Manifestation contre la venue de prédicateurs islamistes radicaux…

août 26, 2013

Ce ne sont pas uniquement les habituels relais islamophobes se cachant parfois derrière une laïcité à géométrie variable qui se sont levés contre la venue au Québec de prédicateurs musulmans radicaux, mais des musulmans ordinaires, pas nécessairement pratiquants, qui viennent d’appeler à manifester pacifiquement le 7 septembre prochain, devant le Palais des congrès de Montréal.

Nader Abou Anas - prédicateur à la mosquée du Bourget (France)...

Nader Abou Anas – prédicateur à la mosquée du Bourget (France)…

Ce jour-là, se tiendra une conférence animée par plusieurs prédicateurs venus d’Europe dont un certain Nader Abou Anas Anas qui prêche dans la mosquée du Bourget en France.  Son discours radical, particulièrement celui sur la femme, scandalise au Québec.

L’alerte a été donnée la semaine dernière par un journaliste du quotidien La Presse spécialisé dans les réseaux islamistes radicaux au Québec et au Canada. Aussitôt le gouvernement québécois a demandé gouvernement fédéral de refuser l’accès au Canada de ces prédicateurs.

La manifestation du 7 septembre est organisé par le collectif Québécois et musulmans contre l’intégrisme et l’islamophobie.

En insistant sur le caractère apolitique de l’événement, les organsiaeteurs se définissent comme « des citoyens québécois actifs pour le tissage des liens entre la communauté musulmane et sa société québécoise. »

« Cet événement, nous permettra de donner une voix aux Québécoises et Québécois musulmans qui appuient l’inclusion et afficher haut et fort leur rejet de toutes formes d’extrémismes religieux ou autres.

Nous estimons que lors de cette conférence, certains droits fondamentaux civils des femmes et des minorités sexuelles seront bafoués.

Nous y serons pour condamner ce genre d’initiatives organisées en sol Québécois. Événements souvent récupérés par des xénophobes pour y associer tous les Québécois musulmans sans distinction. »

Manifeste contre les islamistes et les islamophobes….

Lamine Foura, journaliste et animateur radio, a publié sur facebook ce texte qui pourrait résumer la situation de la majorité silencieuse des musulmans du Québec ou des Québécois d’origine musulmane

Lamine Foura - Journaliste et animateur radio

Lamine Foura – Journaliste et animateur radio

 » Les musulmans, nous sommes pris en otage entre deux extrémismes.  Nous sommes moins musulmans pour les fondamentalistes et nous sommes trop musulmans pour les islamophobes,.

Les fondamentalistes et les islamophobes ont le droit d’exprimer leur opinion mais les premiers n’ont pas le droit de s’accaparer l’Islam et les deuxièmes n’ont pas le droit de s’accaparer les valeurs occidentales.

Le discours Intégriste et le discours islamophobe se nourrissent mutuellement. L’un se justifié par l’autre.

Je ne considère pas islamophobe toute critique envers l’Islam au niveau des débats des idées et je la considère plutôt une opportunité pour les musulmans de se remettre en cause par rapport à leur interprétation de leur texte. Par contre, un discours qui considère tout ce qui vient de l’Islam négatif par défaut et que les musulmans sont des débiles et ne sont pas capable de faire des lectures paraboliques de leur références religieuses serait inacceptable.

Sinon pourquoi ne pas demander que tous les textes de Paul (le Saint) soient retirés des bibliothèques québécoises par peur que les jeunes Québécois aillent être influencés pas son discours anti femme ?

Pourquoi ce n’était pas un scandale quand la majorité des Québécois était très fiers de la possibilité que le nouveau Pape soit Québécois, est ce que c’est une approbation de ce que le Vatican pense des homosexuels, de l’avortement et des femmes ?

Pourquoi ce n’était pas un scandale que la télévision de l’Etat payée pas nos impôts couvre les élections du Pape et présente pendant des semaines des portait du Cardinal Ouellette malgré les positions vis-à-vis de plusieurs sujets considérés comme des valeurs québécoises fondamentales, sur des sujets comme la femme au Vatican.

En fin, même dans notre opposition aux discours fondamentalistes vous voulez nous imposer une vue unique exactement comme les fondamentalistes veulent nous l’imposer. Si nous voulions faire plaisir à quelqu’un pour un intérêt nous l’aurons fait pour l’Arabie Saoudite dans sa propagande religieuse c’est plus payant.

Nos positions nous coûtent cher. Nous sommes les islamistes pour les islamophobes et infidèles pour les fondamentalistes

Lamine Foura

« 

L’écrivain Karim Akouche dénonce…

Karim Akouche l’écrivain originiaire de kabylie en Algérie et auteur d’Allah au pays des enfants perdus a publié une lettre ouverte sur le Huffington Post Québec sous le titre  » Comment pourrais-je me taire ».

L'écrivain Karim Akouche

L’écrivain Karim Akouche

Il met en garde les Québécois contre ces prédicateurs.  »Oubliez donc Céline Dion et Félix Leclerc, brisez vos plumes, brûlez vos bibliothèques, détruisez vos théâtres, éteignez vos lanternes et laissez les fous d’Allah glorifier la mort et le jugement dernier », peut-on lire dans sa lettre publiée il y a quelques jours sur facebook avant sa reprise par le Huffington Post Québec.

« Mais moi qui ai vu prêcher ce genre d’illuminés dans les stades et les rues d’Algérie, au début des années 90, avec pour résultat plus de 200 000 morts et d’infinies souffrances, comment pourrais-je me taire? », dit-il encore.

Réaction des organisateurs

(mis à jour – 31/08/2013)

Conférence de presse des membres du coollectif 1indepenance

Conférence de presse des membres du coollectif 1ndepenance

Le collectif 1depencance (lire indépendance) qui a invité les prédicateurs controversés a finalement tenu une conférence de presse où ils ont défendu leur choix et affirmé que les propos des prédicateurs ont été sortis de leur contexte et tenus hors Canada. Ils reconnaissent, au moins, que les propos tenus sont inadmissibles !

Annulation de la conférence

Finalement, le Palais des congrès de Montréal qui appartient au ministère québécois du tourisme vient d’annuler, pour des raisons de sécurité, la conférence «Entre ciel et terre» qui devait avoir lieu les 7 et 8 septembre.

Les organisateurs n’ont pas dit si la conférence aura lieu ailleurs.

sur facebook : Québécois et musulmans contre l’intégrisme et l’islamophobie…

La couverture de la Télévision de Radio Canada : Des musulmans québécois s’opposent à la venue de prédicateurs radicaux à Montréal…

Lire : La lettre de Karim Akouche…Comment pourrais-je me taire ?…

Lire : le compte rendu de Radio Canada de la conférence de presse des organisateurs de la conférence…

Lire : Le Palais des congrès annule la conférence islamiste…

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ————————

copyright – 2012 – Samir Ben


Les Maghrébins du Québec dénoncent les propos islamophobes d’un chroniqueur

août 23, 2013

Au moment où le gouvernement provincial, minoritaire, du Québec s’apprête à déposer un projet de loi qui interdit, entre autres, le port du foulard dans la fonction publique, les hôpitaux ainsi que dans les garderies, un chroniqueur du Journal de Montréal s’en prend à la communauté musulmane du Québec en l’accusant de « carburer à la haine ».

Monsef Derraji, Président du Congrès maghrébin au Québec (CMQ)

Monsef Derraji, Président du Congrès maghrébin au Québec (CMQ)

Dans sa chronique de mardi dernier, le chroniqueur  qui travaille pour le groupe média Québecor, passe en revue son voisinage multi-ethnique et s’en prend, abruptement,  aux musulmans, y compris ceux qui sont nés au Québec,  dont l’existence même semble déranger.

Cette chronique a fait réagir le Congrès maghrebin au Québec (CMQ), un regroupement fondé en 2009 par des Maghrébins qui ont réussi dans la belle province et qui promeut l’intégration des Maghrébins dans la société d’accueil. « Cette attaque envers la communauté musulmane au Québec ne peut être tolérée dans une société libre et démocratique. Ces propos haineux sont blessants et discriminatoires et vont à l’encontre des valeurs québécoises de respect et de tolérance », estime le CMQ dans un communiqué.

Son président Monsef Derraji, trouve qu’il est  scandaleux « de voir le Journal de Montréal cautionner ces propos racistes. La publication de ce genre de commentaires n’a pas sa place dans notre société et il est du devoir de tout un chacun de dénoncer ces propos haineux ».

A ce propos. Le CMQ demande au Journal de Montréal et au chroniqueur Michel Beaudry « de retirer ces propos et de présenter leurs excuses aux membres de la communauté musulmane dans les plus brefs délais. ».

Comme en 2007 lors des débats sur l’identité québécoise et les accomodements religieux, la loi que devrait proposer le gouvernement provincial ne va pas manquer de provoquer des débats passionés et les déclarations racistes et islamophobes.

A cet effet, le CMQ lance « un appel aux leaders communautaires et religieux, aux femmes et hommes politiques, tous partis confondus et aux Québécois(es) pour dénoncer fermement et clairement ce genre de dérapage ».

« Nous jugeons contre-productif et allant à l’encontre de la cohésion sociale et du bon vivre collectif auquel nous aspirons toutes et tous », estime Mosef Derraji.

Liens : Lire la chronique en question…

Lire le communiqué du Congrès maghrébin au Québec (CMQ)…

Par Samir Ben  Contactez moi

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ————————

copyright – 2012 – Samir Ben


Un iftar à Tokyo…

août 5, 2013

On ne rompt pas le jeûne du ramadan à Tokyo à coup de sushis ou de de makis, mais avec la bonne vieille chorba frik. C’est Toufik Ouamria qui me le raconte à partir du pays du soleil levant. Il y a 13 fuseaux horaires entre Montréal où je me trouve et Tokyo où vit cet Algérien originaire de Sidi Mabrouk-Le bosquet (Constantine).

Toufik O. Tokyo

Toufik O. Tokyo

Toufik est marié à une Japonaise et père de deux fillettes. Agé de 38 ans, il vit au Japon depuis 7 ans après quelques années passées en Corée du Sud.  S’il n’est pas le plus ancien au pays du soleil levant, il est, sûrement, le plus connu de la communauté algérienne qui compte quelques 350 personnes.  Toufik est gérant de restaurant (italien) au complexe Roppongi Hills, un gratte ciel de 54 étages, dans le quartier tokyoïte du même nom connu pour sa vie nocturne et la présence de touristes et d’expatriés.

Chorba et Tadjine zitoutne - Tokyo

Chorba et Tadjine zitoutne – Tokyo

Aujourd’hui (plutôt hier!), l’iftar était à 18:43 (heure de Tokyo). Pendant la semaine et à cause de son travail, il rompt le jeûne sur son lieu de travail, parfois dans une des mosquées de Tokyo ou avec des amis. Mais le week end, sa femme lui prépare des recettes algériennes qu’elle affectionne (chorba frik, tadjine zitoune, bourek…) mais servis dans des plats japonais !

Les soirées du ramadan peuvent aussi signifier les parties de dominos comme au bled ou se rencontrent des Algériens bien installés ou des étudiants algériens des universités japonaises (généralement en sismologie ou en informatique).

Au moment ou Toufik rentrait dormir chez lui à Tokyo, à Montréal il était tout juste midi et demi. Il restait encore 8 heures pour le ftour !!!

Par Samir Ben  Contactez moi nord

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ————————

copyright – 2012 – Samir Ben


Deux Maghrébins à Lac-Mégantic…

août 1, 2013

Ils ne sont pas nombreux les immigrants à Lac-Mégantic, la petite ville qui a été le théâtre, le 6 juillet dernier, de l’explosion en son centre d’un train de 73 wagons transportant du pétrole brut. Bilan : 42 morts et 5 disparus.

Le seul organisme qui s’occupait des immigrants nouvellement arrivés a fermé ses portes il y a quelque temps « faute de subventions », m’explique Rémi Tremblay, le rédacteur en chef de l’hebdomadaire local, l’Echo de Frontenac. Il y a une petite poignée d’immigrants d’origine serbe, quelques Togolais et un Algérien et un Tunisien.

lacmegantic

Les Français qui vivent à Lac-Mégantic ne sont pas considérés comme immigrants. La ville est jumelée à Dourdan, une ville située à une soixantaine de kilomètres au Sud-Ouest de Paris (France).

rails

En visite à Lac-Mégantic ou les drapeaux sont toujours en berne et qui se relève de cette épreuve qui a fait la Une à l’échelle mondiale, j’ai pu voir une population paisible et résiliente qui n’a pas cédé au désespoir. Et comment l’aurait-elle pu avec tout cet élan de solidarité venu de partout au Québec et d’ailleurs. La vie reprend le dessus. A l’image du Musi-Café (le bar ou il y a eu le plus de victimes) qui va ressusciter dans le stationnement du magasin Maxi.  Les travaux de construction du châpiteau sont presque finis.

jai aussi croisé un immigrant d’origine africaine. Il est agent immobilier. Il a des affaires à Lac-Mégantic mais vit à Québec (la capitale de la province). Il ne sait pas encore si l’explosion va toucher son secteur puisque les baux venaient tout juste d’être signés.

Youcef l’Algérien et et Tarek le Tunisien

Youcef B., 34 ans, a quitté l’Algérie (Constantine) pour le Québec comme étudiant, il y 6 ans. Il vit à Lac-Mégantic depuis 7 mois. Ingénieur en climatisation en Algérie, il prépare en ce moment un doctorat en génie industriel à l’université Laval et travaille dans une grande compagnie de fabrication de Panneaux en mélamine basée à la périphérie de la ville.

Le soir de la catastrophe, il avait invité des amis chez lui à Lac-Mégantic pour leur faire découvrir la ville. Ils comptaient aller au centre-ville au bord du Lac pas loin du bistro le Musi-Café ou on a dénombré le plus grand nombre de victimes.

Comme ils étaient fatigués, ils ont reporté la sortie au-lendemain. Il est réveillé au milieu de la nuit par la propriétaire de la maison qui leur demandait d’évacuer les lieux. « Je n’ai pas compris ce qui se passait jusqu’à ce que je vois le champignon de feu dans le ciel. On dirait la bombe atomique d’Hiroshima », me dit Youcef B.

Ils seront hébergés jusqu’au matin chez le beau-frère de la propriétaire qui ne les a pas lâchés à cause des événements. Ils l’ont échappé belle. La maison n’est pas incluse dans la zone rouge ou jaune. Son téléphone n’a pas dérougi. Tous ses amis l’appelaient pour s’enquérir sachat qu’il vit à Lac-Mégantic.

ground_zero

Un de ses collègues n’a pas eu la même chance : Il a perdu un fils de 19 ans dans l’explosion. Youcef et d’autres collègues sont allés à l’église lui présenter leurs condoléances.

Son collègue Tarek Bendhaou n’était pas à Lac-Mégantic le soir de la catastrophe. Il était en vacances, Marié à une Québécoise et père de deux enfants, Tarek est d’origine tunisienne. Il vit au Canada depuis 32 ans. Ingénieur de l’Ecole polytechnique de Montréa, Tarek a travaillé dans plusieurs régions du Québec avant d’atterrir à Lac-Mégantic, il y a 14 ans. Les événements l’ont rapproché encore plus des Méganticois, me dit-il. « Avant, les gens disaient seulement bonjour. Maintenant, ils prennent le temps de demander des nouvelles ».

Sur le parvis de l’église Sainte-Agnès de Lac-Mégantic, en face de ce qui est appelé Ground Zero, les gens s’attardaient sur ce qui reste du centre ville. Ils ne sont pas que des Méganticois. Ce matin, les funérailles d’une des victimes ont eu lieu. Un couple de Montréalais a collé
à un arbre près de l’égélise un texte de solidarité pour les gens de cette ville éprouvée.

L’Echo de Frontenac, le journal local…

Rémi Tremblay est rédacteur en chef de l’hebdomadaire de la région, l’Echo de Frontenac. il fait partie de l’équipe depuis 32 ans. Il est en plein bouclage du dernier numéro. A la Une, la cérémonie de receuillement qui a eu lieu samedi dernier en hommage aux victimes de l’explosion.

Le siège du journal se trouve dans la zone rouge . « La rivière de feu est passée à deux maisons du siège de notre journal », me dit Rémi Tremblay.

Il affirme que personne n’a vu venir la catastrophe quoique, se rappelle-t-il, « cela fait seulement deux ans que les produits dangereux ont commené à être transportés par les trains qui passent par Lac-Mégantic ».

echo_de_frontenac

Le siège du journal n’étant plus accessible, l’équipe a déménagé de l’autre côté de la ville à environ deux kilomètres de la première adresse. Comme Ground Zero est une zone interdite, il faut faire un détour d’environ 8 km pour atteindre la nouvelle localisation adjacente à une caisse populaire.

L’association Hebdos Québec, a fourni au journal une aide de $15 000 qui a permis d’avoir du nouveau mobilier à la nouvelle localisation. Les ordinateurs et des cartons de documents ont pu être récupérés.

Claudia Collard est journaliste à l’Echo de Frontenac. Elle était en plein finalisation d’un article lors de ma visite au journal. Au même moment, un employé ramenait un carton de l’ancien siège plein de documents et effets appartenant à la journaliste. Elle était en vancances le jour fatidique.

Bien que La-Mégantic soit prise d’assaut par les medias, Claudia Collard a pu « accéder sans aucun problème à l’information ». Rémi Tremblay reconnait qu’il y a eu un peu de confusion les deux premiers jours avant que l’accès à l’information atteigne un niveau correct et acceptable.

La Vie continue…

Dans les rues de Lac-Mégantic, il n’est pas rare de croiser de belles voitures de collection. La plus en vue est certainement celle de Jean-Marc Bouffard, une Dodge Regent 1954 avec le logo de Sheriff bien évident sur ses portes et son capot.

voiture

Son sympathique propriétaire est membre du Club des voitures anciennes de Lac-Mégantic. Une exposition est prévue le 14 septembre dans la même ville. La vie continue !

Par Samir Ben  Contactez moi nord

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ————————

copyright – 2012 – Samir Ben


Retour à Montréal…

août 1, 2013

Fini l’Alberta. C’est le temps de rentrer. Je ne ferais pas chemin inverse en voiture. J’opte pour l’avion. Ce sera donc avec Air Canada.

Enfin, ce matin les montagnes rocheuses sont visibles à partir des hauteurs entourant le centre ville de Calgary.  La météo des derniers jours ne permettait pas de voir cette merveille de la nature.

cow_boy

Direction l’aéroport de Calgary. Mon vol est prévu à 12:15 PM. Je devrais être à Montréal à 20:15 avec une escale d’environ une heure à Toronto. Mais chose promise chose due, je dois trouver et envoyer une carte postale à une amie facebook!

Je dois faire un grand détour. La circulation dans le centre ville est fluide, L’heure de pointe du matin est déjà passée. J’en profite pour prendre quelques photos, une main sur le volant et l’autre pour la prise ! Pas de quoi mériter une contravention!

A l’aéroport de Calgary, pas besoin de m’enregistrer, Je l’ai fait sur internet. La carte d’embarquement est un simple code téléchargé sur mon téléphone portable.

On fait appel à l’image du cowboy albertain pour vendre l’Alberta aux touristes. J’avoue que je n’ai pas vu beaucoup de cowboys à Calgary. Je suis arrivé après le Stampede (le plus grand rodéo au monde organisé chaque année au mois de juillet). Plus grand, selon les Calgaryens !

Comme d’habitude, les voyages ramènent leurs lots de petites surprises et désagréments. Premier accroc : Je me mets dans la file  »Nexus » des passagers à destination des Etats-Unis !  Nexus est un système qui permet aux passagers, grâce à une carte spéciale obtenue auprès des services frontaliers américains, de passer rapidement les contrôle à la frontière.

Les personnes qui en bénéficient sont considérées à faible risque. Est-ce que j’en fais partie ? je ne l’ai pas encore demandé ! Résultat de tout ça : J’ai perdu un quart d’heure !

Dans l’avion, je prends place côté couloir. A ma droite une Calgaryenne, maman de deux petits garçons. L’hublot est revenu à l’un de ses enfants. Le papa est avec l’autre, une rangée en avant.

A ma gauche de l’autre côté du couloir, un jeune Sikh avec son turban. Il est en route pour Munich (Allemagne). A côté de lui un Canadien qui n’a pas arrêté de parler pendant les 4 heures de vol.

Le vol Calgary-Toronto assuré par un Airbus A320 a duré près de 4 heures. Je me suis permis quelques conparaisons avec Air Algérie (je ne suis pas adepte de tomber sur tout ce qui est algérien!). Air Algérie dépasse largement Air Canada au chapitre des services gratuits ( 2×32 kg pour Montréal-Alger et les repas compris dans le prix du billet). Sur Air Canada le moindre petit sandwich doit être payé par carte de crédit ! Seule consolation par rapport à la compagnie nationale : Chaque passager a droit à un écran individuel pour passer le temps. Sur Air Algérie, les écrans collectifs sont depuis quelque temps noirs !

J’en profite pour rattraper quelques retards cutlurels (films, docs et musique) !!! Il n’y a pas de canal audio Coran comme sur Air Algérie … Pas d’accomodement pour le ramadan !

cow_boy

Petite frousse

Généralement je suis confiant dans la sécurité de l’aviation. Quoique depuis que je regarde la série de documentaires Mayday sur Canal D, un nano-doute s’est installé dans ma tête !

Aux dernières secondes de sa descente sur l’une des pistes de l’aéroport Pearson de Toronto, le pilote a redressé l’appareil et l’avion et repris de l’altitude ! Silence dans l’avion !

Une des hôtesses nous annonce rapidement qu’en raison d’un encombrement sur la piste, nous allons faire un tour au-dessus de Toronto et redescendre aussitôt que possible. Pas évident de la croire. Ca sentait trop le script de gestion de crise prévu dans la formation du personnel de bord. Un autre silence s’installe.

Serait-ce la fin ? Il y a une chance sur 11 millions de mourir dans un crash d’avion ? Allons nous être cette unique chance !

Une occasion pour moi de voir l’immense étendue de Toronto et de revoir de haut la Tour CN, le lac Ontario et le petit aéroport Billy Bishop du centre ville. J’ai même cru appercevoir le Humber College ou j’ai passé un mois en stage d’immersion d’anglais !

Enfin, le commandant de bord s’adresse à nous, en anglais, et donne les mêmes raisons et nous promet d’atterrir dans moins de 5 minutes. Une des hôtesses traduit aussitôt…mais elle ne mentionne pas les 5 minutes ! J’ai toujours dit que, dans le cinéma, la VO est meilleure que la traduction !

Je restais sceptique. Finalement, on atterrit. Ce n’est qu’à ce moment que les langues se sont déliées et que j’ai pu parler à la passagère à côté de moi !

Toronto

Le petit incident n’a pas retardé notre avion. J’ai pu donc être à l’heure pour le vol Toronto-Montréal. L’airbus A319 est parti à l’heure.   Cette fois-ci j’ai droit au hublot. Pas assez de temps pour voir un documentaire au complet (le vol dure envrion 1 heure).

emirates

Tiens j’apprends une nouvelle chose : le temps porte à porte (gate-to-gate). L »hôtesse annonce  le temps de vol et le temps gate-to-gate. Bon à savoir.

On passe à côté d’un impressionnant Airbus A380 d’Emirates. Tout le monde le zyeutait comme des enfants.

Je me rabats sur les journaux et je mets le canal GPS. Le problème est que mon écran affichait le parcours Londres – Saint-Jean (Terre Neuve et Labrador)!!! Sûrement que l’avion a traversé l’Atlantique la veille ou le matin.

Finalement, on atterrit à Montréal à 20:15 (il est 18:15 à Calgary). L’avion s’arrête près d’un hangar. Ca me rappelle la décennie noire ou les avions d’Air Algérie et leurs passagers devaient passer par des hangars dans les aéroports français.

On est à côté d’un avion de First Air, la compagnie canadienne qui dessert le nord et l’extrême nord. Je m’attarde sur son logo : un ours polaire debout, les pattes avant en l’air ! On peut s’offrir un voyage au grand nord canadien à partir de … 4 000 dollars.

Je prends le 747 (le bus, pas l’avion) qui relie l’aéroport Pierre-Elliott Trudeau, du nom de l’ancien premier ministre et père du multiculturalisme canadien, au centre-ville.  J’arrive, enfin, chez moi. Ma boîte aux lettres est pleine de …. factures !

Par Samir Ben  Contactez moi nord

———————– Prière de prendre note que tout commentaire qui contient des insultes, des propos racistes, islamophobes ou anti-sémites sera systématiquement refusé. Signalez-le moi. Cet espace doit demeurer un lieu de débat contradictoire basé sur le respect de tout un chacun. ————————

copyright – 2012 – Samir Ben