Première ministre du Québec en visite en Algérie

juin 13, 2017

Lise Thériault, la vice-Première ministre de la province canadienne du Québec, en charge de la PME et de la Condition féminine, effectuera une visite en Algérie du 1er au 10 juillet prochain, a appris El Watan auprès de son cabinet.

Une visite axée sur l’entrepreneuriat en général et l’entrepreneuriat féminin en particulier. La vice-Première ministre sera à la tête d’une délégation composée principalement de femmes entrepreneures, dont Ruth Vachon, la présidente du Réseau des femmes d’affaires du Québec. La délégation arrivera dans le vol inaugural de la ligne Montréal-Alger d’Air Canada Rouge, la filiale low cost de la compagnie canadienne.

On ne sait pas encore qui sont les responsables algériens qui recevront la ministre. Mais une rencontre avec Ali Haddad, le président du Forum des chefs d’entreprise, est très probable, car cette visite a été abordée début avril dernier lors de la mission du FCE à Montréal. Une autre réunion devrait se dérouler avec les membres du Réseau des femmes d’affaires algériennes (RAFA), une association créée en janvier 2016.
Par ailleurs, en octobre prochain, selon d’autres sources, Christine St-Pierre, ministre des Relations internationales du Québec, se rendra en Algérie pour une visite de plusieurs jours. Au programme : la reconnaissance des diplômes entre l’Algérie et le Québec et le dossier de la Sécurité sociale.

Le volume des échanges entre les deux pays a connu une baisse considérable ces dernières années. Il est passé de 3,72 milliards de dollars en 2013, à 1,5 milliard en 2015 avant de se redresser à 2,37 milliards en 2016. «En 2016, l’Algérie était le premier partenaire commercial bilatéral du Canada en Afrique, et le 32e partenaire commercial bilatéral du Canada.

L’Algérie a été, de 2007 à 2012, le plus important fournisseur de pétrole brut au Canada, et en 2016, le deuxième plus important fournisseur de pétrole brut au Canada après les Etats-Unis», selon les chiffres fournis par les services commerciaux de l’ambassade du Canada en Algérie.
«En 2016, les importations du Canada provenant de l’Algérie se chiffraient à presque 1,9 milliard de dollars canadiens et étaient essentiellement constituées de pétrole brut (98%).

 La même année, les principales marchandises exportées par le Canada vers l’Algérie étaient les céréales (67,7%, principalement du blé dur), les légumineuses (12,3%) et de la machinerie (8,1%). En 2016, la valeur de nos exportations vers l’Algérie a décliné de 13,5% par rapport à 2015. L’Algérie était en 2016, le plus important acheteur mondial de blé dur canadien. Ces statistiques ne tiennent pas compte du secteur des services pour lequel Statistique Canada ne fournit pas de données pour l’Algérie. Selon Statistique Canada, les exportations de services vers tous les pays du Maghreb se sont élevées à 470 millions de dollars en 2015», ajoute la même source.

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ——————————

copyright – 2012-2017 – Samir Ben


Le Wali d’Alger en visite à Montréal

juin 11, 2017

Abdelkader Zoukh, Wali d’Alger sera en visite à Montréal du 19 au 22 juin, a-t-on appris de sources concordantes. Il sera accompagné de Abdelhakim Bettache, maire d’Alger-Centre.

Le déplacement du wali d’Alger dans la métropole canadienne se fera à l’occasion du 12e Congrès mondial Metropolis, l’association mondiale des grandes métropoles, des grandes villes et des aires métropolitaines.  Un regroupement créé il y a 30 ans et  qui compte 140 membres.

«Sous le thème  ‘Enjeux globaux : Métropoles en action’, le 12e Congrès mondial de Metropolis rassemblera les décideurs des grandes villes du monde entier, ainsi que les acteurs publics, institutionnels, privés, communautaires et académiques », annoncent les organisateurs.

 

Plusieurs thématiques seront abordées lors de ce congrès telles que les métropoles intelligentes, le développement durable et l’inclusion et le vivre ensemble, entre autres.

Sur ce dernier point, il faut rappeler que le Wali d’Alger est membre de l’Observatoire international des maires sur le vivre ensemble lancé en 2015 par le maire de Montréal, Denis Coderre. Lors de cette visite une rencontre est prévue entre les deux hommes.

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ——————————

copyright – 2012-2017 – Samir Ben


Canada : Rappel de dattes Deglet Nour algériennes pour présence d’insectes

juin 6, 2017

L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a procédé au rappel de dattes algériennes, Deglet Nour de marque Sud Dattes pour présence d’insectes.

Selon un avis de l’ACIA paru il y a quelques jours, le rappel est de classe 3 (faible risque ou aucun risque). L’Agence ne mentionne pas le type d’insectes.

Très prisées pendant le ramadan, ces datte sont vendues dans les marchés fréquentés par les Maghrébins.

Habituellement, les consommateurs  peuvent constater la présence de vers dans les dattes mais n’en font pas une histoire. Ils les enlèvent et consomment le fruit ou bien ils jettent la datte tout simplement.

Le lot concerné porte le nom de «Dattes Deglet Nour d’Algérie conditionnées  – 500 g ». Date de production 1/2017. Expiration 7/2018.

En 2013, l’Algérie a exporté près de 2 millions de dollars en dattes vers le Canada, seul secteur hors hydrocarbure qui a performé a cette date.

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ——————————

copyright – 2012-2017 – Samir Ben