« La catho-laïcité du Parti québécois a décomplexé l’islamophobie», selon le journaliste Lamine Foura

Le débat sur la charte des valeurs québécoises, qui interdit, entre autres, le voile dans la fonction publique et para-publique, a enflammé la province canadienne du Québec depuis la fin de l’été dernier. Cette charte est l’un des enjeux de l’élection provinciale du 7 avril prochain.
Le débat atour de celle-ci a fait beaucoup de dégâts collatéraux estime Lamine Foura, journaliste et animateur de radio communautaire à Montréal.

Lamine Foura

Lamine Foura (crédit photo A. Lahkim)

 

« Le parti québécois, Mme Marois et Mr Drainville [la Première ministre sortante et le ministre en charge du projet de charte, NDLR] et leur projet de charte ont décomplexé l’islamophobie au Québec », affirme Lamine Foura.
Il nuance son propos en ajoutant que « le discours islamophobe n’est pas dans la charte elle-même, mais dans sa justification même de la part de Mr Drainville qui a parlé, entre autres, de son inquiétude de l’islamisation de Montréal ! ».

« Ce discours était présent dans les réseaux sociaux. Il est alimenté par deux tendances. La première est carrément islamophobe et la seconde relève de l’extrême droite québécoise », affime-t-il.

Il ne nie pas l’existence d’un discours intégriste, qui reste marginal selon lui. Il déplore que « La communauté musulmane soit prise en otage par deux discours qui s’auto-alimentent. Le discours intégriste qui demande à la communauté de se renfermer et de ne pas s’intégrer. L’autre discours est celui qui dit qu’être musulman c’est être intégriste, être un danger pour le Québec, être fou… »

Dans cet entretien, il explique qu’au fond, cette charte consacre une catho-laîcité sélective qui donne des droits à la religion dominante et brime les autres au nom d’une laïcité supposée.

Pour lui, il est faux de dire que ce ne sont que les islamistes qui s’y opposent. Puisqu’elle ne fait pas l’unanimité au sein de la population générale elle-même.
« Il est malhonnête de faire croire que seuls les islamistes s’opposent à cette charte. En tout cas, si certains arrivent à ‘la conclusion savante’ que les anti-charte sont des islamistes, alors on peut dire que la grande majorité des acteurs sociaux au Québec sont islamistes ou sous influence islamiste [voir schéma, NDLR]. », estime-t-il.

 

La charte des valeurs québécoises est-elle nécessaire au Québec ? N’y a-t-il pas déjà séparation entre l’État et la religion ?

Il faut faire un bilan de la laïcité au Québec et identifier le problème que la charte veut régler. Le Parti québécois (PQ) prétend que sa charte vient régler deux problèmes : la neutralité de l’Etat et l’égalité homme-femme.
Je pense que la neutralité de l’Etat a été traitée depuis des années. Le changement se fait progressivement. Et je ne pense pas qu’elle soit remise en cause par des personnes qui portent des signes religieux. Aucune étude n’a démontré que les patients traités par une infirmière ou un médecin qui portent des signes religieux, pensent que c’est un Etat théocratique, musulman ou juif, qui les soigne.
Aussi, sur la question des accommodements religieux. Tous les juristes sont d’accord pour dire que l’armada juridique actuelle est suffisante pour bien les encadrer.
Reste le problème de perception de ces accommodements dans l’opinion publique. Les gens croient qu’il y a un abus. Je pense qu’on ne peut pas régler un problème de perception par une législation.
Donc, à mon avis la question de la pertinence de la charte par rapport à la neutralité de l’Etat n’a pas été prouvée.
L’Etat a vraiment besoin d’autres choses pour démontrer sa neutralité. Prenons le cas de l’objection de conscience qui permet à tout médecin ou à tout professionnel de la santé de refuser de fournir un acte médical parce que sa religion ne le lui permet pas.
Le PQ a maintenu ce droit dans le projet de charte à l’article 12. Ce droit est un acquis arraché, essentiellement, pour le lobby des médecins catholiques qui ont fait une pression au moment du débat sur l’avortement au Québec.
Il y a aussi le financement des écoles religieuses qui pose aussi le problème de la neutralité de l’Etat.
Mais on le sait bien. Le PQ ne va jamais oser retirer ce financement parce que le lobby catholique ne va pas se laisser faire. Car, on l’oublie facilement, la majorité des écoles religieuses sont catholiques et non juives ou musulmanes.
Le PQ fait fausse route en proposant une catho-laïcité. Ainsi, un médecin catholique peut mettre sous sa chemise une petite croix et refuser un avortement ! Mais on interdit aux minorités d’exprimer leur religion même d’une façon neutre. Finalement, ce seront les minorités qui écopent de cette neutralité sélective. Une laïcité à géométrie variable.
Sur la question de l’égalité homme-femme, cette charte, dans le cas de la communauté musulmane, vient exclure les femmes déjà vulnérables. Car elle va tout simplement pénaliser la femme qui porte le foulard. Par contre, un homme pratiquant qui porte une barbe pourra toujours continuer à travailler. C’est totalement en contradiction avec l’objectif annoncé.
Au final, cette charte n’est pertinente ni pour le Québec, ni pour son harmonie et surtout pas pour sa souveraineté (indépendance).
Autre point à souligner. Il est malhonnête de faire croire que seuls les islamistes s’opposent à cette charte. En tout cas, si certains arrivent à « la conclusion savante » que les anti-charte sont des islamistes, alors on peut dire que la grande majorité des acteurs sociaux au Québec sont islamistes ou sous influence islamiste [voir schéma, NDLR].

pro_anti_charte

« Il n’y a pas que les islamistes qui s’opposent à la charte », Lamine Foura

 

Y a-t-il un danger islamiste ou intégriste au Québec?
Il y a une question fondamentale qu’on a évacuée du débat. Dans une société libre où la liberté de conscience est très importante : est-ce un délit d’être intégriste ou islamiste ? On a tendance à considérer ceci comme un délit mais c’est tout autre dans la réalité.
Si quelqu’un peut avoir des avis très orthodoxes sur la religion tout en respectant les autres sans développer un discours haineux envers les autres ou de promotion de la violence, les loi québécoises et canadiennes lui garantissent son droit d’être ce qu’il veut être.
Maintenant est-ce qu’il y a des personnes qui portent un discours marginal ou orthodoxe dans la communauté musulmane ? Oui. La communauté musulmane au Québec est représentative du monde musulman avec toutefois une différence significative : elle a été sélectionnée et son niveau d’instruction est assez élevé par rapport à la moyenne du monde musulman. En terme d’interprétation de la religion et vécu spirituel, il y a une grande diversité qui va jusqu’à l’orthodoxie. Mais celle-ci est minoritaire.
La majorité de la communauté est conforme au courant principal de l’islam. Un courant qui a permis tout au long de 14 siècles une diversité religieuse dans le monde musulman. Avant l’ère moderne, ce dernier était parmi les rares empires qui a garanti une diversité.
Certes, on peut critiquer le statut des juifs et des chrétiens à l’époque mais une chose est sûre : ils ont pu exister et vivre leur foi et même dans le respect de leur foi. Ce qui n’était pas le cas dans d’autres empires.
Donc, cette acceptation de la diversité existe toujours dans la communauté. Il ya un courant libéral moins pratiquant et un autre conservateur. Ils se retrouvent généralement dans des moments spirituels comme le mois du ramadan.
Des études comme celles à laquelle j’ai participée au Groupe de recherche interdisciplinaire sur le Montréal ethnoreligieux (GRIMER) en tant qu’assistant de recherche, et selon les enquête qu’on avait menées dans les mosquées, trouvent que la communauté musulmane se situe dans la moyenne québécoise par rapport à l’importance de la religion.
La même recherche a permis de conclure que les Québécois musulmans veulent transmettre les mêmes valeurs à leurs enfants que le reste des Québécois : justice, droiture, respect de l’autre… D’autres études le confirment aussi.
Maintenant, si les médias vont mettre de l’avant les exceptions et présenter la communauté comme la projection de ces exceptions, on sait très bien qu’il y a un courant islamophobe au Québec qui fait son travail sur Internet et qui impacte certains médias.
On peut aussi retrouver des journalistes qui ont des tendances islamophobes qui sont au départ religiophobes mais font une fixation sur la communauté musulmane et l’islam. Tout cela crée un ennemi imaginaire : le musulman.
Comment une communauté qui ne dépasse pas les 3% de la population et dans laquelle l’intégrisme ne dépasse pas les 5%, peut-elle mettre le Québec en danger ? Je ne pense pas que la société québécoise est à ce point fragile. Les institutions et la société québécoises sont très fortes.
La communauté musulmane se prend en charge de plus en plus. Des gens au sein de celle-ci prennent la parole pour dire non à cet intégrisme.

 

La charte ne va-t-elle pas créer plus d’exclusion en congédiant et en fermant la porte du travail à certaines femmes musulmanes?

Comme je viens de le dire, la charte ne règle pas le problème de l’intégrisme si intégrisme il y a.
Dans la fonction publique, elle va mettre dehors des femmes et fera barrage à leur intégration professionnelle – jeunes étudiantes, à la recherche d’emploi ou en fonction.
Elle les exclut des fonctions par lesquelles, elles peuvent servir la société québécoise. Travailler dans la fonction publique est un signe d’intégration très fort. Car un intégriste ne voudra jamais se mélanger aux autres.
Le débat sur la charte semble avoir donné carte blanche au discours islamophobe et d’exclusion. Qu’en pensez-vous ?
Le parti québécois, Mme Marois et Mr Drainville [la Première ministre sortante et le ministre en charge du projet de charte, NDLR] et leur projet de charte ont décomplexé l’islamophobie au Québec.
C’est le gouvernement qui a ouvert la brèche à ce discours, qui pour être juste n’est pas dans la charte elle-même, mais dans sa justification même de la part de Mr Drainville qui a parlé, entre autres, de son inquiétude de l’islamisation de Montréal !
Ce discours était présent dans les réseaux sociaux. Il est alimenté par deux tendances. La première est carrément islamophobe et la seconde relève de l’extrême droite québécoise.
Bien qu’elle soit minoritaire, elle est bien organisée et fait un travail de diabolisation de la communauté musulmane et de l’islam. Elle a aussi trouvé l’occasion de s’exprimer dans le contexte du débat sur la charte. Ceci a fait qu’on se retrouve avec des candidats islamophobes au sein du Parti québécois.
La démission d’un candidat raciste et islamophobe n’est qu’un échantillon. Cet ex-candidat a publié sur sa page facebook des choses qui démontrent son admiration le front national français. Il montrait une islamophobie directe qui ne se cache même pas.
Une autre candidate qui considère la circoncision comme un viol. Une pratique qui est d’ailleurs discutée dans le monde scientifique mais n’a jamais été considérée comme une atteinte à l’intégrité physique des enfants. Le courant islamophobe a maintenant accès aux grands médias.
D’où ma grande déception face au Parti québécois Un parti qui était social-démocrate mais qui est devenu la rencontre de la droite économique et de l’extrême droite identitaire.
La communauté musulmane est prise en otage par deux discours qui s’auto-alimentent. Le discours intégriste qui demande à la communauté de se renfermer et de ne pas s’intégrer. L’autre discours est celui qui dit qu’être musulman c’est être intégriste, être un danger pour le Québec, être fou…
Et pour les islamophobes nous sommes trop musulmans même si on pratique notre religion dans la modération. Pour les intégristes, nous ne sommes pas assez musulmans parce que nous pratiquons notre religion dans la modération!
Le musulman est accusé par défaut, par association à tout ce qui est mauvais par le simple fat d’être musulman.

 

Les enjeux pour la communauté ne sont-ils pas ailleurs (travail, éducation des enfants…) ? et les nouveaux arrivants ne doivent-ils pas se tenir à l’écart du débat sur l’indépendance puisqu’ils n’ont pas émigré pour ça ou contre ça ?

Le problème de la communauté maghrébine et immigrante en général c’est l’intégration professionnelle. On sait bien qu’après 12 ans de pouvoir, le PLQ a failli à sa mission d’assurer un environnement favorable à cette intégration professionnelle.
Celle-ci, à mon avis, est l’unique moyen d’une intégration culturelle et sociale. Parce que quelqu’un qui travaille, c’est quelqu’un qui dépense, qui peut voyager à l’intérieur du Québec, qui peut aller voir des films, des pièces théâtrales et des spectacles…
C’est à travers des moyens financiers acquis par le travail que les Québécois d’origines diverses vont se sentir Québécois à part entière.
On ne peut pas demander à une personne d’adopter des valeurs quand elle est exclue, mal vue. C’est une aberration qu’à compétence égale ou même supérieure, elle n’arrive pas à trouver un emploi.
C’est de là que le problème se pose par rapport à la charte. Le PQ a eu la chance de revenir au pouvoir après plusieurs années d’absence. Au lieu de faire un travail d’intégration professionnelle et d’adresser les vrais problèmes et d’identifier les pistes de solution, dans les 6 premiers mois, voilà qu’il propose, 18 mois après, une charte qui va exclure celles et ceux qui ont trouvé un emploi !
Pour moi le PQ a perdu toute crédibilité de présenter tout projet de charte ou tout projet qui demande à cette communauté de s’intégrer sur la question des valeurs. Non pas que ce ne soit pas important et je pense qu’il y a une obligation morale d’adopter les valeurs communes aux Québécois, mais un gouvernement qui a failli n’a plus de légitimité à exiger quoique ce soit.
Le projet de la charte est venu tout simplement détourner la société québécoise des vrais enjeux.
Le PQ a compris la leçon de 2007 où l’ADQ avait raflé des sièges en adoptant un discours identitaire. En 2014, il use des mêmes méthodes en s’associant à cette droite identitaire et même à l’extrême droite. Les islamophobes ont trouvé cette occasion pour intégrer le PQ. Aujourd’hui on se retrouve avec un parti québécois qui s’éloigne des problèmes des immigrants non seulement sur la question de l’emploi mais aussi des problèmes des Québécois sur les questions de l’économie.
Celle-ci va mal. Le taux de chômage est de plus en plus élevé. La crise économique touche plusieurs secteurs si ce n’est pas tous. Et le PQ ne trouve pas mieux que de parler d’un sujet qui n’est ni prioritaire ni urgent.
Concernant la question de la souveraineté (indépendance) du Québec. Chaque immigrant doit la prendre en compte et la considérer comme faisant partie de la compréhension de la société d’accueil.
Je suis contre cette idée répandue et qui veut que nous devions être fédéralistes parce que nous avons émigré au Canada. Avant tout, nous sommes des êtres humains avec des valeurs. Il est important de comprendre cette problématique avant de prendre position.
A mon avis, l’immigrant a l’obligation morale de comprendre l’histoire du Québec et le mouvement souverainiste et ses motivations. C’est à partir de tout cela que la position doit être prise et non pas sur un choix par défaut.
On peut même dire qu’en tant que musulman et me basant sur les valeurs de ma religion, si je vois que le Québec a subi le colonialisme et que ce peuple a été opprimé j’aurais de la difficulté à ignorer son aspiration à l’indépendance.
C’est sûr que ce n’est pas une priorité pour un nouvel arrivant, les premières semaines et même, je dirais, les trois premières années parce qu’il doit trouver un emploi. Mais il faut qu’il comprenne que l’enjeu reste important pour les Québécois.

 

Le PQ vient de présenter quatre candidats d’origine algérienne. Poteaux ?
Ce n’est pas la première fois que le PQ dépasse tout les partis en présentant des candidats d’origine maghrébine. En 2007, il y avait cinq candidats du PQ. L’affinité des Maghrébins avec ce parti n’est pas une nouveauté.
Par contre, il faut aussi souligner qu’il n’a jamais donné de comté gagnant à un membre de la communauté maghrébine. Il aurait pu ouvrir une circonscription gagnante à un(e) ou deux candidat(e)s à l’occasion de cette élection, après des années de candidatures poteaux.
C’est une expérience extraordinaire. Je l’ai vécu en tant que chargé de la communication d’une candidate, Naima Mimoune la première candidate d’origine algérienne aux élections provinciales au Québec. C’était sous la bannière du Parti québécois.
La candidature poteau ne pose pas problème en elle-même. J’ai du respect pour leur courage de sauter en politique. Dans le contexte actuel, ce qui dérange, c’est le discours autour de ces candidatures. Quand je vois Mr Lisée et Mr Drainville [des ténors du PQ, NDLR] prétendre qu’elles sont venues pour battre les libéraux dans leurs fiefs, je trouve ceci insultant à l’intelligence de la communauté et des candidat(e)s. Ca démontre une maladresse politique et même une malhonnêteté intellectuelle
Je leur dis, si réellement comme ils le prétendent, ils veulent protéger la femme musulmane et d’assurer l’égalité homme-femme, ils auraient pu leur céder leurs comtés gagnants. Ils auraient cloué le bec à tout le monde !
J’aurais aimé voir une Algérienne supportant la charte candidate à Rosemont ou à Marie-Victorin. Et Lisée et Drainville aller se battre dans les forteresses libérales. Ca aurait été plus intéressant et même plus cohérent de leur part.

 

Quel commentaire faites-vous sur le peu de candidats d’origine maghrébine au Parti libéral du Québec ?

Il faut voir ceci dans la continuité. Si le PQ a toujours été celui qui présente le plus de candidats maghrébins, c’est le Parti libéral du Québec (PLQ) qui a permis à une maghrébine d’être députée à l’Assemblée nationale du Québec depuis 20 ans.
Maintenant, posons-nous une question. Est-ce que ce n’est pas la députée maghrébine qui faisait de l’ombre aux autres personnalités maghrébines qui pouvaient être candidates pour le PLQ ? C’est une situation qui me semble assez bizarre.

 

Bio express :
Lamine Four a est arrivé au Canada en 1999. Il est producteur et animateur des émissions Médias Maghreb sur Radio Moyen-Orient de Montréal et sur Radio Centre ville. Un des membres fondateurs du Congrès maghrébin au Québec (CMQ), Lamine Foura est ingénieur chez Bombardier Aéronautique. Il a aussi étudié en sciences des religions à Alger et à l´Université de Montréal. Il a été membre du Parti québécois.
Sur le net : http://www.laminefoura.com

 

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. —————————————————–LES COMMENTAIRES DOIVENT ETRE SIGNES (PRENOM, NOM et VILLE). LES COMMENTAIRES ANONYMES NE SERONT PAS PUBLIES – MERCI ——————————

copyright – 2012-2014 – Samir Ben

5 réponses à « La catho-laïcité du Parti québécois a décomplexé l’islamophobie», selon le journaliste Lamine Foura

  1. Abder Benali - Montréal dit :

    « Le parti québécois, Mme Marois et Mr Drainville [la Première ministre sortante et le ministre en charge du projet de charte, NDLR] et leur projet de charte ont décomplexé l’islamophobie au Québec », affirme Lamine

    .

    Je suis tanné !

    Je propose la séparation de Montréal avec le Québec.

    On leur laisse le PQ avec les deux ayatollahs -Drainville et Marois- avec toute la Belle Province et sa Capitale Nationale et on garde l’Ile de Montréal avec Denis Coderre et le Petit Maghreb.

    Chiche !

    (^_^)

    • Ali Mekhfi – Lafayette – LA – USA dit :

      @ Abder Benali
      Tout d’abord, il n’y a rien a prendre ou a laisser.Ces gens la sont les nouveaux harkis dans le language de chez nous. Les harkis ne resident pas juste en France ou en Algerie mais ils sont disperses un peu partout dans le monde occidental et on a besoin d’eux pour legitimer certaines actions xenophobes.
      Marois et Drainville ont le droit de s’exprimer de cette maniere et de vouloir la secession du Quebec. Ils connaissent parfaitement l’histoire de leur province. Mais qu’en est-il des nouveaux arrivants algeriens a l’image des Djamila et consorts? C’est l’opportunisme a l’etat pur et ils n’ont encore rien compris a la mentalite Quebecoise. Ils sont utilises a leur insu. Dur sera leur reveil quand ils seront jetes a la poubelle par ceux-la meme qui les cherissent actuellement pour des desseins inavoues.

      • Abder Benali - Montréal dit :

        La charte est raciste et divise le Québec. Le Québec n’avancera jamais avec un parti comme le PQ.

        Je pense voter pour eux et qu’on ait un référendum pour être tranquille pendant au moins 15 ans pour continuer à avancer économiquement par la suite.

        (^_^)

  2. youcef dit :

    Bonjour youcef

    Comme votre commentaire n’est pas signé (Prénom, Nom et Ville), il ne peut être publié.
    Pourriez-vous le renvoyer signé ou donner un prénom et un nom.

    Merci d’avance pour votre compréhension

  3. Boulane Mustapha - Montreal dit :

    Je crois que c’est du copie conforme au système français, Je me demande pourquoi le Pq rentre la garde de robes et exige aux femmes quoi porter, et puis il rentre dans la vie privée de la personne. et de créer un climat de haine et de discrimination.

    Si une femme veux cacher sa beauté ou de sortir en bikini pourquoi au PQ de se mêlé. avec tout mon respect à cette femme dans une société libre.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :