Elections au Québec : Le Parti québécois est en train de montrer la porte aux Maghrébins

Zehira Houfani-Berfas

Zehira Houfani-Berfas

Le Québec s’apprête à élire ses députés provinciaux le 7 avril. Le débat est polarisé autour de la charte des valeurs québécoises qui va interdire le voile dans la fonction publique. L’indépendance de la province reste aussi un enjeu.

Dans la série d’entretiens avec les Algériens de la Belle Province, discussion avec Zehira Houfani-Berfas (*) écrivaine, journaliste arrivée au Canada (Ottawa) en 1994 avant de déménager au Québec en 2003.

« Le voile n’a jamais été mon combat, mais cet acharnement contre le foulard islamique en France d’abord, puis au Québec nous interpelle en tant que communauté », affirme-t-elle.

« Le fait de savoir qu’il y a aussi des Algériens qui attisent la peur des Québécois à l’endroit de l’islam me brise le cœur et je me fais violence pour ne pas alimenter nos sempiternelles querelles importées de là-bas pour l’essentiel », ajotue-t-elle

 

 La charte des valeurs québécoises est-elle nécessaire au Québec ? N’y a-t-il pas déjà séparation entre l’État et la religion ?

Je ne le crois pas. Personnellement, je trouve que c’est un débat de trop sur le dos des musulmans. Depuis que je suis au Canada, c’est la 3e tempête autour du voile islamique, qui demeure la cible principale de tout ce remue-ménage.

Déjà en 1994, l’exclusion de l’école publique d’une jeune fille portant le hijab a semé une controverse et plongé le Québec dans un débat sur cette question. Je me souviens qu’à l’époque, le Conseil du Statut de la femme avait préconisé la tolérance, en considérant que son interdiction brimerait l’accès des jeunes musulmanes à l’école publique.

En 2007, c’est le pénible épisode des accommodements raisonnables sur lequel avait surfé le parti de l’ADQ avec à la clé 41 députés et le statut d’opposition officielle.

Le hic de cette victoire c’est qu’elle a carburé à l’islamophobie entourant Bouchard/Taylor [une commission sur les possibles dépassements dans l’octroi d’accommodements religieux, NDLR] et qu’elle n’a pas résisté au véritable travail sur le terrain politique.

C’est bien dommage que le Parti Québécois (PQ) use de la même logique en faisant de la charte des valeurs sa carte maîtresse pour remporter ces élections, quitte à brimer l’accès au travail des femmes qui portent le hijab.

Quant à la séparation entre l’État et la religion au Québec, il n’y a aucun doute là-dessus. À mon sens, la séparation entre l’État et la religion est un fait irréversible au Québec, comme  d’ailleurs dans le reste du Canada. Et même au-delà, puisque je considère que c’est une réalité dans tout le monde occidental, ou développé, si on préfère.

Y a-t-il un danger islamiste ou intégriste au Québec?

Autrement dit, « Les soldats d’Allah seraient-ils en train d’envahir le Québec » ? Je ne sais pas s’il y a des gens qui croient en ces inepties. Le Québec se trouve en Amérique du nord, un endroit où les libertés sont ancrées dans la vie des gens comme nulle part ailleurs.

Ce peuple a fait et réussi sa révolution tranquille alors qu’il se trouvait seul sous le joug de la puissante église et des empires anglophones. Il défend vigoureusement sa langue et sa culture face à ses voisins, dont le géant américain.

Dire que la présence du foulard islamique ou d’une mosquée le met en péril, c’est manquer de respect aux gens et dénigrer leur capacité d’évolution.

Cela dit, je me suis toujours interrogée sur l’authenticité des auteurs de certaines demandes d’accommodements saugrenues qui font les délices des médias québécois. Je pense entre autres à cet étudiant de l’université York qui refuse de travailler en session avec des femmes. Il me semble que ce genre de comportement nuit terriblement à la communauté musulmane.

La charte ne va-t-elle pas créer plus d’exclusion en congédiant et en fermant la porte du travail à certaines femmes musulmanes?

Sans aucun doute. Il y aura probablement des femmes qui vont subir la contrainte et s’y conformer faute de choix. Mais cela risque de créer et d’entretenir un sentiment d’animosité dans le milieu du travail.

Si moi-même je portais le voile, je sentirais cette injonction de la charte comme une injustice, une atteinte à ma liberté.

Il y a sûrement des personnes qui pensent sincèrement que le port du foulard est un signe de soumission de la femme et reflète l’inégalité entre elle est l’homme. Et même là, on devrait laisser aux femmes le soin d’en être persuadées par elles-mêmes.

Les musulmanes qui vivent en occident ont la possibilité de faire des choix de vie, à plus forte raison quand elles sont détentrices de diplômes, qu’elles occupent diverses fonctions et qu’elles interagissent librement avec la société d’accueil.

Le voile n’a jamais été mon combat, mais cet acharnement contre le foulard islamique en France d’abord, puis au Québec nous interpelle en tant que communauté.

Je trouve déplacé de considérer que le choix des musulmanes de porter le foulard n’est pas éclairé, autrement dit, qu’elles manquent de jugement. Je suis ravie de voir tant de jeunes musulmanes bien documentées et aussi déterminées à défendre leurs droits de québécoises musulmanes.

Si la mobilisation pour un vote utile au profit du Parti libéral du Québec (PLQ) ne suffit pas à inverser la tendance et advenant l’adoption de la charte dans sa version actuelle, il ne serait pas étonnant que beaucoup de familles musulmanes se voient obligées de quitter le Québec pour les autres provinces.

 

Le débat sur la charte semble avoir donné carte blanche au discours islamophobe et d’exclusion. Qu’en pensez-vous ?

Qu’est-ce qu’on n’a pas entendu ou lu comme propos grossiers et injures ces derniers jours. Cela m’a rappelé l’ambiance malsaine du 11 septembre, quand le musulman, accablé, rasait les murs pour ne pas se faire remarquer.

Écoutez, le PQ ne s’en cache pas, il mise sur la charte pour remporter les élections. Les politiciens savent comment manipuler les émotions des gens, notamment par le biais de la question identitaire et de l’immigration.

Ce n’est pas étonnant que les extrêmes droites du monde entier en font leur fond de commerce. Je trouve dommage que le PQ qui compte de nombreux Maghrébins parmi ses adhérents, balaie du revers de la main les aspirations d’une communauté qui ne demande qu’à participer à l’édification d’un Québec inclusif et prospère.

Même si je comprends l’inquiétude de certaines couches de la société québécoise (dite de souche) face au changement introduit par la diversité culturelle et religieuse qui s’affiche un peu partout dans le pays, j’aurais espéré que la classe politique y réponde de façon appropriée.

Plutôt que d’entretenir ce sentiment de peur et de méfiance, particulièrement à l’égard des musulmans, elle s’appliquerait à produire un discours rassurant qui permet aux uns et aux autres de concevoir un vivre ensemble harmonieux et bénéfique pour l’ensemble des Québécois, de toutes origines.

Cela dit du PQ, le fait de savoir qu’il y a aussi des Algériens qui attisent la peur des Québécois à l’endroit de l’islam, ça me brise le cœur et je me fais violence pour ne pas alimenter nos sempiternelles querelles importées de là-bas pour l’essentiel.

 

Les enjeux pour la communauté ne sont-ils pas ailleurs (travail, éducation des enfants…) ? et les nouveaux arrivants ne doivent-ils pas se tenir à l’écart du débat sur l’indépendance puisqu’ils n’ont pas émigré pour ça ou contre ça ?

La situation des Maghrébins en termes d’emploi est déplorable et les chiffres s’affichent préoccupants depuis des années. Pourtant, il me semble que c’est une priorité dans le processus d’intégration des immigrants. C’est seulement, une fois stables dans leur vie et rassurés sur l’éducation de leurs enfants, que les gens s’intègrent plus facilement et développent un sentiment d’appartenance à la société d’accueil, bien mieux que ne le ferait une charte ou une carte de parti.

Or la charte, dont il est question, risque de grossir les rangs des sans emploi parmi la communauté musulmane, puisqu’elle exclut d’ores et déjà de la fonction publique les femmes portant le foulard.

Et même ailleurs, comme les garderies, entre autres. Ce n’est pas ce qu’on peut appeler une charte « inclusive » et rassembleuse. C’est plutôt l’inverse.

Pour ce qui est du 2e volet de votre question, je suis tentée de répondre par oui. Effectivement, les immigrants qui arrivent au Québec en quête d’une vie meilleure se retrouvent malgré eux embarqués dans une dynamique qu’ils ne comprennent pas.

Du moins dans un premier temps. Des notions comme la séparation, l’indépendance du Québec n’étaient pas inclus dans leur projet d’immigration. À l’exception des Français qui, peut-être, connaissent la situation du Québec dans le Canada, de par l’histoire et l’ascendance, les autres immigrants se retrouvent plutôt incommodés de devoir choisir en le Québec et le Canada. Avec le temps, certains choisissent de se joindre au projet souverainiste, c’est le cas des Maghrébins et autres musulmans qui adhèrent au PQ.

 

Le PQ vient de présenter quatre candidats d’origine algérienne. Poteaux ?

Quatre Maghrébines à la députation, j’aurai certainement applaudi n’eut été le contexte et l’objet de cette élection. En termes de compétences, le PQ n’aurait pas trouvé de meilleures candidates.

Ce qui est navrant, c’est qu’en choisissant la charte des valeurs dans sa version actuelle, elles devront (je pense à Yasmina Chouakri et Leila Mahiout) se passer du soutien d’une partie de leur communauté, puisque celle-ci a entamé une campagne de mobilisation contrer la charte.

Je ne parle pas de l’auteure des « soldats d’Allah à l’assaut de l’occident » [Djemila Benhabib, NDLR] pour qui le chemin semble tout tracé : sauver le Québec des visées islamistes.

Heureusement qu’Hérouxville [une municipalité québécoise qui s’est fait connaître en 2007 pour son code de vie qui interdit la lapidation, NDLR] n’est pas de la partie, sinon avec Louise Mailloux qui assimile la circoncision à un viol, les musulmans seraient mal barrés et cette élection se ferait vraiment sur leur dos s’ils ne se mobilisent par pour un vote stratégique.

Bref, que l’on soit pour ou contre ces candidates, on est en démocratie et seuls les électeurs décideront de leur sort.

Quel commentaire faites-vous sur le peu de candidats d’origine maghrébine au Parti libéral du Québec ?

C’est une question que je me suis posée. Est-ce parce que les gens sont en majorité de gauche? Ou bien par gratitude envers la société d’accueil, une sorte de reconnaissance pour le Québec, d’autant que la majorité des Maghrébins francophones, à quelques exceptions, sont choisis par la délégation du Québec et non par le Canada.

Il y a aussi le fait que notre communauté est relativement récente et qu’elle n’est pas suffisamment organisée pour s’impliquer davantage dans la vie politique du Québec. Je suis sûre qu’à l’avenir, ils seront plus nombreux dans les autres partis, d’autant que le PQ leur montre la porte.

 

(*)Bio « officielle ».

« Écrivaine, journaliste et collaboratrice de presse en Algérie jusqu’en 94 avant d’atterrir à Ottawa. Elle a aussi produit des émissions littéraires pour radio chaîne 3. Elle a publié 3 ouvrages dans les années 1980.

Au Canada, elle a travaillé dans l’enseignement du français à la fonction fédérale à Ottawa, puis dans le domaine des communications. Elle a publié dans plusieurs journaux. Elle a déménagé au Québec après 8 ans à Ottawa en 2003 pour raison familiale.

Elle a rédigé Lettre d’une musulmane aux Nord-Américaines, le lendemain du 11 septembre. C’est à ce moment-là qu’elle avait intégré l’équipe montréalaise d’Irak Peace Team contre la guerre en Irak, suivi de la rédaction du livre Jenan, la condamnée d’Al-Mansour. C’est cela qui lui a valu la reconnaissance de Club Avenir.

Elle milite également pour le changement politique et la démocratie en Algérie. Ses textes sont publiés sur El Watan. Elle dit ne pas avoir de parti politique. Elle dit partager les idées du FCN (Front du changement national) aux côtés du Dr Salah-Eddine Sidhoum et plusieurs autres militants. Elle publie aussi à travers LQA, Le Quotidien d’Algérie. »

Le site web de Zehira Houfani-Berfas…

PS : Nous avons sollicité des entrevues avec les candidats du Parti québécois. Nous attendons toujours la réponse des services de communication du PQ.

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ————————

copyright – 2012-2014 – Samir Ben

16 réponses à Elections au Québec : Le Parti québécois est en train de montrer la porte aux Maghrébins

  1. Richard dit :

    Vous protégez et défendez votre communauté. C’est bien. Pourriez-vous aussi me procurer de vos articles qui dénoncent le Québec bashing des anglophones et des immigrants qui s’en donnent à cœur joie au Canada, particulièrement à Toronto et dans l’Ouest ?

  2. Pierre Cloutier dit :

    Moi, j’ai juste une question à poser à Madame à laquelle je n’ai pas eu de réponse jusqu’à maintenant : est-ce que le foulard ou le voile est un symbole de l’islam spirituel ou religieux ou un symbole de l’islam politique? Si c’est un symbole de l’islam religieux, pourquoi est-il apparu seulement dans les années 1970 en Algérie, avec l’arrivée des Frères musulmans? Les Québécois n’ont pas peur de l’islam spirituel. Ils ont peur de l’islam politique ou de l’islamisme, si on préfère. Lire à ce sujet : Boualem Sansal : « Gouverner au nom d’Allah, islamisation et soif de pouvoir dans le monde arabe », publié chez Gallimard. Quelqu’un peut-il avoir la gentillesse d’éclairer ma lanterne, svp?

    • bena dit :

      Pierre,

      Je te prie d’élargir ton horizon stp.

      On a été colonisé pendant 132 ans par tes cousins de France et ils ont longtemps vécus en Terre d’Islam.

      On ne refait pas la roue… essaie de lire et de te coller un peu plus à la réalité française vis-à-vis des maghrébins et de l’Islam.

      Je crois que tu e assez grand et assez intelligent pour trouver réponse a ta/tes question/s.

      Sinon lis ceci :

      SOCIETE ET POUVOIR EN ALGERIE. La décennie des ruptures. Etude de William B. Quandt. Casbah Editions, 254 pages, 330 dinars, Alger 1999

      SOCIETE ET POUVOIR EN ALGERIE. La décennie des ruptures. Etude de William B. Quandt. Casbah Editions, 254 pages, 330 dinars, Alger 1999

      Bien sûr, l’auteur, un des meilleurs analystes et universitaires spécialisés américain n’avait pas prévu, contrairemnet à d’autres analystes de l’époque, la victoire des islamistes radicaux. Mais là où il avait tort (en bonne partie), c’est quand il n’envisageait pas, non plus, l’éventualité d’un retour à l’ordre ancien. Optimiste, et se basant sur le «Printemps algérien» (déjà !) d’Octobre 88, il était presque sûr que la lutte se prolongera et «mènera ultérieurement vers une issue plus démocratique que n’ont pu le penser la plupart des observateurs». Avec un chemin, «ni direct, ni court, ni paisible».

      Bien sûr, c’est une étude de «commande» …les frais de recherche et de déplacement étant fournis par le Programme d’études sur la Politique étrangère de la Brookings Institution (Washington D.C.), ce qui paradoxalement lui donne sinon le label d’objectivité, du moins celui de l’exactitude inhérent à toute recherche universitaire scientifique digne de ce nom.

      Pour réussir son étude, il a rencontré toutes celles et tous ceux ayant connaissance, peu ou prou, des situations algérienne et dans le Monde arabe : hommes politiques (de droite, de gauche, du centre, de n’importe où et de partout… ), anciens ministres, anciens chefs de gouvernement, universitaires, journalistes, diplomates, chercheurs étrangers… Ayant déjà écrit un ouvrage en 1969 sur la Révolution algérienne de 1954 à 1968. Opération «grandes portes ouvertes» ! Il est vrai, qu’à l’époque, après l’échec de la première expérience démocratique, à cause de barbus «surgis de nulle part», notre enfermement involontaire et un certain désespoir nous poussaient à chercher des confessionnals encourageants… Pourvu que l’on nous écoute ! Dieu le bénisse.

      Il résume le passé, décortique le présent, avance des perspectives et termine avec une interrogation…en essayant de ne pas s’enfermer (comme beaucoup de nos analystes) dans l’annulation des élections de 92 .. «Une Algérie démocratique ?» . Il y croit. En tout cas, c’est, dit-il, ce qu’il attend et ce qu’il espère. Dieu l’entende ! Car, 16 après, la route vers la démocratie, menant loin de l’Etat autoritaire est plus longue et plus tortueuse qu’espérée. Peut-être moins de violences horribles ?

      Avis : Un livre qui date (première édition en 1998 aux Etats Unis sous le titre : «Entre Bulletins de vote et balles. Transition algérienne de l’autoritarisme» ) mais qui marque la bibliographie sur l’analyse politique correcte du pays. (Re-) lisez-le, vous ne le regretterez pas ! Des vérités crues et à croire. Une bibliographie très fournie. Et, des centaines de notes explicatives.

      Extrait : «Le système politique algérien, plus que beaucoup d’autres, a eu fort à faire pour former des coalitions voulant les réformes. En effet, le factionnalisme de l’élite s’est souvent traduit par l’immobilisme, et même les mouvements d’opposition ont eu tendance à se fragmenter»( p 19), «La vengeance des générations est partie prenante dans la politique algérienne, comme le montrent encore les terribles massacres de civils perpétrés durant la période 1996-1998» (p 28), «Les régimes autoritaires comptent sur quatre éléments combinés qui les aident à rester en place : l’idéologie, la répression, les gratifications et l’appui des élites» (p 43), « Pour l’instant, l’Algérie en est encore à se débattre dans sa «chaude vendetta familiale». Elle est loin d’avoir atteint le point «d’accoutumance» qui fait accepter les lois en tant que moyen légitime, et meilleur que d’autres, pour résoudre les conflits» (p 196), «Le pays n’a pas eu le bonheur de posséder de grands leaders. On peut même dire que la crise algérienne,même si son origine est socio-économique, s’est aggravée du fait de la médiocrité de sa classe politique» (p 211).

      .

      La vie est un cirque.

      “Toujours se battre, jamais s’abattre, mort je me relèverai.”

      (^_^)

      • Pierre Cloutier dit :

        J’essaie d’élargir mon horizon et j’essaie de comprendre, car le monde musulman n’est vraiment pas facile à comprendre. Je viens de terminer la lecture de : « Gouverner au nom d’Allah, islamisation et lutte de pouvoir dans le monde arabe » de Boualem Sansal et j’en sais un peu plus sur les différents rites, sous-rites et us et coutumes de l’islam. Je progresse. Mais il faut comprendre que tout ceci est nouveau pour nous au Québec. Nous n’avons pas colonisé personne et nous ne sommes pas européens. Par contre, vous n’avez pas répondu à ma question : est-ce que le voile est un symbole de l’islam spirituel et religieux de tradition malékiste ou le symbole de l’islam politique et intégriste wahhabite ou des Frères musulmans, financés par l’Arabie Saoudite et le Qatar?

      • bena dit :

        Cher Pierre,

        La femme musulmane est voilée excepté les yeux, mais vous ce sont vos yeux qui sont voilés et le reste est nu.

        Zehira Houfani-Berfas

        (^_^)

        .

        Lettre d’une musulmane aux Nord-Américaines femmes du monde
        Zehira Houfani-Berfas
        Essai
        150 pages — 2002
        Les éditions Écosociété

        C’est dans la tourmente qui a suivi les événements tragiques du 11 septembre, que j’ai décidé, en tant que citoyenne canadienne d’origine algérienne, arabe et musulmane, de rédiger cette missive à votre intention, vous, les femmes nord-américaines du monde.

        D’abord, pour vous faire part de mon sentiment face à la vague de racisme soulevée par vos médias à l’encontre de ma communauté, accusée à tort et à travers pour tous les maux du siècle. Ensuite, parce qu’il m’importe que vous ayez l’heure juste sur les temps douloureux, tels qu’ils sont vécus par des milliards d’individus sur notre planète. Ce texte brisera, je l’espère, les barrières de l’ignorance entretenues à dessein par les cercles décideurs, ici au Nord comme ailleurs au Sud.

        J’ai décidé de faire usage de mon droit à la liberté de pensée et à la liberté d’expression en étalant devant vous les torchons ensanglantés de la politique mondiale des grandes puissances, dont la communauté arabo-musulmane n’est que le bouc émissaire. Je ne veux plus que vous ignoriez les plaies de l’humanité en l’an 2002.

        J’écris pour vous rapporter cette souffrance humaine, et aussi parce que je refuse de garder clos le registre des victimes anonymes des décideurs politiques du Nord, les États-Unis en tête, avec la complicité des régimes despotiques et corrompus du Sud.

        Le monde entier s’est laissé envelopper par la symphonie guerrière dirigée par l’administration Bush. Pas de fausse note. En bons élèves intéressés par les dividendes éventuels, les sous-maîtres et tous les sous-quelque chose se sont engagés dans la lutte contre le  » terrorisme « . Un bien vilain mot qui peut désigner ce et qui on veut, du moment qu’il dérange! Chaque pouvoir a le sien.

        (…) À mesure que les hypothèses sur les attentats s’échafaudaient dans les rédactions et les salles de nouvelles, les rumeurs s’emparaient de la rue. La menace s’étendait partout en Occident. Elle est arabe, musulmane. (…) Les journalistes aux ordres n’auraient pas mieux fait en matière de propagande. Ce 11 septembre 2001 me ramena brutalement en 1991, lors de la guerre du Golfe. (…) En moins d’une journée fatidique, on avait accusé, jugé et condamné les musulmans et les Arabes et mis en surbrillance leur esprit malveillant à l’égard de la civilisation occidentale.

        (…) C’est dans les démocraties occidentales que les dictateurs préfèrent la villégiature! Et c’est là qu’ils s’en vont régulièrement faire leurs emplettes! C’est là qu’ils s’en vont retaper leur santé! Dans les hôpitaux rutilants de Genève, Paris, Londres ou Washington. (…) Enfin, c’est là, au Nord, que nos dictateurs ont leurs appuis! Ceux qui les protègent de la colère des populations, qui leur fournissent les plans pour opprimer ces populations et les armes pour les tuer, qui leur octroient les crédits qu’ils détournent et imputent à leur peuple sous forme de dettes internationales.

        (…) Il aurait été mille fois préférable qu’un mur de fer soit édifié entre nos deux mondes, histoire de balayer votre innocence, de ne laisser aucune chance à l’alibi de l’ignorance, du silence… Nos misères viendraient s’y cogner dans un vacarme si fracassant que vous finiriez par écouter. Malheureusement, le mur qui nous sépare n’est pas de fer et ne peut résonner d’aucune façon (…) Sinon comment expliquer que 3 000 victimes américaines peuvent causer tant de bouleversements et changer la face du monde alors que 800 000 victimes rwandaises, tuées collectivement dans des conditions atroces, n’ont même pas eu droit à une minute de silence de la part du monde civilisé, le Nord, en l’occurrence.
        (…) Il n’est pas vrai qu’on s’habitue à la souffrance, à l`humiliation, au mépris. Qu’on apprivoise la douleur, la peine, la faim. Qu’on supporte mieux la misère de ce côté-ci de la planète. Qu’on est mieux préparé aux drames, au deuil, à la maladie dans ces pays où l’on meurt rarement de mort naturelle. Jamais! (…) Au Sud, les populations n’ont pas droit à la parole, leurs colères sont proscrites comme des délits, leurs protestations comme des crimes punissables, et leurs droits sont invariablement confisqués. (…) le tout, sous l’œil consentant d’une ONU piratée qui ne se déploie qu’à la volonté des grandes puissances, véritables génératrices de ces conflits…

        (…) C’est dans cette logique, qu’une main lance les bombes et l’autre les sacs de farine!
        Que les bombardements créent des réfugiés et les employés humanitaires des camps de misère pour les accueillir!
        Que les puissances décrètent des embargos qui détruisent des peuples et délèguent l’ONU pour négocier leur survie! (…)

        Et ne me parlez surtout pas du voile des musulmanes qui vous mobilise le temps d’une campagne! Si celles-ci sont prisonnières de quelque chose, c’est d’abord de l’état de précarité de leurs sociétés, sans droits, sans soins, sans éducation! Le fameux voile, cet alibi qui, de nos jours, fait recette à tous les coups! À tel point qu’il en est devenu à la fois un alibi au service des dictatures autoproclamées démocraties et un cheval de Troie au service des intérêts stratégiques occidentaux…

        La femme musulmane est voilée excepté les yeux, mais vous ce sont vos yeux qui sont voilés et le reste est nu.

        .

        La Vie est un Cirque.
        Circulez, y’a rien à voir.

        (^_^)

      • Pierre Cloutier dit :

        Message à M. Bena

        Cher M. Bena

        J’ai lu avec attention la lettre de la femme musulmane et je partage sa souffrance et je suis solidaire. Pensez-vous sincèrement que, parce qu’on vit en Occident, on est d’accord avec tout ce qui se fait à travers le monde par certains gouvernements, dont celui des États-Unis, appuyé par Stephen Harper, allié inconditionnel d’Israël. qui n’a jamais consulté les québécois pour adopter cette position. J’ai toujours été un homme de gauche, avocat des felquistes avec mon ami Robert Lemieux, ami de mes camarades Pierre Vallières et Charles Gagnon et de tous ceux et celles qui se sont battues pour l’indépendance de la patrie, pour la justice sociale et le droit des êtres humains. Je n’ai jamais été à droite de ma vie. Jamais. Et je n’ai pas l’ombre du début d’un soupçon d’un semblant de racisme et de xénophobie en moi. Bien au contraire. Ceci étant dit, je repose ma question car vous n’y avez pas encore répondu : est-ce que le voile est le symbole de l’islam religieux, traditionnel, pacifiste, ouvert de tradition malékiste ou c’est le symbole de l’islam politique, intégriste, fondamentaliste, salafiste et wahhabite? C’est fondamental pour moi et pour les québécois de le savoir, car nous sommes tolérants envers toutes les religions mais nous avons peur de l’intégrisme religieux, qu’il soit musulman, juif ou chrétien. D’ailleurs, Stephen Harper fait partie d’une secte évangéliste fondamentaliste et c’est pour cette raison qu’il est l’allié d’Israël.

    • Zehira houfani Berfas dit :

      Bonjour M. Cloutier,

      Le port du voile est sujet à de nombreuses interprétations y compris dans les pays musulmans. Nous savons que les femmes le portent pour différentes raisons : traditions, culture, modèle vestimentaire, ou cache-misère comme on dit chez les plus démunis. Ce qui est sûr, c’est qu’il ne figure pas dans les cinq obligations fondamentales de l’islam. Cela dit, il y a des femmes qui portent effectivement le voile par conviction religieuse et par conséquent, il n’est pas question pour elles d’y renoncer. Il y va de leur liberté de conscience et de religion. Je ne vois pas en quoi le foulard islamique serait un problème pour la laïcité d’un État. D’autant qu’au Québec la question de l’égalité est non négociable. Reste évidemment à encadrer toute la question des accommodements raisonnables, et là-dessus, la communauté musulmane a un rôle important à jouer pour éviter toute dérive, notamment les demandes d’accommodements qui heurtent le bon sens, comme je l’ai mentionné.
      Personne n’est contre la charte de la laïcité, et Françoise David a affirmé que celle-ci aurait pu être adoptée n’eut été l’intransigeance du PQ qui voulait en faire un enjeu électoral.
      Enfin, le terrorisme n’est pas l’apanage de l’islam, pourtant dès que mot est prononcé c’est aux musulmans qu’on pense. Le terrorisme n’a pas de nationalité, mais seulement des intérêts de toutes sortes, économiques, idéologiques, géopolitiques, etc. C’est du moins ma conviction et j’espère que nous serons vigilants où que nous soyons sur cette terre parce que l’humanité est notre famille à tous.
      Zehira.

  3. bena dit :

    Zehira,

    Merci  »L’Incomprise ».

    Je me souviens de vous comme bouclier humain anti-missile à Baghdad.

    Baghdad

    J’ai entendu les bombes déferler sur Baghdad
    J’ai compris que les loups stationnaient sur les rades
    Le plan de l’invasion se décida un soir
    Pour démunir l’Irak des fruits de son savoir

    Combine se mit en marche, sordide, épouvantable
    Les cœurs se mirent dans l’arche, candides, et pitoyables
    Féroce fut le chasseur qui força l’imposture
    N’a laissé derrière lui que ruines et brûlures

    S’inscrivent dans les mémoires, en lettres capitales
    Les crimes de l’histoire, fruit d’un complot mondial
    Qui peut fermer les yeux devant ces actes perfides
    Plaide en faveur des meurtres, délits et génocides

    J’ai entendu les bombes déferler sur Baghdad
    J’ai compris que les loups stationnaient sur les rades
    Mon cœur est plein de peine pour ces êtres meurtris
    Que peut un pauvre cœur que n’ont pu les nantis ?

    Latifa Manseribensalem

    • Zehira houfani Berfas dit :

      Bonjour Bena,
      Nous sommes toujours dans la même logique de ces bras de fer meurtriers à l’échelle du monde. Les humains ont du mal à vivre en harmonie avec la nature. On pensait que le Savoir et la technologie transcendraient la méfiance et l’ignorance au profit de la solidarité et du partage dans ce village global qu’est devenu le monde, mais on en est encore loin, hélàs.

  4. Durand dit :

    Il est vrai que pour les personnes qui n’ont jamais vécu dans pays sécularisés, il leur faut du temps pour s’y imprégner mais ceci est tout aussi vrai pour les personnes qui découvrent les pays où la religion est omniprésente.Il existe des pays où la spiritualité est partout sans pour autant s’ingérer dans le quotidien. Pour une même pratique quel que soit le domaine s’exprimera en fonction du contexte. Ici sérénité , ailleurs agitation. Peut être que certains vivent leur monde, d’autres le rêvent.

  5. LibrePenseur dit :

    Enfin une position intelligente, mesurée, inclusive.
    Ça nous change des fanatiques de tous bords.
    Ni la peste, ni le choléra! On veut vire en paix.
    Nous avons besoin de gens rassembleurs, pas de semeurs de zizanie, de division et de haine.

  6. Elyes Bdira dit :

    Le sondage de La Presse dit tout: 72% des francophones ont une attitude négative envers l’Islam alors que 36% des non Francophones l’ont. Le problème est socio-culturel et concerne le Quebec qui risque de perdre sa population Musulmane vers l’Ontario.. pour le mieux ou le pire des uns ou des autres.

  7. Nadia dit :

    Je trouve excellente l’intervention de Madame. Je me retrouve tant dans ses propos, n’étant pas moi-même voilée, mais je trouve incompréhensible cet acharnement sur nos compatriotes voilées.

    Très bien dit!

  8. citoyen7 dit :

    les intellos algériens et arabes, pour la plupart sont pro laics , ils ne sont pas travaillé par l’esprit et la culture de leur origines, alors ils sont une mosaïque éparse dont certains égaient la boutique comme djamila benhabib, la grec chypriote de souche qui elle travaillée par la culture de la mère, doit allégeance et soumission a sa culture d’occidentalisée et de raciste rampante anti musulmane , juste par le conflit et le travail de la mémoire , en tant qu anti communauté turc de chypre tout cela ajouté au travail de sape de la france soucieuse de faire des gens de cet lignée le source de la division et de tout les reniements meme si son pere , est algérien communiste athé donc sans réferents pour tout ce qui touche a la culture musulmane riche et tolérante. je voudrai dire aussi que le prix de l’immigration est en somme , d’avoir a se mettre dans la gueule du loup. et on paie les conséquences. juste a regarder le faut débat sur la laicité a été meme ramené de france pour encore empoisonner la vie des immigrants arabes et musulmans , alors que la société française vit le pire des racismes et des atteintes aux droits des citoyens a vivre libres dans une société juste et équitable . donc vous voyez la grande hypocrisie de cet occident haineux et revanchard et raciste,
    a lire et a comprendre , l’essaie de John SAUL

    http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Ralston_Saul

  9. Maysar dit :

    Ces peudo- musulmans et musulmanes en barbes , qamis , voile et autre burqa sont le carburant de tous les comportements et idéologies xénophobes et dont ils sont les alliés objectifs !
    Et ceux qui prétendent parler au nom de la communauté algérienne dans les pays occidentaux doivent au préalable amener leurs compatriotes à faire leur autocritique avant de crier au loup et verser dans l’auto-congratulation et rejouer à l’infini aux éternelles victimes du monde occidental !
    Dénoncer et lutter contre les discours xénophobes et discriminatoires , c’est bien . Mais se regarder dans la glace pour voir ce qui ne va pas , c’est mieux !

  10. Eric dit :

    Bonjour Eric

    Comme votre commentaire n’est pas signé (Prénom, Nom et Ville), il ne peut être publié.
    Pourriez-vous le renvoyer signé ou donner un prénom et un nom.

    Merci d’avance pour votre compréhension

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :