Immigration maghrébine : 2ème génération

février 27, 2014

La communauté maghrébine au Québec en est à la deuxième génération. Oui, le temps passe vite. Qui mieux que Queen K, une slameuse québéco-tunisienne, pour exprimer le vécu des enfants issus des deux cultures  – par la mère, le père ou l’immigration ?

Clairement pas certains baby boomers qui courent derrière une indépendance qui leur est passée sous le nez à deux reprises  et qui veulent la faire, dans ce qui semble être une dernière chance, sur le dos d’un foulard, en prônant une assimilation « mur-à-mur ».

Une belle réponse à ceux qui continuent à croire à l’ADN propre! Au moment où certains, au Québec ou dans les pays d’origine (Algérie, Maroc, Tunisie…) ,  pleurent une race pure en se cachant derrière la culture, Queen K et ses amis sont déjà dans le Québec de demain, dans le monde de demain.

Queen K. n’a pas à soustraire l’une des deux cultures . Elle les additionne !

J’ai découvert Queen K. en travaillant avec la réalisatrice Nadia Zouaoui qui en a fait le portrait dans sa série de reportages Histoires d’immigrants.

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ————————

Advertisements

Tamazgha TV, le premier programme berbère de Montréal

février 21, 2014

La première émission de télévision tamazight à Montréal et en Amérique du Nord, Tamazgha TV, sera lancée demain sur les ondes d’Ici, la chaîne multiethnique de la métropole canadienne.

TamazghaTV

TamazghaTV

Elle est produite par Mourad Mahamli et Lahbib Mehadaoui qui sont d’origine algérienne et marocaine, respectivement.

Le programme sera diffusé dans un premier temps, les Samedi de 16:00 à 16:30 et les dimanche de 20:00 à 20:30.

Mourad Mahamli explique que les émissions s’intéresseront aussi bien à la communauté berbère de Montréal qu’à la vie montréalaise. Une interview avec le maire de la métropole est d’ailleurs en boîte.

L’activité culturelle foisonnante de la communauté berbère aura aussi sa place – les concerts et autres.

L’émission est disponible en format HD sur le réseau hertzien (le canal 47) et sur le câble : 16 et  616 (HD) avec Videotron ainsi que 216 et 1216 (HD) avec Bell Fibe.

Mourad Mahamli vient du monde de la radio. Il produit et anime, entre autres, l’émission Rencontres berbères sur Radio centre ville, les mercredi de 13:00 à 14:00.

En 2010, il a remporté le prix ‘Entrepreneur’ de la fondation club avenir qui encourage l’intégration par l’excellence chez les Algériens et les Maghrébins du Canada.

TamazghaTV

Affiche de promotion du programme Tamazgha TV

A noter qu’ICI offre de la programmation en 15 langues desservant 18 communautés ethniques, en plus du français et de l’anglais.

Le site Web d’ICI  : http://icitelevision.ca/apropos/

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ————————


Vancouver, Ottawa, Toronto et Montréal, meilleures villes nord-américaines

février 20, 2014

Juste après Vancouver (1ere), Ottawa (2eme) et Toronto (3eme), la ville de Montréal se hisse au 4e rang des villes nord-américaines offrant la meilleure qualité de vie, selon le rapport 2014 de la firme Mercer. .

Patinoire du vieux port - Montréal

Patinoire du vieux port – Montréal

A l’échelle mondiale, Vancouver arrive au 5e rang , suivi par Ottawa (14e rang), Toronto 15e rang et Montréal au 23e rang.

Ce classement est destiné aux multinationales et leur permet « d’établir une rémunération équitable pour les employés qu’elles déploient à l’étranger », selon la firme.

Plusieurs indicateurs sont utilisés pour établir ce classement : La stabilité politique et le taux de criminalité, les services bancaires, l’accès aux médias et la censure, les services médicaux…

Immigration

A Montréal, la population immigrante représentait 40 % des habitants en 2011, dont 4%  nés dans d’autres provinces canadiennes, selon Statistiques Canada.   60 % nés au Québec y compris ceux dont les parents sont nés à l’étranger.

Vancouver comptait 42% d’immigrants en 2011 selon la même source.  La moitié des habitants de Toronto sont nés à l’étranger.

Plus de détails sur  :

Montréal 4e ville nord-américaine pour la meilleure qualité de vie… (La Presse)

Montréal, 4e meilleure ville en Amérique du Nord… (Radio Canada)

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ————————

copyright – 2012-2013 – Samir Ben


Canada : Une charte qui divise le Québec

février 19, 2014

 La province du Québec vit, depuis plus de cinq mois, au rythme d’un débat polarisé autour d’un projet de loi qui interdit principalement le port du foulard musulman pour les fonctionnaires de l’Etat. 

 «Une distraction et une diversion aux relents électoralistes», accusent ses détracteurs dans un documentaire, La charte des distractions, qui est disponible sur internet à partir d’aujourd’hui.

Pas un, ni deux,  mais ce sont 14 intervenants dans le documentaire qui taillent en pièces le projet de loi 60 appelé la charte des valeurs québécoises. Le film de 52 minutes, donne la parole à des personnalités de la société civile québécoise de gauche opposées au projet du gouvernement provincial.

N’ayant pas les mêmes fonds publics que le gouvernement a pu consacrer à la promotion de son projet, 1.9 million de dollars,  les producteurs  99%Media, les Alter Citoyens et GAPPA -des médias indépendants- ont eu recours au socio-financement.

charte

Afin de faire face  aux médias de la droite nationaliste, et à leur tête le groupe Québecor, qui se sont alliés avec le Parti québécois au pouvoir, les initiateurs comptent sur les médias sociaux et Youtube pour faire circuler leurs arguments.  

Une tournée dans les régions en dehors de Montréal est prévue. Elle permettra d’initier des débats avec les pro-charte. Ce ne sera pas facile, certainement, tellement le débat est devenu passionné et polarisé.

Pour Widia Larivière, militante autochtone et féministe,  ce projet de loi sur les valeurs québécoises communes est «le reflet de la mentalité colonialiste du gouvernement. C’est un déni des peuples autochtones qui habitent ce territoire depuis des millénaires.»

Rémi Bourget, avocat spécialisé en droit constitutionnel, trouve qu’en tant que citoyen et juriste il ne pouvait pas « tolérer qu’on porte un si dur coup aux libertés et aux droits qui sont reconnus comme fondamentaux.»

Documentaire objectif  ?

On n’entendra pas un autre son de cloche le long de ce documentaire engagé. Sarra Guerchani, une des réalisatrices, assume ce choix. « C’est un documentaire. Ce n’est pas un reportage. Il ne s’agissait pas de mettre les pour et les contre. Un documentaire n’exige pas une objectivité. Notre but est de prendre la parole », nous explique celle qui a vécu une dizaine d’années en France. « Quand j’entends la Première ministre Pauline Marois prendre la France comme exemple, je n’en reviens pas. Ils sont en train de réétudier l’impact de leurs mauvaises politiques d’intégration ».

La militante autochtone, Melissa Mollen-Dupuis s’insurge contre l’uniformisation que va imposer cette charte aux différentes composantes de la société québécoise. « Cette approche a détruit notre identité, notre culture, notre langue. Justement parce qu’on voulait nous faire rentrer dans ce qui était les valeurs de l’époque», affirme-t-elle. Le projet de charte lui rappelle trop la politique appliquée aux Indiens d’Amérique.

 Ianik Marcil, économiste indépendant, déplore que le gouvernement veuille légiférer le vivre-ensemble au lieu de présenter la charte « comme un projet rassembleur pour intégrer l’ensemble de la société québécoise, notamment par des mesures d’éducation, de compréhension et de dialogue.»

Il est rejoint par Bochra Manai qui prépare un doctorat en études urbaines à l’INRS-Montréal. Elle s’intéresse aux Maghrébins de la métropole. Pour elle, le gouvernement « donne l’impression qu’il veut construire un club fermé et non une société ».

 L’alibi de la laïcité

Bien que le projet de loi mette de l’avant la laïcité de l’Etat, un seul article suscite le débat houleux depuis la fin de l’été. Il s’agit de l’interdiction des signes religieux ostentatoires pour les fonctionnaires. Concrètement, les femmes musulmanes qui portent le voile, bien que peu nombreuses dans la fonction publique, seront les plus touchées par cette mesure. Et toutes les autres qui travaillent dans le réseau des garderies pour enfants, seul secteur où elles trouvent du travail rapidement.

Le documentaire, donne la parole à Ryoa Chung, professeure agrégée de philosophie à l’université de Montréal. Pour elle la charte consacre la marginalisation d’une catégorie de citoyens.  « L’enjeu de tout ce débat public porte sur un article en particulier qui concerne l’interdiction des signes religieux ostentatoires », explique-t-elle. Elle affirme que c’est cet article qui l’a mobilisée contre ce projet de charte. « Je pense que ça reconduit la marginalisation et la stigmatisation. Une forme d’ostracisme politique inacceptable à l’endroit de certaines catégories de citoyens québécois, qui pour toutes sortes de raisons sont perçus comme citoyens de seconde classe », ajoute-elle.

Elle trouve « incroyable que les gens se laissent convaincre que cet article contient l’essence de la conception de la laïcité et de l’égalité des sexes, que l’on doit défendre et promouvoir au sein de la société québécoise ». Cette confusion pourrait s’expliquer par un mélange « d’idéologie et de rhétorique fallacieuse ». Ceci pourrait aboutir « à des conséquences qui peuvent être politiquement désastreuses, et moralement, totalement injustifiables », conclut-elle.

 Taper sur le musulman

 L’essayiste Jean-Marc Piotte est revenu sur les relations entre le PQ et la droite nationaliste. Pour lui, les stratèges du parti au pouvoir ont tout simplement reconduit la recette « gagnante » de la défunt Action démocratique du Québec (ADQ) qui a été propulsée d’un statut microscopique à plus de 40 députés en 2007 en adoptant un discours identitaire hostile aux immigrants.

A la veille d’une élection qui s’annonce pour les prochaines semaines, « Comment aller chercher des votes ? On fait comme l’ADQ. : taper sur les musulmans ».

Jean Dorion, militant indépendantiste et ancien président de l’organisation patriotique, la Société Saint-Jean Baptiste de Montréal, a affirmé samedi dernier lors des débats qui ont suivi la première du documentaire que « La charte n’est pas raciste mais elle offre un substitut qui occupe la même fonction que le racisme ».

Pour Maryse Potvin, sociologue, la laïcité telle que prônée par le gouvernement relève du discours assimilationniste : tout le monde doit être pareil.

« La dichotomie Nous et eux, c’est un des premiers pas vers le racisme. S’en suit une sorte de victimisation de soi qu’on voit s’installer. La personne se sent vraiment menacée par l’autre. Ca commence par des affirmations du genre, ils viennent chez nous et il faut qu’ils s’adaptent, et ça finit par: ils viennent nous imposer leur mode de vie », analyse-t-elle.

Après cette victimisation, il y a la diabolisation et la déshumanisation de l’autre. L’autre devient presque un ennemi. Il n’est pas juste différent. Il devient une sorte d’ennemi avec lequel on ne veut pas avoir de relations.

 Relations intercommunautaires

 Khadija Mounib, économiste d’origine marocaine qui a commencé à porter le foulard au Québec résume le sentiment des femmes qui sont dans la même situation qu’elle : « pour rien au monde je ne souhaite à quelqu’un d’être une femme musulmane aujourd’hui », dit-elle dans le documentaire.

De son côté, Cécile Rousseau, professeure titulaire au département de psychiatrie de l’université McGill s’inquiète de l’impact de cette loi sur les relations intercommunautaires au Québec. Car le projet de loi donne l’impression que le gouvernement a libéré le discours raciste anti-musulman.

« Je suis très inquiète car je pense que les relations intercommunautaires sont comme les relations de couples.  C’est fragile. Ce n’est pas parce qu’une relation de couple a été bonne qu’elle le sera toujours. Si on dit des mots qu’il ne faut pas dire, si on dépasse certaines limites, c’est très long de se réconcilier. La colère et le rejet suscitent la colère et le rejet. », affirme-t-elle.

« Les relations intercommunautaires peuvent dégringoler rapidement. Il n’y a qu’à voir ce qui s’est passé en Allemagne pendant la 2e guerre mondiale. En une décennie, on peut tomber rapidement très bas. », nous dit-elle. Sans aller jusqu’à prévoir des camps pour musulmans du Québec, Elle nuance son propos. « Il ne faut pas faire les prophètes de malheur et prédire les catastrophes. Mais, il ne faut pas se laisser endormir par le Plus jamais. Le plus jamais ne veut pas dire que ca n’arrivera pas. C’est pour nous rappeler que c’est toujours possible. ».

Pour elle, « la perception du musulmans s’est énormément simplifiée. Avant de s’attaquer à quelqu’un, on sur-simplifie son image. Il devient quelque chose d’autre qu’un humain. C’est un processus de déshumanisation. On verse dans l’anecdotisme. La radicalisation n’est pas que musulmane. Il y a aussi les radicaux anti-immigration. La question est comment faire sortir les gens non radicaux de ces dynamiques malsaines ».

Elle trouve scandaleux que le parti au pouvoir « laisse sur son blog des commentaires racistes sous prétexte d’expression populaire ». En clair, il « endosse le racisme. »

Finalement, il faudra peut-être se rendre à l’évidence que le parti au pouvoir est en train de se transformer tranquillement en Tea Party Québécois.

Un documentaire donne la parole à des opposants au projet de charte de la laïcité …..(Le Devoir)

Au-delà de la cassette de la Charte… (La Presse)

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ————————

copyright – 2012-2013 – Samir Ben


Changer de prénom pour s’intégrer ?

février 17, 2014

Faut-il changer son prénom pour s’intégrer au Québec et trouver du travail ? Oui,  semble dire les immigrants qui ont franchi le pas, selon ce que rapporte un reportage de Radio Canada mis en onde et en ligne aujourd’hui.

« L’an passé, 162 immigrants ou personnes issues de l’immigration ont franchi ce pas. Plus du tiers sont originaires du Maghreb ou du Moyen-Orient », rapporte la même source. Ce changement intervient généralement à l’occasion de l’acquisition de la citoyenneté canadienne.

Cérémonie de citoyenneté

Cérémonie de citoyenneté

Changer de prénom pour s’intégrer : quand Youssef devient Joseph… (sur le site de Radio Canada)

Je publie cet article pour voir ce que pensent les lecteurs de ce blog.

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ————————

copyright – 2012-2013 – Samir Ben


Vidéo de la mort de Massinissa Kaddour tué par des convoyeurs

février 14, 2014

La mort de Massinissa Kaddour tué par des agents de Garda la nuit du 31 janvier au 1er février dernier à Longueuil dans la banlieue sud de Montréal, n’a pas livré tous ses secrets. Mais une vidéo postée sur youtube montre les derniers moment de la vie de ce jeune Algérien de 32 ans arrivé au Canada à l’âge de 14 ans.

On y voit les les policiers en train de faire les manoeuvres de réanimation sur Massinissa avant son transport à l’hôpital Pierre Boucher de Longueuil dans la banlieue sud de Montréal où sa mort est déclarée.

La scène se passe à côté de la succursale de la banque d’ou sortaient les convoyeurs de fonds de la compagnie Garda qui l’ont tué.

On y entend les échanges radio entre policiers. Ces derniers semblent adhérer totalement à la thèse des convoyeurs de fonds qui affirment qu’ils ont été attaqués par la victime qui voulait voler l’argent qu’ils devait transporter.

Pas facile d’avaler une telle couleuvre. Il faudra que Garda le prouve hors de tout doute. Car comment se peut-il qu’une personne qui n’est pas connue des services de police et qui n’est pas dans le besoin puisqu’issue d’une famille suffisamment à l’aise pour faire face à n’importe quel éventuel caprice.

Encore peu probable pour ne pas dire impossible qu’il s’attaque à mains nues à des convoyeurs armés. Tout ceci à quelques centimètres du café Tim Hortons qu’il férquente depuis longtemps.  Un café où tout le monde le connaît et où il était attablé quelques mintues avant le drame.

Enquête publique

La communauté ne se suffira pas d’une enquête policière de routine. Vu la rapidité avec laquelle la police de Longueuil a conclu au vol qui a mal tourné, thèse aussitôt reprise et répandue par les médias , on est en droit de dire que la police de Longueuil a du pain sur la planche pour redorer son image avec la communauté et rétablir la confiance.

La facilité avec laquelle la réputation de toute une famille et de la victime a été entâchée doit être dénoncée. Justice doit être rendue au nom de la victime et des citoyens qui sont en droit de demander à être protégés des bavures de ceux qui détiennent des permis de port d’armes.

Il faudra mettre toute la pression sur les politiciens pour qu’une enquête publique soit lancée afin que la vérité toute la vérité sur cette affaire soit connue.

Voir plus bas d’autres posts sur l’affaire.

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ————————

copyright – 2012-2013 – Samir Ben


Massinissa Kaddour, tué par des convoyeurs (PHOTOS)

février 12, 2014

La famille de Massinissa Kaddour veut laver la réputation de son fils de 32 ans tué par des convoyeurs de fonds de la compagnie Garda à Longueuil (banlieue sud de Montréal),la nuit du 31 janvier au 1er février dernier.

« Mon frère n’est pas un voleur. Les médias souillent sa mémoire et portent atteinte à la réputation de notre famille en affirmant qu’il a été tué au cours d’un vol qui a mal tourné. Pourquoi nous n’entendons que la version de la police et des agents qui ont tué mon frère ? Pourquoi les médias ne nous ont pas contactés ?», me dit Mohamed Kaddour, le frère de Massinissa. Il vient juste de rentrer d’Algérie où la victime a été enterrée dans son village natal de Takourabt (Bejaia).

Massinissa Kaddour -photo prise à la dernìère fête de l'Aid

Massinissa Kaddour -photo prise à la dernìère fête de l’Aid

« Mon frère ne ferait pas de mal à une mouche. Il n’a aucun antécédent judiciaire et n’est pas connu des services de police. Comment peut-on s’attaquer à un convoi de transport de fonds, les mains nues ?», ajoute cet entrepreneur et homme d’affaires vivant au Québec.

« Le guichet automatique est en face de la maison familiale. C’est à cette banque qu’il va chercher son argent. C’est aussi à côté du café Tim Hortons dont il était un habitué.Qu’est-ce qui s’est passé ce soir ? Nous demandons que toute la lumière soit faite et que la vérité sorte. Mon frère ne manquait de rien. Il avait même acheté une voiture récemment»,explique Mohamed Kaddour.

 

Massinissa Kaddour -photo prise à la dernìère fête de l'Aid

Massinissa Kaddour -photo prise à la dernìère fête de l’Aid

 

« La police de Longueuil ne nous a rien dit jusqu’à maitnenant sur ce qui s’est passé. Nous avons nous même remué ciel et terre pour le retrouver la nuit du drame. A l’hôpital Pierre Boucher de Longueuil, nous avons été traités comme des sauvages. Aucun égard pour ma mère. Mensonge après mesonge et à la fin ils nous ont mis dans une chambre, une sorte de remise .», ajoute-t-il. 

Rappel : (publié le 7 février)

La mort tragique de Massinissa Kaddour est passée presque inapreçue. Tout le monde avait entendu parler d’un homme de 32 ans tué par des convoyeurs de fonds de la compagnie Garda la nuit du vendredi à samedi dernier.

Personne dans la communauté n’avait pensé que la victime était un Algérien, Massinissa Kaddour, originaire d’Akbou (Bejaia) .

Massinissa Kaddour dans l'ambulance avant son transfert à l'hôpital

Massinissa Kaddour dans l’ambulance avant son transfert à l’hôpital

Sa mort reste à élucider. Car la police et les médias n’ont rapporté que la version des agents de sécurité de Garda. Massinissa Kaddour n’était pas armé et n’avait aucun antécédent judiciaire.

Il semblerait qu’il était dans un Café, Tim Hortons, et était sorti fumer une cigarette. Le café est situé à côté d’une succursale de banque. Une altercation avec les agents convoyeurs aurait mené au drame.

Le camion de G4S (Garda) sur le lieu du drame entre la banque TD et le café Tim Hortons. Il est curieux de s’attaquer à mains nues à des agents armés.

 Ayant moi-même croisé des employés de Garda dans l’exercice de leur fonction, le moins que je puisse dire est qu’ils sont très nerveux. Mieux vaut s’éloigner d’eux et de leur camion quand ils viennent récupérer l’argent des banques et des guichets automatiques.

On ne s’explique toujours pas la mort de Massinissa issu d’une famille aisée qui habite Longueuil. Espérons que celle-ci trouvera un bon avocat qui la défendra devant une grosse compagnie comme Garda.

Les ambulanciers tentent de réanimer Massinissa

Les ambulanciers tentent de réanimer Massinissa

 Massinissa n’a pas eu de chance même dans la mort. L’avion d’Air Algérie qui devait le ramener au pays pour y être enterré a subi un problème technique et le vol a été reporté de 24 heures.

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ————————

copyright – 2012-2013 – Samir Ben


Sochi : Deux soeurs Québécoises sur le même podium…

février 10, 2014

Beaucoup de parents et pays en rêvent. Une famille québécoise de Montréal, les Dufour-Lapointe, l’a fait aux jeux olympiques d’hiver qui se déroulent à Sochi (Russie) :  Deux de ses trois filles, Justine et Chloé, qualifiées en finale des épreuves de bosses en ski acrobatique ont décroché les médaille d’or et d’argent pour le Canada. La troisième s’est contentée d’une douzième place mais n’a pas démérité.

Chloé et Justine Dufour-Lapointe

Chloé et Justine Dufour-Lapointe

Maxime, Chloé et Justine Dufour-Lapointe avec leurs parents

Maxime, Chloé et Justine Dufour-Lapointe avec leurs parents

C’est la septième fois de l’histoire des Jeux olympiques d’hiver que des frères et/ou soeurs terminent au 1er et au 2e rang d’une même épreuve.

Quelle belle réussite pour les filles et quelle récompense pour les parents. La maman qui a une maîtrise en administration a laissé tomber une carrière professionnelle pour s’occuper à temps plein de ses filles. Finalement, elle ne le regrette certainement pas son choix. Et je dis bien SON choix.

Soeurs_Lapointe_Dufour_006

Soeurs_Lapointe_Dufour_005

Chloé et Justine Dufour-Lapointe

Chloé et Justine Dufour-Lapointe

Chloé et Justine Dufour-Lapointe

Chloé et Justine Dufour-Lapointe

Une source d’inspiration

L’exploit des deux soeurs et de leur aînée va inspirer certainement d’autres filles au Québec, au Canada et partout dans le monde. Je pense à la petite Nour Houda Foura, une Québécoise d’origine algérienne,  étoile montante du patinage artistique qu’on pourra, peut-être voir sur un podium international dans le futur.

 

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commtaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ————————

copyright – 2012-2013 – Samir Ben


Architecte en Algérie, SDF à Montréal…

février 7, 2014

Macabre actualité. Un brillant architecte algérien, Radil Hebrich,  originaire d’Annaba finit sa vie en SDF à Montréal et meurt à 59 ans écrasé par une rame de métro en janvier dernier.

Radil Herbiche - étudiant - Fin 70 début 80

Radil Herbich – étudiant – Fin 70 début 80

Un autre jeune homme âgé de 32 ans, Massinissa Kaddour, originaire d’Akbou (Bejaia), tombe sous les balles de convoyeurs de fonds de la compagnie Garda à Longueuil (Rive Sud de Montréal).

Ce deux informations sont passées presque inaperçues.  La mort de Radil Hebrich n’a été connue qu’hier. C’est Le Journal de Montréal qui en a rapporté les faits. Comment aurait-il pu en être autrement au moment où il y a un black-out systématique sur les morts dans le métro montéalais à cause des possiblers suicides (les médias ont adopté cette attitude vis-à-vis de ce problème pour ne pas le favoriser).

Radil Herbiche

Radil Herbiche

Les usagers des rames de la STM (Société des Transports de Montréal) sont habitués  aux interruptions de services en raison des interventions des services d’urgence (la façon pudique d’annoncer la mort tragique -suicide- d’une personne dans le métro).

L’histoire de Radil Hebrich résume à elle seule, le côté sombre d’une immigration qui a mal tourné. Une histoire d’horreur loin des success stories auxquelles nous avait habitués la télévision algérienne avec sa célèbre émission Sans Visa – son producteur est député de l’émigration maintenant.

Radil Hebrich était un architecte talenteux à Annaba. Chouchou de sa riche famille, il s’est marié jeune avec une fille d’émigrés Algériens en France qu’il avait connue à l’université.  Au début des années 2000, à contre-coeur, il suit sa sa femme qui veut s’installer au Québec avec ses deux enfants. Il vend tout et liquide son affaire à Annaba.

L'Avis de décès de Radil Hebrich dans l'Est républicain (Algérie) - Janvier 2014

L’Avis de décès de Radil Hebrich dans l’Est républicain (Algérie) – Janvier 2014

Il n’a jamais pu exercer son métier d’architecte au Québec. Quelques années plus tard, lui et sa femme se séparent. S’en suit une lente descente aux enfers marquée par le dieu Bacchus. Il se retrouve à la rue. Sa vie de SDF, on dit itinérant ici, dure quelques années avant de remonter la pente. En janvier dernier, il meurt écrasé par une rame de métro dans une station à l’Est de l’île de Montréal – Longelier.

Massinissa Kaddour

La mort tragique de Massinissa Kaddour est passée, elle aussi, presque inapreçue. Tout le monde avait entendu parler d’un homme de 32 ans tué par des convoyeurs de fonds de la compagnie Garda la nuit du vendredi à samedi dernier.

Massinissa Kaddour dans l'ambulance avant son transfert à l'hôpital

Massinissa Kaddour dans l’ambulance avant son transfert à l’hôpital

Personne dans la communauté n’avait pensé que la victime était un Algérien, Massinissa Kaddour, originaire d’Akbou (Bejaia) .

Sa mort reste à élucider. Car la police et les médias n’ont rapporté que la version des agents de sécurité de Garda. Massinissa Kaddour n’était pas armé et n’avait aucun antécédent judiciaire.

Il semblerait qu’il était dans un Café, Tim Hortons, et était sorti fumer une cigarette. Le café est situé à côté d’une succursale de banque. Une altercation avec les agents convoyeurs aurait mené au drame.

Les ambulanciers tentent de réanimer Massinissa

Les ambulanciers tentent de réanimer Massinissa

Ayant moi-même croisé des employés de Garda dans l’exercice de leur fonction, le moins que je puisse dire est qu’ils sont très nerveux. Mieux vaut s’éloigner d’eux et de leur camion quand ils viennent récupérer l’argent des banques et des guichets automatiques.

On ne s’explique toujours pas la mort de Massinissa issu d’une famille aisée qui habite Longueuil. Espérons que celle-ci trouvera un bon avocat qui la défendra devant une grosse compagnie comme Garda.

Les ambulanciers tentent de réanimer Massinissa

Les ambulanciers tentent de réanimer Massinissa

Massinissa n’a pas eu de chance même dans la mort. L’avion d’Air Algérie qui devait le ramener au pays pour y être enterré a subi un problème technique et le vol a été reporté de 24 heures.

Lire l’article du Journal de Montréal sur Radil Herbiche…

Lire l’article de La Presse sur la mort de Massinissa Kaddour (il n’y a que la vesion des agents qui l’ont tué)….

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ————————

copyright – 2012-2013 – Samir Ben


Etranglée par son hidjab…

février 1, 2014

Une autre éruption xénophobe et islamophobe s’est emparée du Québec ces dernières 24 heures après la mort d’une femme étranglée par son foulard pris dans l’escalier mécanique du métro.

Le journal de Montréal du 31 janvier 2014

Le journal de Montréal du 31 janvier 2014

Les discussions y compris chez les journalistes se sont cristalisées autour d’une seule question :  simple foulard ou hidjab ? Il y a de quoi. L’accident tombe en plein débat sur l’interdiction du voile dans la fonction publique.

Un projet de loi du gouvernement nationaliste minoritaire polarise la province depuis plusieurs mois.  L’objectif, à court terme, est d’avoir la majorité. Les stratèges du gouvernement ne se gênent pas à jouer sur la  peur du méchant musulman qui veut islamiser le Québec.

Le journal de Montréal du 31 janvier 2014

Le journal de Montréal du 31 janvier 2014

Alors  simple foulard ou hidjab ? Le tabloïd Le Journal de Montréal a sans hésitation choisi un titre choc : Etranglée par son hidjab – un titre lourd de sens en ces temps de chasse à d’hypothétiques femmes voilées dans la fonction publique du Québec – un secteur qui reste difficile d’accès pour les immigrants au vu des statistiques.

Le mystère est demeuré entier jusqu’à ce que l’information soit rendue publique : il sagit bel et bien d’un voile. La dame âgée de 47 ans est originaire du Maroc. Elle vit au Québec depuis le mois de mai dernier. Elle laisse derrière elle un mari et deux garçons (5 et 8 ans).

Tsunami raciste et des dénonciations

Dès l’annonce de l’accident , les commentaires racistes et islamophobes envahissaient facebook, twitter et les forums des grands médias. Une haine qui donne froid dans le dos et fait craindre le pire pour les mois à venir.

« Les discussions enflammées ont été suivies par plus de 800 000 abonnés Twitter », selon Influence Communication, une agence québécoise d’analyse de médias, Ils se répartissaient entre le Québec et la France.

Bien que le gouvernement soit resté silencieux, des Québécois se sont empressés de dénoncer cette flambée raciste sur les medias sociaux. Quelques chroniqueurs ont aussi dénoncé la déshumanisation qui mène à ce genre de dérapage.  D’autres chroniqueurs connus pour leur acharnement à défendre le projet de loi 60 et leur indignation sélective ont brillé par leur silence face à cette haine.

Radio Canada a même bloqué les commentaires à propos de cette annonce sur son site internet. CBC, l’alter ego anglophone de Radio Canada a souligné ce déferlement de haine et l’a lié à la charte des valeurs en débat actuellement.

« Une terroriste de moins à Montréal », « Un voile de moins », « C’est une importée. Bon débarras », « Ca tombe bien car  la charte va interdire le foulard », « Franchement, vous ne me ferez pas pleurer avec cette nouvelle »….

Ce sont là quelques commentaires compilés par un site internet québécois pour attirer l’attention sur ce discours et le dénoncer.

(Mise à jour 02.02.2014) La ministre de l’immigration Diane de Courcy vient de dénoncer les propos racistes qui circulent.  »je tiens à déplorer et vigoureusement dénoncer les propos haineux qui ont circulé sur certains médias sociaux depuis le décès de madame Rharouity. Ces propos ne sont aucunement représentatifs du profond respect pour la vie humaine que la vaste majorité de nos compatriotes démontre quotidiennement. La vie d’une femme a été fauchée en plein vol, un mari et deux enfants sont en deuil: l’heure est au respect et au soutien de la famille et des proches. »

La caméra de surveillance ne fonctionnait pas

Fait troublant. Les caméras de surveillance de la station de métro n’auraient pas enregistré l’accident. La STM, la compagnie du métro montréalais, doit des explications à l’opinion publique et à la famille de la victime et voire même à la justice. Car moins l’opinion en sait, plus les scénarii les plus fous sur les circonstances de l’accident feront leur chemin…

(mise à jour 02.02.2014) La famille se dit blessée par les commentaires

«Les gens semblent oublier que c’est un être humain qui est mort. Le fait qu’elle portait un voile n’avait rien à y voir. C’est une personne qui est morte dans un accident inhabituel qui a causé la tristesse de centaines de personnes.», selon l’entourage de la victime (le lien sur l’article du tabloïd Le Journal de Montréal est en bas)

Des fleurs et des bougies pour Naima

Un rassemblement est prévu dimanche vers 17:30 à côté de la station de métro où a eu lieu l’accident. Les organisateurs le veulent silencieux et sans partisanerie. Ils invitent tous les Montréalais à y participer.

https://www.facebook.com/events/579012532189683/?context=create&ref=2&ref_dashboard_filter=upcoming

Photos du rassemblement à la mémoire de Naima Rharouithy – Métro Fabre – Montréal

Rassemblement à la mémoire de Naima Rharouity. © Aziz Sebaoui

Rassemblement à la mémoire de Naima Rharouity. © Aziz Sebaoui

La douleur du mari de la défunte  (et dire que pour certains, ca ne se peut pas qu'un musulman aime sa femme et la pleure) - © Jeol Lemay - QMI

La douleur du mari de la défunte (et dire que pour certains, ca ne se peut pas qu’un musulman aime sa femme et la pleure) – © Jeol Lemay – QMI

Rassemblement au à la mémoire de Naima Rharouity. © Joel Lemay - QMI

Rassemblement à la mémoire de Naima Rharouity. © Joel Lemay – QMI

Rassemblement au à la mémoire de Naima Rharouity. © Joel Lemay - QMI

Rassemblement à la mémoire de Naima Rharouity. © Joel Lemay – QMI

Ne pas répondre à la haine par la haine

Lors du rassemblement à la mémoire de Naima, un membre de la communauté marocaine de Montréal, Abdou Zirat. a prononcé un discours sage et émouvant.

En voici un extrait :

« Pour que la mort de Naima ne soit pas vaine, il est important pour nous en tant que Québécois musulmans et en tant que Québécois tout court, d’en faire un symbole. Un symbole de paix et de tolérance.

Alors chers amis, et par amour à la défunte, ne cédez pas à la provocation, ne laissez pas la colère s’emparer de vos cœurs et surtout… ne répondez pas à la haine, par la haine.

Par contre, la famille de la défunte et toute sa communauté exige des autorités de nous dire la vérité, toute la vérité et rien que la vérité au sujet de sa mort. »

Plus d’informations :

Blessés par les commentaires…

Maman est morte et « ils » parlent de son foulard   (La chronique du journaliste Francois Bugingo indigné par tant de haine)

Compilations de quelques propos haineux sur facebook…

Le reportage de Radio Canada …

Le reportage de la chaine TVA…

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ————————

copyright – 2012-2013 – Samir Ben

Obtenir le lien court