Lancement du Mois amazigh de Montréal

mars 29, 2016

La commémoration du printemps berbère coïncidera cette année avec le lancement du premier Mois amazigh de Montréal.

moisAmazigh

L’initiative revient à la Fédération des Amazighes de l’Amérique du nord (FAAN) créée en octobre dernier à Montréal et présidée par Noureddine Rami, un ancien du mouvement des aarchs, et co-présidée par la militante et journaliste Djamila Addar.

« La FAAN est persuadée que c’est à travers des événements de cette envergure que la communauté amazighe pourrait livrer son génie à Montréal et ainsi, se faire une place dans le paysage culturel montréalais à l’instar des autres communautés qui la composent», expliquent les organisateurs dans un communiqué.

Plusieurs activités sont prévues entre conférences, chants et danses. Elles se dérouleront les week-ends.

« L’instauration de cet évènement culturel à Montréal incarne la détermination du peuple amazigh à se réapproprier sa mémoire, son identité, sa langue et sa culture. Aussi, de ce passé récent, glorieux et douloureux à la fois, sont nés d’autres combats, d’autres stratégies de sensibilisation et surtout d’autres façons de défendre les droits élémentaires d’une identité amazighe brimée sur ses propres territoires, en Afrique du Nord », ajoute la même source.

L’objectif suprême de cette manifestation culturelle étant de « dire, chanter, écrire, lire et partager Tamazight avec les siens et avec les Autres».

Le programme : détails sur le mois amazigh de Montréal…

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ——————————

Advertisements

Montréal : Un hommage aux victimes algériennes du terrorisme intégriste

mars 22, 2016

Ajouad Montréal organisera ce jeudi 24 mars un hommage aux victimes algériennes du terrorisme islamiste de la décennie noire.

Ajouad

« La journée contre l’oubli », la cinquième,  a failli ne pas avoir lieu expliquent les organisateurs. « La petite équipe de Ajouad – Montréal, qui initie cet évènement depuis maintenant 5 ans, a manqué du souffle nécessaire à l’organisation d’un évènement rassembleur. Manque de temps ou d’énergie, plusieurs facteurs pourraient expliquer ce relâchement collectif », peut-on lire dans le communiqué annonçant l’événement et signé par idir Sadou et Azzedine Achour.

La formule change. « Il y aura, bien sûr, un moment de recueillement pour se souvenir des disparus et réaffirmer la pérennité du combat mémoriel.  Nous rendrons compte également des suites réservées aux résolutions prises lors de notre assemblée de l’année dernière », ajoute la même source.

Les organisateurs croient que « cette fois, le moment est venu de nous arrêter pour réfléchir ensemble sur le devenir de cette initiative, ainsi que sur les pistes d’action susceptibles d’ancrer durablement ce combat mémoriel dans les réalités de notre diaspora et dans la conscience des jeunes générations ».

Ils donnent rendez-vous  « à celles et ceux qui restent attachés à la commémoration de cette journée de la mémoire et qui ont à cœur de témoigner de la barbarie de l’intégrisme islamiste et de dénoncer l’amnésie visant à l’absoudre de ses crimes ».

L’année dernière, Ajouad Montréal avait organisé l’hommage en présence de Karima Bennoune, professeure de droit internationale à l’université de Californie qui avait présenté son livre Your Fatwa Does not apply here (http://www.karimabennoune.com/books/your-fatwa-does-not-apply-here/) (Votre fatwa ne s’applique pas ici ou Histoires non-dites de la lutte contre l’intégrisme), un recueil de témoignages et de portraits de celles et ceux qui luttent contre l’intégrisme dans les pays musulmans.

« La journée contre l’oubli » est organisée chaque 22 mars en Algérie et partout dans le monde. Elle est initiée par Ajouad Algérie Mémoires, une association basée en France et co-fondée par le fils du journaliste et chroniqueur Said Mekbel assassiné le 3 décembre 1994 et Amel Faredeheb, fille de l’économiste Abderahmane Fardeheb assassiné le 26 septembre de la même année.

 

Infos :

Jeudi 24 mars 2016, à 18h
Au Centre communautaire Ahuntsic
10780, rue Laverdure à Montréal
(Stationnement disponible à l’arrière du Centre communautaire)

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ——————————