Diaspora : La Fondation Club avenir honorée à Montréal

juin 28, 2015

Communautaire. A force de distribuer les honneurs, on finit toujours par en attraper quelques uns. La Fondation Club Avenir dont l’un des trois fondateurs est le professeur en management Taieb Hafsi a été honorée vendredi dernier à Montréal.

Bachir Halimi et Ahmed Aina

Bachir Halimi et Ahmed Aina

Lors d’un gala organisé à l’occasion du 13ème anniversaire du groupe Atlas Média qui édite le journal Atlas Montréal destiné à la communauté marocaine du Québec et plus généralement maghrébine, les deux autres membres fondateurs de Club Avenir, Ahmed Aina, qui en assure actuellement la présidence, et Bachir Halimi ont reçu le trophée de reconnaissance au nom de la fondation.

Plusieurs autres organismes communautaires et entreprises appartenant à des membres de la communauté maghrébine ont été honorés pendant cette soirée ramadanesque avec rupture de jeûne, Iftar, qu’organisait pour la onzième année le groupe Atlas Media.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, grand twitteur devant l’Eternel et que les Maghrébins surnomment « Kader » a invité les présents à observer une minute de silence à la mémoire des victimes des attentats terroristes survenus en Tunisie, au Koweit, en Somalie et en France.

Une occasion aussi pour lui de parler du Centre de lutte à la radicalisation menant à la violence mis en place il y a quelques semaines par la ville de Montréal. Le gouvernement provincial a, lui aussi, lancé un plan de lutte à la radicalisation au début du mois de juin pour répondre aux inquiétudes suscitées, entre autres, par les jeunes Québécois qui partent à l’étranger rejoindre Daesh.

De l’argent pour la campagne électorale

Le Canada s’en va en élections législatives prévues pour le 19 octobre prochain et tout le monde est en mode électoral.

Et ce genre d’événement est très couru par les politiciens de tous les niveaux, du municipal au fédéral. Il permet aux élus d’afficher leur proximité avec la communauté en espérant qu’elle le leur rendra aux prochaines élections.

Iftar

De gauche à droite: Rachid Najahi, Directeur Général du Groupe Atlas Média, Hoang Mai, député Brossard—La prairie, Sadia Groguhé, députée St-Lambert, M Jaouad Mohamed, président Taxi Hochelaga, Denis Coderre, maire de Montréal, Marie Montpetit. Députée de Crémazie, Gaétan Barette, ministre de la santé, Maria Mourani députée de L’acadie, Alain Giguère, député Marc- Aurèle- Fortin, Djaouida Sellah, députée St-Bruno—St-Hubert, José Nunez-Mélo, député de Laval.

Bien sûr que le vote ne sera pas déterminé uniquement sur la base d’un « ramadan karim », d’un « salam alikoum » ou d’un « azul ». Mais comme dans toute relation, les petits gestes comptent !

Les contributions financières de la communauté maghrébine aux campagnes électorales des candidats de la même origine sont un autre des bénéfices que peuvent tirer ces derniers de leur participation à cet iftar.

Plusieurs d’entre eux étaient présents. Les députées-candidates du Nouveau parti démocratique (NPD) d’origine algérienne, Djaouida Sellah et Sadia Groguhé ainsi que Maria Mourani d’origine libanaise.

Ces derniers tablent beaucoup sur les petites contributions qui peuvent se faire directement sur internet. Elles permettront de prendre en charge les frais de location des locaux électoraux, achat d’affiches et pancartes, entre autres.

Il est vrai que Montréal connaît une débauche de soirées d’hommage et que l’industrie des plaques et trophées est florissante dans la métropole, mais au-delà de certains galas purement « commerciaux » et du folklore, il est important d’encourager l’excellence.

C’est ce que fait aussi depuis 2002 la Fondation club avenir avec les membres de la communauté algérienne. : encourager l’intégration par le mise de l’avant de l’excellence.

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ——————————

copyright – 2012-2015 – Samir Ben

Advertisements

Ensaf Haidar, épouse du blogueur saoudien Raif Badawi « La mobilisation pour libérer Raif doit continuer »

juin 18, 2015

« Ma grand-mère paternelle, originaire du sud du pays, me parlait de la vie simple et ouverte que menaient en son temps les femmes, aux côtés des hommes, leurs frères, travaillant aux champs, contribuant dans tous les domaines, travail, célébrations, prise de décision….sans se préoccuper de cette phobie de la mixité que nous avons inventée il y a une trentaine d’années », ce passage est tiré d’un texte du blogueur saoudien Raif Badawi condamné pour blasphème et publié en 2011. Il est regroupé avec d’autres écrits dans un recueil sous le titre 1 000 coups de fouet, parce que j’ai osé parler librement.

Ensaf Haidar, épouse de Raif Badawi

Ensaf Haidar, épouse de Raif Badawi

Ce passage démontre l’absurdité des accusations et de la sentence confirmée récemment par la cour suprême de l’Arabie Saoudite : 1000 coups de fouet qu’il doit recevoir à raison de 50 coups chaque vendredi et dont l’exécution est suspendue pour raison de santé, 10 ans en prison et une amende d’un million de rials – 260 000 dollars- et une interdiction de quitter le pays pendant 10 ans, après sa sortie de prison.

Une édition du recueil vient d’être publiée au Québec. A cette occasion, la femme de Raid Badawi, Ensaf Haidar, une diplômée en récitation du Coran et d’études islamiques a répondu aux questions d’El Watan dans un entretien express. La femme de 35 ans au fort caractère est loin du stéréotype de la femme saoudienne soumise. Elle a déjà dû faire face à sa propre famille avec qui elle a rompu tout contact du temps où elle vivait en Arabie Saoudite. Réfugiée avec ses trois enfants au Canada depuis 2013, dans la région de Sherbrooke au Québec, elle se bat depuis avec Amnistie Internationale pour libérer son mari à travers une campagne mondiale (Free Raif).

Maintenant que la cour suprême de l’Arabie Saoudite a confirmé le verdict de Raif, que reste-il à faire ?

Il ne nous reste qu’à espérer que le roi Salmane gracie Raif pour lui permettre de quitter l’Arabie saoudite. Et j’espère que toutes les organisations et tous les gouvernements qui nous soutiennent maintiennent leur mobilisation jusqu’à ce qu’il soit libéré.

 

Un certificat d’immigration au Québec vient d’être établi pour Raif pour des raisons humanitaires. Pensez-vous que ceci peut aider sa cause ?

Je remercie le gouvernement du Québec qui est à nos côtés depuis le début et a pris fait et cause pour Raif. C’est très important. J’espère que ça va pousser le gouvernement saoudien à le laisser venir nous rejoindre, les enfants et moi au Québec.

Quel écrit a déclenché la poursuite contre Raif Badawi ?

Sincèrement, il n’y a pas un article en particulier qui a allumé la mèche. Tous les articles ont été publiés dans des journaux saoudiens (Al Watan, Al Jazira…) ou sur des sites internet.

Et je vous assure, et je l’ai toujours dit, que ce qu’a écrit Raif a toujours été respectueux. Il n’y a eu de sa part ni provocation, ni polémique ou dépassement de lignes rouges.

Avez-vous eu de l’aide dans le monde arabe ?

Oui, bien que dans le monde arabe beaucoup de gens hésitent à revendiquer leurs libertés. Il y a eu des actions de mobilisation au Maroc, en Tunisie. Il y a des Algériens avec nous ici. Beaucoup d’autres sont convaincus de la justesse du combat de Raif aussi mais, vous le comprendrez bien, chacun a ses contraintes.

Pourquoi avez-vous choisi le Canada ?

J’ai déposé mon dossier pour refuge auprès du Haut commissariat des Nationes Unies pour les réfugiés à Beyrouth, la première ambassade qui m’a acceptée était celle du Canada. Nous étions au Liban depuis 2011 et c’est Raid qui m’a demandé de quitter l’Arabie saoudite avec les enfants.

Etes –vous, vous et les enfants, en contact avec Raif Badawi?

C’est moi qui suis en contact avec lui. Nous nous parlons au moins une fois par semaine. Quoique nous ne soyons pas parlés depuis une dizaine de jours. Pour les enfant, Ils s’intègrent bien. ils vont à l’école et mènent une vie normale mais leur père leur manque.

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ——————————

copyright – 2012-2015 – Samir Ben