Les Algériens du Québec au-delà du halal…

Les musulmans y compris les Algériens du Québec font périodiquement la Une des journaux. Une réalité qui s’est exacerbée depuis les attentats du 11 septembre et s’est amplifiée avec la crise des accommodements raisonnables au Québec en 2007. Celle-ci a donné naissance à la fameuse commission Bouchard-Taylor qui parfois, malgré toute la bonne volonté des ses co-présidents sociologue et philosophe, s’est transformée en un véritable crachoir islamophobe.

Mais au-delà du sensationnel, le Québec, heureusement n’est pas uniquement peuplé d’animateurs de radios et de télévisions ou de chroniqueurs en mal d’audience, il y a des gens qui vont au-delà de la perception. Ce sont les chercheurs universitaires qui prennent leur temps pour analyser la réalité des choses.

Ainsi, une équipe de la Chaire de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), vient de publier un livre fruit d’un travail de plusieurs années sur la religion au sein de l’immigration. Le Québec APRES Bouchard-Taylor : Les identités religieuses de l’immigration est le tire de ce travail collectif et que viennent d’éditer début mars les Presses de l’Université du Québec. L’ouvrage s’est penché sur plusieurs communautés religieuses. Il est évident qu’au moins un chapitre devait être consacré aux musulmans qui font les manchettes régulièrement.

Frédéric Castel, historien et religiologue de l’UQAM, a consacré un chapitre à l’implantation et aux conditions de vie des Algériens au Québec auquel il a donné le très positif titre « Un mariage qui aurait tout pour marcher ».

Lors du lancement du livre qu’il a dirigé, Louis Rousseau, ancien professeur au Département de sciences des religions à l’UQAM, a affirmé que « l’histoire du Québec nous renseigne que la diversité n’est pas une situation nouvelle pour la province. Les citoyens actuels héritent d’un Etat au pluralisme constitutif et d’une expérience de gestion des différences identitaires y compris religieuses. ». Pour lui, le livre « permettra un meilleur vivre ensemble pour les décennies qui viennent ».

Il soutient que si le gouvernement et les intellectuels « cachent les différences religieuses sous les nuances culturelles, ceci pourrait amener à de dangereuse dérives politiques ». Et ce si on prend en compte l’histoire du rapport de la majorité québécoise avec sa propre religion. Car une société qui a cantonné sa propre religion au domaine privé réagit mal aux décisions judiciaires ou politiques qui accommoderaient d’autres religions dans leur expression publique. A l’adresse de la société québécois, il lance, toutefois, ce conseil : « n’imposez pas immédiatement à des gens qui proviennent de sociétés qui n’ont pas le même tempo et qui étaient dans d’autres contextes le même rythme que le vôtre ». Pour celui qui s’intéresse à « la nouvelle diversité ethnique et religieuse amené au Québec par les courants de la mondialisation culturelle », il n’y a aucun doute que « l’islam est soluble dans la société québécoise ».

Femmes : moins de 15% portent le voile

De son côté, Jean-René Milot, professeur associé et chargé de cours au même département, a co-rédigé avec Raymonde Venditti le chapitre sur les Maghrébins du Québec et la religion.

Pour lui, « les principaux stéréotypes qu’on colle aux Maghrébins et qui ne tiennent pas la route à l’épreuve des faits sont : la barrière de la langue qui n’existe pas comme pour les indo-pakistanais. Il y a aussi le fait que qui dit Maghrébin dit musulman même si une bonne partie des Maghrébin sont musulmans de culture mais pas adeptes de certaines pratiques religieuses qui peuvent poser problème au Québec ».

Le voile ou le Hidjab est porté par « moins de 15% des femmes de la communauté. Mais, c’est ça qui est mis de l’avant et c’est ce que véhiculent les médias ».

Sur le sujet de l’égalité homme-femme. Un stéréotype veut que « les femmes maghrébines sont soumises aux hommes d’une façon millénaire.  La réalité est beaucoup plus nuancée : ce sont les femmes qui gèrent l’immigration et sont autonomes ». Et l’étude n’a été consacrée qu’aux personnes qui fréquentent les mosquées. Un autre cliché tombe à l’épreuve des faits : on suppose que les musulmans sont un bloc monolithique. « On prend une caractéristique d’un groupe de personnes et on l’applique à tous les musulmans. Une fois qu’on a dit musulman on définit 95 % de la personne alors que c’est l’inverse », affirme Jean-René Milot. Il dit qu’il n’a pas peur de la réaction de certains médias québécois. « nous n’aurons pas forcément les medias sur le dos si les gens lisent sérieusement le livre ».

Quid des Algériens du Québec

Dans son chapitre consacré aux Algériens du Québec, Frédéric Castel dévoile des statistiques qui ne sont pas aussi mauvaises qu’on pourrait le penser si on ne va pas au-delà des clichés. La connaissance du français, sujet très sensible au Québec, atteint les 97.7% chez les Algériens du Québec. A peine 2% des Algériens n’entendent que l’arabe (les enfants en bas âge et les personnes âgées). Le chercheur a constaté que si la moyenne de la population québécoise de plus de 15 ans qui n’a pas de certificat d’études secondaires (l’équivalent de la deuxième année secondaire accomplie, en Algérie) est de 30 %, elle tombe à 16.1% des femmes et à 10.9% des hommes originaires d’Algérie. Pour les grades universitaires, 37.6% des femmes et 43.9% des hommes venant d’Algérie en disposent. «Un profil qui encore une fois se révèle fort éloigné de la moyenne québécoise », affirme Frédéric Castel. Contrairement à ce qu’on pouvait prévoir, le taux de scolarité élevé chez les Algériens ne leur garantit pas un travail. Le taux de chômage est de 28%. « pour plusieurs Maghrébins, les blocages dans le monde du travail sont attribués à l’image de la religion véhiculée par les médias », explique le chercheur en s’appuyant sur des conclusions de sources diverses. Toutefois, le taux de chômage baisse avec le nombre d’années de présence.

Une Algérienne sur cinq (21.9%) travaille dans le secteur des soins de santé et de l’assistance sociale (où on trouve les garderies pour enfants). 14.1% des femmes et 9.9% des hommes se retrouvent dans le secteur de l’enseignement. Le domaine scientifique et technique recrute 11.5% d’Algériennes et 15% d’Algériens.

Par ailleurs, « 10.4% des Algériennes exercent une profession dans le domaine  des sciences naturelles appliquées (ingénieurs, entre autres) d’ordinaire une chasse gardée masculine», constate le chercheur. « Elles dépassent dans ce domaine, malgré les stéréotypes, toutes les autres femmes immigrantes et les Québécoises elles-mêmes », conclut-t-il.

On voit bien qu’au delà des clichés, la réalités est plus nuancée que ce qu’affirment les oiseaux de malheurs. Les musulmans ne forment pas un bloc monolithique et les intégristes sont une infime minorité chez ceux qui fréquentent les mosquées. On peut conclure facilement que dans la population musulmane générale, ils sont encore plus minoritaires…Pas si différent que ça d’un monsieur ou d’une madame Tremblay (un nom commun au Québec) tous ces musulmans. Ils se lèvent le matin, préparent leurs enfants pour aller à l’école, vont à leur travail et paient leurs impôts comme tout le monde…

Par Samir Ben

(*) Le Québec APRES Bouchard-Taylor, les identités religieuses de l’immigration
Sous la direction de Louis Rousseau
2012- Presses de l’Université de Québec

Par Samir Ben Contactez moi

copyright – 2012 – Samir Ben

Advertisements

5 réponses à Les Algériens du Québec au-delà du halal…

  1. khelfane lyes dit :

    oubliez un instant les »maghrébins » et passez aux milliers de latinos

    du continent nord américains,aux indiens ,pas ceux de Christophe Colon….,avec et sans jeu de mots,aux Asiatiques si « discrets et gentils » etc trés souvent grenouilles de bénitiers…..

    en prenant le relais Racialiste et raciste institutionnel de ceux qui
    vous méprisent aussi,et tout autant,je veux dirent les Francais, enfin les immigrants espagnols,siciliens,corses,maltais
    devenus Francais,,,,,,de secours et dont l’algérie de désormais Jadis a hérité pour 132 ans…..,et diseurs de messes à la mode
    Lepen…..discours qui a atteint montréal et surtout Québec

    encore sous le charme de charles Martel…et jeanne d’arc…

    les é2Maghrébins » entre autres font par ailleurs d’excellents professeur de Francais,n,est ce pas 2Monsieur Lazhar »

    film démoli par les…. »pures laines à tricoter »

    québécois lisez ,en Francais cette fable d’oesope,plagiée par

    lafontaine… »la paille et la poutre » et faites en votre hymne

    provincial….

  2. khelfane lyes dit :

    excusez moi pour les fautes de frappe, mon clavier est trés sensibles aux émotions et la bêtise crasse
    ainsi vous aurez mis un S à « professeur de francais
    « lyes

  3. amachahu dit :

    Est ce que c’est HALLAL de vivre dans un pays de mécréants, athées et impies??

    Que faites vous dans leur pays??

    La solution est rentrez chez vous MUSULMANS dans vos pays de HALLAL ippissitou!!

    • HolyMolly dit :

      Espèce d’idiot, c’est à cause des gens comme toi que les maghrébins ont une mauvaise image ! Déjà, le mot « hallal » espèce d’ignorant ne s’utilise pas pour un pays ! Et ensuite respecte les autres, ce n’est pas un pays de « mécréant » comme tu dis, chacun a le droit d’avoir sa propre opinion religieuse, ils sont peut être athées qu’importe mais eux au moins contrairement à toi, sont plus ouverts d’esprit ! Toi en tout cas restes chez toi, où tu es c’est sur, je vais immigrer au Canada dans pas longtemps et ça me décevrait beaucoup de rencontrer des gens comme toi qui ne valent RIEN.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :