Mohamed Benhaddadi, un Algérien dans le panthéon québécois

Le professeur, docteur et chercheur en génie électrique, Mohamed Benhaddadi vient d’ajouter un nouveau «trophée» à son tableau de chasse en recevant des mains du Premier ministre québécois, Philippe Couillard, la médaille de chevalier de l’Ordre national du Québec.

benhaddadi

Cet enfant du quartier algérois du 1er Mai, natif de Aïn El Hammam, village Ichelivane, a été décoré lors d’une cérémonie qui s’est déroulée au siège de l’Assemblée nationale provinciale, fin juin dernier. «En recevant l’Ordre national du Québec, vous entrez dans le panthéon québécois», a déclaré le Premier ministre, qui n’a pas tari d’éloges sur les qualités des lauréats de la cuvée 2016 de l’Ordre national du Québec, institué en 1984 et qui compte trois grades : chevalier, officier et grand officier. «Cette distinction est une fierté pour moi, pour ma famille, ma région natale, la Kabylie, et pour l’Algérie.

C’est surtout un signe que l’éducation et la recherche scientifique sont des vecteurs de promotion dans la société. C’est aussi un encouragement dans ce sens», a confié à El Watan Mohamed Benhaddadi, qui a également reçu en octobre 2015 le prix Denise-Barbeau de l’association francophone pour le savoir, Acfas, qui «récompense la qualité des activités de recherche d’une personne œuvrant au sein du réseau collégial [système nord-américain, NDLR.»

Premier Algérien qui accède au panthéon québécois, Mohamed Benhaddadi, dont les qualités de pédagogue sont reconnues par ses pairs, contribue régulièrement sur les colonnes d’El Watan avec des sujets liés à l’énergie. «Mohamed Benhaddadi se révèle un excellent pédagogue, un généreux vulgarisateur et une personnalité marquante du réseau collégial. Défenseur de l’efficacité énergétique, ce chercheur est sans doute le premier à avoir intégré dans le cursus technologique des cégeps les avancées de la recherche pour ce qui est de l’amélioration du rendement des moteurs électriques. Intarissable sur l’énergie en général et l’efficacité énergétique en particulier, il discourt amplement du sujet : articles pour la grande presse, conférences dans les collèges et universités, mémoires aux autorités, etc.», peut-on lire dans la note accompagnant l’annonce de sa distinction.

Après avoir obtenu son baccalauréat en Algérie, «Mohamed Benhaddadi a fait ses études supérieures en Ukraine, selon le site web de l’Acfas, où il finit premier de sa promotion à l’université de Luhansk, avant d’obtenir un doctorat à l’Institut polytechnique de Kiev. Il rentre en Algérie et devient professeur à l’Ecole militaire polytechnique de Bordj El Kiffan pendant deux ans, puis à l’université des sciences et de la technologie Houari Boumediène à Alger, de 1989 à 1997. Il fait un court séjour en Belgique comme professeur invité à l’université de Liège, avant de rejoindre l’Ecole polytechnique de Montréal comme chargé de cours d’abord, puis comme professeur associé, de 1997 à 2013.»

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun.

copyright  – 2012@2016 – Samir Ben

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :