Algérie : Un pas vers la démocratie ? (vidéo)

février 26, 2016

Retour sur la révision de la constitution algérienne, l’état des lieux de la démocratie et ce qui fait la stabilité du pouvoir algérien, avec Islam Amine Derradji, qui prépare un doctorat en science politique  à l’Université de Montréal. La discussion fort enrichissante a eu lieu sur le plateau de la chaîne québécoise Canal Savoir en collaboration avec le journal Le Devoir. Vidéo.

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ——————————


Cinéma : Montréal la blanche rend hommage aux Algériens qui ont fui l’islamisme

février 25, 2016

C’est dans une salle archicomble qu’a eu lieu hier à Montréal la première nord-américaine de Montréal la blanche, le film du réalisateur Algérien d’origine et Québécois d’adoption, Bachir Bensaddek.

Montreal

Le huis clos qui se passe dans un taxi entre Amokrane, le chauffeur algérien, et sa cliente Kahina qui doit récupérer sa fille dont elle a la garde partagée, donne lieu à des va-et-vient entre leur vie actuelle et celle qu’ils ont fuie à cause de la montée du terrorisme islamiste en Algérie.

Amokrane reconnait en Kahina son idole de jeunesse, la chanteuse Kahina Kateb qu’il croyait tuée par les islamistes.
Si beaucoup d’Algériens se reconnaîtront dans le film, cette fiction permettra aussi au public québécois de voir l’humain derrière l’immigrant qui vit à côté – next door.

Le réalisateur a fait appel aux talents de Kahina Aktouf qui a fait ses preuves à la télévision et au cinéma québécois (Le marais,  Toute la vérité…) et  Rabah Aït Ouyahia découvert dans  L’ange de goudron.  Quelques visages connus de la faune montréalaise d’origine algérienne font partie de la distribution du film. On y reconnaît les humoristes Mehdi Bousaidan et Fares Mekideche alias Uncle Fofi du Couscous Comedy Show, les chanteurs Karim Zaidi (Syncop) et Nedjim Bouizzoul  (Labess), entre autres.

« Montréal la blanche est une aventure qui a commencé il y a 13 ans, quand j’ai réalisé la pièce de théâtre documentaire du même nom, explique Bachir Bensaddek. Le soir de la générale, quand j’ai vu les comédiens sur scène, je me suis dit que ça ne pouvait pas s’arrêter là. Il fallait faire autre chose ».

« Montréal la blanche  est une référence à Alger la blanche. L’idée étant de pouvoir parler d’Alger et de Montréal en même temps », ajoute le réalisateur.

Quelques 300 cinéphiles ont pu assister à la projection lors d’une soirée tapis bleu – et non rouge, Québec oblige! – dans le cadre des Rendez-Vous du cinéma québécois qui se tiennent jusqu’au 27 du mois en cours. D’autres ont dû rebrousser chemin faute de places. Ils pourront se rattraper à la sortie du film le 18 mars prochain.

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ——————————