Québec : Ils sont fous ces musulmans…

avril 27, 2012

Les polémiques sur le voile et le halal finissent toujours par arriver au Québec. Ces controverses à la limite de l’islamophobie, mettent, il est vrai, un peu de temps avant de trouver écho dans les médias et dans l’opinion publique québécoise….mais finissent toujours par arriver.

Article lié : Les Algériens du Québec au-delà du halal..

Mais au-delà du sensationnel, le Québec, heureusement n’est pas uniquement peuplé d’animateurs de radios et de télévision ou de chroniqueurs en mal d’audience, il y a des gens qui vont au-delà de la perception. Ce sont les chercheurs universitaires qui prennent leur temps pour analyser la réalité des choses.

Ainsi, une équipe de la Chaire de recherche en immigration, ethnicité et citoyenenté (CRIEC) de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), vient de publier un livre (*) fruit d’un travail de plusieurs années sur la religion au sein de l’immigration. L’ouvrage s’est penché sur plusieurs communautés religieuses. Il est évident qu’au moins un chapitre devait être consacré aux musulmans qui font les manchettes régulièrement. Un peu plus encore depuis le 11 septembre 2001.

Au delà des clichés, la réalités est plus nuancée que ce qu’affirment les oiseaux de malheurs . Les musulmans ne forment pas un bloc monolitihique et les intégristes sont une infime minorité chez ceux qui fréquentent les mosquées. On peut conclure facilement que dans la population musulmane générale, ils sont encore plus minoritaires…pas si fous que ça tous ces musulmans qui se lèvent le matin préparent leurs enfants pour aller à l’école, vont à leur travail et qui paient leurs impôts comme tout le monde…

Ecoutons le chercheur qui s’est intéressé aux Algériens du Québec :

Frédéric Castel, historien et religiologue à l’Université du Québec à Montréal

Les « musulmans » muets ont toujours tort

Co-auteur d’un ouvrage collectif sur les identités religieuses de l’immigration au Québec(*), Frédéric Castel a consacré tout un chapitre à l’implantation et aux conditions de vie des Algériens au Québec. Il lui a donné un titre très positif : « Un mariage qui aurait tout pour marcher ». Il trouve que la relation des Algériens avec la religion est à géométrie variable puisque on peut même trouver des féministes voilées, entre autres. Le problème réside dans la perception de la société d’accueil, pour qui tous les Algériens et les musulmans sont fondamentalistes, or ces derniers représentent une infime minorité.

El Watan – Qu’est-ce qui caractérise la communauté algérienne au Québec, et pourquoi vous la définissez par rapport à sa religion ?

Frédéric Castel – Elle n’est pas définie par rapport à sa religion. L’équipe de recherche s’intéresse à la religion point. Je peux comprendre que ça peut déranger les Algériens de voir leur identité réduite à la religion. Ce n’est pas l’intention du livre. Celui-ci étudie la religion des immigrants et forcément celle des Algériens. D’ailleurs, je le dis, dans la conclusion de mon article dans le livre que le rapport des Algériens à la religion est à géométrie variable : il y en a qui sont très religieux, d’autres moyennement ou pas du tout religieux et il y en a qui sont anti-religieux. On peut trouver des laïcs, des féministes voilées ou pas, des laïcs, etc.  Pour un Québécois c’est incompréhensible. A l’inverse d’autres communautés (cambodgienne, tamoule…) qui ont un rapport à la religion plus simple, les Algériens ont une relation plus variée, nuancée et je dirais même compliquée avec leur religion. Ceci pour la première caractéristique.
En second lieu, on trouve que 40% des hommes ont des diplômes universitaires, soit deux fois la moyennes québécoise. Ce qui va surprendre plus les lecteurs, c’est la proportion de femmes universitaires. Elles sont les plus instruites chez les immigrantes.

El Watan – Est-ce que l’islam est un frein à l’intégration professionnelle ?

F.C. – Il est vrai que j’ai dit ceci dans ma partie du livre. Je faisais référence à l’image de l’islam qui n’aide pas les Algériens. Compte tenu du contexte dans lequel nous sommes et où on s’inquiète de l’immigration arabo-musulmane. Il y a un discours qui est en train d’émerger qui affirme que les arabes ont des difficultés d’adaptation. Je ne fais pas l’affirmation. Au contraire, si vous consultez la partie du livre de Mr Milot, pour la majorité des Algériens et des Maghrébins, l’islam ne dérange pas.

Ils peuvent même être de bons citoyens si les principes islamiques qui les animent c’est d’être de bonnes personnes, des personnes honnêtes, avoir une bonne éthique…ça pourrait même aider à l’intégration. Par contre, il y a une frange, même si elle est minime, composée d’intégristes pour laquelle l’islam nuit.

Le drame algérien, maghrébin au Québec est que tout le monde croit que la marge est majoritaire.  Elle est minime mais tapageuse. Ce sont ceux-là qui demandent des accommodements raisonnables du genre « notre fille ne doit pas écouter de la musique » tel que rapporté par la presse – ce ne sont pas des inventions, ce sont des cas réels. Le drame des Québécois et qu’ils croient que beaucoup de musulmans sont ainsi.

El Watan – On peut reprocher à la société d’accueil des défauts, mais les musulmans ont aussi leurs travers. Qu’est ce qu’on peut leur reprocher ?

F.C. – Faire l’effort d’être tout simplement de bons voisins. Quand on fait des choses qui sont dans l’ordre des habitudes des arabes et des Maghrébins, il faut prendre conscience que si elles nuisent au vivre ensemble, il faut se demander s’il est possible d’agir autrement. Comme pour la prière qu’il est possible de reporter… Certains exigent de leurs patrons, par exemple, une pause pour la prière à une heure particulière…après ils exigent qu’il n’y ait pas d’alcool, de manger halal … le problème est que c’est un petit groupe mais on le retrouve un peu partout …C’est le cumul de tout ça qui donne l’impression qu’ils sont la majorité.

Et comme la majorité des Algériens sont muets, c’est normal que les Québécois trouvent insupportables ce modèle d’immigrants. On dit que les absents ont toujours tort et moi je dis que les muets [les musulmans, NDLR] ont toujours tort.

El Watan – Est-ce que l’interculturalisme québécois avec un Etat de droit ne suffisent-ils pas à un vivre ensemble harmonieux ?

F.C. – Sur papier oui. Le problème est toujours cette minorité qui fait partie de l’immigration qui semble ne pas pouvoir s’intégrer. Soit parce qu’elle est conservatrice et ne se mêle pas de la vie publique, soit parce qu’elle demande constamment des accommodements raisonnables.  Il y a l’émergence de petits cas qui agacent la société.

El Watan – Dans votre conclusion, vous affirmez que Djemila Benhabib qui combat, quand même, l’islamisme politique et ses dérives violentes, et Ahmed Ressam, condamné pour terrorisme ont façonné l’image des Algériens au Québec…N’y allez-vous un peu fort en les mettant tous les deux dans le même sac ?

F.C. – Ce que je veux dire, c’est que nous sommes dans une phase de l’histoire du Québec où l’image du Maghrébin, parce que pour le Québécois lambda il n’y a pas de différence entre Algériens et Maghrébins, a commencé à se dégrader avec Ressam et continue et achève avec Djemila Benhabib. Elle parle constamment dans les médias des cas qui agacent, les cas de non adaptation avérée (la petite fille dont les parents exigent qu’elle porte un casque pour ne pas écouter la musique…). Le fait de les commenter et d’accuser l’islam et non l’islamisme et le fondamentalisme d’être la source de ce problème. Le fait d’en parler constamment, fait qu’on parle des Maghrébins. Ressam et Djemila Benhabib n’ont pas de liens. Ils représentent les deux extrêmes. Le premier a lancé le bal des stéréotypes de l’arabe ou du maghrébin mental qu’on s’est construit. Et Djemila Benhabib vient clore cet échafaudage. On ne peut pas lui reprocher le fond. La plupart des gens relativement instruits sont d’accord que les faits qu’elle dénonce sont vraiment dénonçables. Le problème est qu’elle donne l’impression au grand public qui ne connaît pas la communauté maghrébine ou arabe que l’intégrisme est la norme dans celle-ci. Pour elle, il y a deux façons d’être musulman : être pratiquant et donc non intégrable ou bien être non pratiquant de culture musulmane intégrable, sans reconnaître qu’il y a un modèle entre les deux où on peut pratiquer sa religion et être intégré et citoyen actif. Ce côté binaire est un peu dangereux et nuisible pour l’image de la communauté.

Propos recueillis par Samir Ben

Article lié : Les Algériens du Québec au-delà du halal..

(*) Le Québec APRES Bouchard-Taylor, les identités religieuses de l’immigration
Sous la direction de Louis Rousseau
2012- Presses de l’Université de Québec

Par Samir Ben Contactez moi

copyright – 2012 – Samir Ben


Les Algériens du Québec au-delà du halal…

avril 27, 2012

Les musulmans y compris les Algériens du Québec font périodiquement la Une des journaux. Une réalité qui s’est exacerbée depuis les attentats du 11 septembre et s’est amplifiée avec la crise des accommodements raisonnables au Québec en 2007. Celle-ci a donné naissance à la fameuse commission Bouchard-Taylor qui parfois, malgré toute la bonne volonté des ses co-présidents sociologue et philosophe, s’est transformée en un véritable crachoir islamophobe.

Mais au-delà du sensationnel, le Québec, heureusement n’est pas uniquement peuplé d’animateurs de radios et de télévisions ou de chroniqueurs en mal d’audience, il y a des gens qui vont au-delà de la perception. Ce sont les chercheurs universitaires qui prennent leur temps pour analyser la réalité des choses.

Ainsi, une équipe de la Chaire de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), vient de publier un livre fruit d’un travail de plusieurs années sur la religion au sein de l’immigration. Le Québec APRES Bouchard-Taylor : Les identités religieuses de l’immigration est le tire de ce travail collectif et que viennent d’éditer début mars les Presses de l’Université du Québec. L’ouvrage s’est penché sur plusieurs communautés religieuses. Il est évident qu’au moins un chapitre devait être consacré aux musulmans qui font les manchettes régulièrement.

Frédéric Castel, historien et religiologue de l’UQAM, a consacré un chapitre à l’implantation et aux conditions de vie des Algériens au Québec auquel il a donné le très positif titre « Un mariage qui aurait tout pour marcher ».

Lors du lancement du livre qu’il a dirigé, Louis Rousseau, ancien professeur au Département de sciences des religions à l’UQAM, a affirmé que « l’histoire du Québec nous renseigne que la diversité n’est pas une situation nouvelle pour la province. Les citoyens actuels héritent d’un Etat au pluralisme constitutif et d’une expérience de gestion des différences identitaires y compris religieuses. ». Pour lui, le livre « permettra un meilleur vivre ensemble pour les décennies qui viennent ».

Il soutient que si le gouvernement et les intellectuels « cachent les différences religieuses sous les nuances culturelles, ceci pourrait amener à de dangereuse dérives politiques ». Et ce si on prend en compte l’histoire du rapport de la majorité québécoise avec sa propre religion. Car une société qui a cantonné sa propre religion au domaine privé réagit mal aux décisions judiciaires ou politiques qui accommoderaient d’autres religions dans leur expression publique. A l’adresse de la société québécois, il lance, toutefois, ce conseil : « n’imposez pas immédiatement à des gens qui proviennent de sociétés qui n’ont pas le même tempo et qui étaient dans d’autres contextes le même rythme que le vôtre ». Pour celui qui s’intéresse à « la nouvelle diversité ethnique et religieuse amené au Québec par les courants de la mondialisation culturelle », il n’y a aucun doute que « l’islam est soluble dans la société québécoise ».

Femmes : moins de 15% portent le voile

De son côté, Jean-René Milot, professeur associé et chargé de cours au même département, a co-rédigé avec Raymonde Venditti le chapitre sur les Maghrébins du Québec et la religion.

Pour lui, « les principaux stéréotypes qu’on colle aux Maghrébins et qui ne tiennent pas la route à l’épreuve des faits sont : la barrière de la langue qui n’existe pas comme pour les indo-pakistanais. Il y a aussi le fait que qui dit Maghrébin dit musulman même si une bonne partie des Maghrébin sont musulmans de culture mais pas adeptes de certaines pratiques religieuses qui peuvent poser problème au Québec ».

Le voile ou le Hidjab est porté par « moins de 15% des femmes de la communauté. Mais, c’est ça qui est mis de l’avant et c’est ce que véhiculent les médias ».

Sur le sujet de l’égalité homme-femme. Un stéréotype veut que « les femmes maghrébines sont soumises aux hommes d’une façon millénaire.  La réalité est beaucoup plus nuancée : ce sont les femmes qui gèrent l’immigration et sont autonomes ». Et l’étude n’a été consacrée qu’aux personnes qui fréquentent les mosquées. Un autre cliché tombe à l’épreuve des faits : on suppose que les musulmans sont un bloc monolithique. « On prend une caractéristique d’un groupe de personnes et on l’applique à tous les musulmans. Une fois qu’on a dit musulman on définit 95 % de la personne alors que c’est l’inverse », affirme Jean-René Milot. Il dit qu’il n’a pas peur de la réaction de certains médias québécois. « nous n’aurons pas forcément les medias sur le dos si les gens lisent sérieusement le livre ».

Quid des Algériens du Québec

Dans son chapitre consacré aux Algériens du Québec, Frédéric Castel dévoile des statistiques qui ne sont pas aussi mauvaises qu’on pourrait le penser si on ne va pas au-delà des clichés. La connaissance du français, sujet très sensible au Québec, atteint les 97.7% chez les Algériens du Québec. A peine 2% des Algériens n’entendent que l’arabe (les enfants en bas âge et les personnes âgées). Le chercheur a constaté que si la moyenne de la population québécoise de plus de 15 ans qui n’a pas de certificat d’études secondaires (l’équivalent de la deuxième année secondaire accomplie, en Algérie) est de 30 %, elle tombe à 16.1% des femmes et à 10.9% des hommes originaires d’Algérie. Pour les grades universitaires, 37.6% des femmes et 43.9% des hommes venant d’Algérie en disposent. «Un profil qui encore une fois se révèle fort éloigné de la moyenne québécoise », affirme Frédéric Castel. Contrairement à ce qu’on pouvait prévoir, le taux de scolarité élevé chez les Algériens ne leur garantit pas un travail. Le taux de chômage est de 28%. « pour plusieurs Maghrébins, les blocages dans le monde du travail sont attribués à l’image de la religion véhiculée par les médias », explique le chercheur en s’appuyant sur des conclusions de sources diverses. Toutefois, le taux de chômage baisse avec le nombre d’années de présence.

Une Algérienne sur cinq (21.9%) travaille dans le secteur des soins de santé et de l’assistance sociale (où on trouve les garderies pour enfants). 14.1% des femmes et 9.9% des hommes se retrouvent dans le secteur de l’enseignement. Le domaine scientifique et technique recrute 11.5% d’Algériennes et 15% d’Algériens.

Par ailleurs, « 10.4% des Algériennes exercent une profession dans le domaine  des sciences naturelles appliquées (ingénieurs, entre autres) d’ordinaire une chasse gardée masculine», constate le chercheur. « Elles dépassent dans ce domaine, malgré les stéréotypes, toutes les autres femmes immigrantes et les Québécoises elles-mêmes », conclut-t-il.

On voit bien qu’au delà des clichés, la réalités est plus nuancée que ce qu’affirment les oiseaux de malheurs. Les musulmans ne forment pas un bloc monolithique et les intégristes sont une infime minorité chez ceux qui fréquentent les mosquées. On peut conclure facilement que dans la population musulmane générale, ils sont encore plus minoritaires…Pas si différent que ça d’un monsieur ou d’une madame Tremblay (un nom commun au Québec) tous ces musulmans. Ils se lèvent le matin, préparent leurs enfants pour aller à l’école, vont à leur travail et paient leurs impôts comme tout le monde…

Par Samir Ben

(*) Le Québec APRES Bouchard-Taylor, les identités religieuses de l’immigration
Sous la direction de Louis Rousseau
2012- Presses de l’Université de Québec

Par Samir Ben Contactez moi

copyright – 2012 – Samir Ben


La stratégie canadienne de Amara Benyounes…

avril 27, 2012

Tous les grands partis ont fui le Canada et les Etats-Unis pour l’Europe à l’occasion des élections législatives.
Fawzi Bendimerad (www.fawzibendimerad.com), du Mouvement populaire algérien (MPA) de Amara Benyounes,  adopte une stratégie diamétralement opposée. Il concentre ses efforts sur l’Amérique du Nord.  Son suppléant fait le reste en Europe.

La dernière ligne droite, il la passe à Montréal pour amasser un maximum d’appuis qui lui ouvriraient les portes de l’Assemblée populaire nationale (APN).

Sa stratégie sera-t-elle payante ? On le saura à la clôture du vote le jeudi 10 mai 14:00 (heure de Montréal).

Le vote de la diaspora algérienne s’étalera du 5 au 10 mai.

Par Samir Ben Contactez moi

copyright – 2012 – Samir Ben


Journal d’une non-campagne au Canada : J-9

avril 26, 2012

Montréal est l’orpheline des législatives du 10 mai prochain.  Ce n’est qu’aujourd’hui que les affiches de campagne électorale sont apparues sur une  vitrine d’un commerce tenu par un Algérien sur la fameuse rue Jean Talon au coeur du Petit Maghreb.

Et question design, elles ne brillent pas par une grande créativité.  Et ce sont seulement les affiches de 2 candidats du Canada et d’un autre des Etats-Unis.

Le centre du monde est en Europe (entre la Grande-Bretagne et l’Espagne) où le nombre d’inscrits sur les listes électorales pèse plus lourd que toutes les Amérique. Les états majors des grands partis l’ont bien compris. Ils ont choisi leur tête de liste en Europe.

Ces mêmes têtes de liste ne comptent même pas venir à Montréal pour rencontrer les électeurs. On table beaucoup sur facebook et internet en général.

L’administration, cette grosse machine bureaucratique, s’entête à ne fournir aux candidats que la liste des électeur de leurs pays de résidence….Il y a comme une chose qui échappe au bon sens…

CLIQUER ICI pour La liste des candidats de la zone 4 (Europe hors France, Canada, Etats-Unis et le reste de l’Amérique)

Par Samir Ben Contactez moi

copyright – 2012 –Samir Ben


Journal d’une non-campagne au Canada : J-12…

avril 24, 2012

Voter ? non, choisir un numéro de liste ! Où avais-je la tête ? Oubliez le nom du parti, le ou la candidate tête de liste, le suppléant, le programme, l’avenir du pays, la démocratie…et rappelez vous d’une seule chose : LE NUMERO DE LA LISTE !

La consigne commence à circuler à Montréal : On vous file directement le no pour lequel voter et basta !

Pas bête comme démarche. Intelligente même ! ce qui compte c’est que notre député(e) se catapulte haut, très haut, tellement haut qu’il ne se rappellera plus  ceux qui sont restés bas, très bas…

La liste des candidats de la zone 4 (Europe hors France, Canada, Etats-Unis et le reste de l’Amérique)

Par Samir Ben Contactez moi

copyright – 2012 – Samir Ben


On votera bien au Canada…

avril 23, 2012

Au Canada, le vote est prévu du samedi 5 au jeudi 10 mai

Je ne sais pas pourquoi des confrères insistent à dire qu’il n’y aura pas de vote au Canada ? Il est vrai que vu d’Alger, et quand on n’est pas un(e) habitué(e) des us et coutumes politiques canadiennes, on peut tirer facilement des conclusions erronées à la lecture de documents du gouvernement canadien.

Ces documents sont disponibles sur Internet (Les élections étrangères au Canada et les circonscriptions électorales étrangères).

Il n’y a aucune loi canadienne qui interdit aux autres pays d’inclure le Canada dans une circonscription. Il y a une note du ministre des affaires étrangères qui a été envoyées à toutes les chancelleries. La nuance est de taille pour celui qui veut bien prendre la peine de voir la différence..

Dans la pratique, ceci se traduit par un vote dans les locaux diplomatiques des pays concernés. Ce fut le cas pour la Tunisie et ce le sera pour l’Algérie en mai et la France en juin.

L’ambassadrice du Canada à Alger le sait certainement. On ne comprend toujours pas sa sortie d’hier sur les colonnes de notre confrère LIBERTE ?

CLIQUER ICI POUR VOIR LA LISTE DES CANDIDATS AUX ELECTIONS LEGISLATIVES DANS LA ZONE 4

C’est culturel. C’est toujours la faute aux autres. Et Halim Benatalllah, le ministre en charge de la communauté à l’étranger, n’a pas dérogé à la règle.
Il nous a fait « peur » au début du mois de mars, le 6 précisément à l’occasion d’une conférence de presse. Il a mis de l’avant la possibilité que les autorités canadiennes refusent de nous laisser voter le 10 mai prochain.
Soit. Mais même dans le cas où elles refuseraient, elles ne pourront pas nous empêcher de voter au consulat général d’Algérie(au 3415, rue St-Urbain) ou à l’ambassade algérienne à Ottawa (au 500 Wilbrod Street).
Alors, on est en droit de se demander quelle mouche a piqué notre ministre ?
Nous ne serons pas les seuls menacés par le gouvernement canadien. Les Français aussi. Ils devront choisir leurs députés le 10 juin prochain. Et ils comptent voter au Canada.

Les élections françaises s’invitent à Montréal….(journal metro du 2/4/2012)

Les Tunisiens ont aussi voté ici pour leur assemblée constituante malgré le refus des Canadiens.Un refus, qui n’a aucun effet à l’intérieur des locaux diplomatiques.

Au Canada, nous avons la mémoire courte : en 2007, nous avons voté au consulat et à l’ambassade. Alors quelle est la nouveauté en 2012 ? Je n’en vois aucune sauf peut-être le souci de garder de bonnes relations avec les autorités canadiennes. Celles-ci n’arrêtent pas de le répéter : aucune autorisation de vote si le Canada est considérée comme circonscription électorale. Dans notre cas, il l’est effectivement dans la zone 4.

En tous cas, le consulat vient d’annoncer que le vote aura lieu du Samedi 05 mai 2012 au Jeudi 10 mai 2012 de 9h00 à 20h00.

Par Samir Ben Contactez moi

copyright – 2012 – Samir Ben


Journal d’une non-campagne au Canada : J-14

avril 22, 2012

La discussion se passe sur les ondes d’une radio montréalaise.  Aissa Lamri, le populaire animateur de l’émission Montréal Labess de Radio centre-ville (une radio communautaire du Montréal multiethnique) a ouvert l’antenne à ses fidèles auditeurs en ce samedi soir (14.04). Ca parlait d’élections législatives du 10 mai prochain, le peu d’intérêt que ca suscite dans la communauté, leur non-crédibilité auprès d’un électorat blasé…

L’un des intervenants, un jeune étudiant algérien de 26 ans récemment arrivé à Montréal pour poursuivre ses études, a raconté comment depuis son arrivée au Canada, il a déjà participé  au vote des associations étudiantes québécoises qui veulent arrêter la hausse des frais de scolarité…

 »C’est la première fois de ma vie où j’ai senti que vraiment ma voix va compter. Avant, je ne votais jamais au pays ».

Si le système veut que le taux participation soit exceptionnel, il aurait fallu qu’il y travaille bien avant en reconstruisant la confiance que les Algériens ont perdu en ce même système.  »Il lui faudra revenir la semaine prochaine » comme disaient les  »méchants » examinateurs pour le permis de conduire au bon vieux temps…

La liste des candidats de la zone 4 (Europe hors France, Canada, Etats-Unis et le reste de l’Amérique)

Par Samir Ben Contactez moi

copyright – 2012 – Samir Ben


La liste des candidats de la zone 4 (Europe hors France, Canada, Etats-Unis et le reste de l’Amérique)

avril 22, 2012

Les électeurs auront au moins le temps de faire le choix pour les élections qui auront lieu du samedi 5 au jeudi 10 mai 2012 dans la zone 4 (Europe hors France, Canada, Etats-Unis et le reste de l’Amérique)

Partis

 

Tête de liste et second

 

Suppléants

 

Listes déposées en Espagne

1. FRONT DE LIBERATION

NATIONALE (F.L.N)

1. BELMEDDAH NOUREDDINE

 

Site web du candidat

2. SEMDANI SAMIA

1. TABET NOURA

2. CHOHRA SAID

2 – RASSEMBLEMENT NATIONAL DEMOCRATIQUE (R.N.D)

1. BENARBA LAHOUARI

site web du candidat

2. BAHBAH NABIHA NADERA

1. LAGHA ABDELAZIZ

2. CHAOUCHI LYNDA

3 – FRONT EL MOUSTAKBAL (F.M)

1. HADJ DJILANI NEE BENSOUDA SAMIRA

Site web de la candidate

2. NEDJADI MOHAMED

1 .MOUSSAOUI REDOUANE

.2. BOUHRAOUA SANA

Listes déposées en Belgique

4. FRONT DES FORCES SOCIALISTES

(F.F.S)

1. AMAROUCHE BELKACEM

Site web du candidat

2. BOURAS RYMA LEILA

1. BOUDISSA DJAMILA

2. ARROUDJ SLIMANE

 

5. FRONT NATIONAL ALGERIEN

(F.N.A)

1. BELAICHE ABDERRIDA

2. ABID NOURA

1. BOUAZZA NEE YAHIAOUI FAHIDA

2. OULDJI ABDELAZIZ

Listes déposées en Grande Bretagne

6. MOUVEMENT DES

NATIONALISTES LIBRES (M.N.L)

1. MOHAMED SLIMANE

2. LOUCIF ARBEB

1. MOHAMMED MARICHE SALAH

2. IDIR NAWAL

7. MOUVEMENT EL ISLAH (M. ISLAH)

1. YOUSFI MOHAMED MOSSADEK

2. YAHIAOUI NEE KHEIDER NADIA

1. LAOUABDIA SELLAMI FAIZA VVE

YOUSFI

2. YAHIAOUI MUSTAPHA

8. ALLIANCE (ALGERIE VERTE)

1. EL HOUARI ABDESSAMED

2. AMIR NEE BOULNOUAR DJAMILA

1. FEKROUNE RIADHE

2. OTHMANI KHEIRA EPOUSE

BOUSSAID

Listes déposées aux Etats-Unis

9. RASSEMBLEMENT ALGERIEN

(R.A)

1. HAFASSA ABDELFETAH

Site web du candidat

2. BOULAKHRAS DJAMILA NEE MAIDI

1. OULMANE MOHAMED

2. DJENADI NEE BOUBEKER SAFIA

10. PARTI EL ADALA

1. BENLARBI SAMIR

2. SADOUKI DALILA NEE HAMA

1. TAKHEROUBT FATEH

2. MEKNASSI NORA NEE RAMDANI

11. PARTI EL KARAMA

1. GAHCHE MOHAMED

2. TAMAJNIT NEE SMAHI SAMIA

1. KEDJOUR ZINEDDINE

2. ABIDI NEE HAMITOUCHE MOUNA

12. FRONT NATIONAL POUR LA JUSTICE SOCIALE (F.N.J.S)

1. DARRADJI DJAMEL

Site web du candidat

2. BEN ABBES AICHA BAYA

1. LEZZAM LARBI

2. HAMLIL NEE BENAIHA MERIEM

13. MOUVEMENT POPULAIRE

ALGERIEN (M.P.A)

1. BENDIMERED MOHAMMED FAOUZI

Site web du candidat

2. BENCHAREF NEE BENMOUSSET

TOURIA

1. CHERIF HADJ MOHAMMED

2. SAI NADJET AMAL

Listes déposées au Canada

14. UNION DES FORCES

DEMOCRATIQUES ET SOCIALES

(U.F.D.S)

1. BOUDJEMLINE FOUED

Site web du candidat

2. MIDOUN NEE LOUAHED DJAMILA

 

1. BAHARI HOCINE

2. BOUDJEMLINE NEE BOUZENAD

RADIA

 

15. PARTI PATRIOTIQUE LIBRE (P.P.L)

1. GACEB HOURIA

2. BENFEDDA ABDERRAHMANE

1. DRIAD NEE BELLAH SAMIRA

2. MERINE NASS LAH

16. FRONT NATIONAL POUR LES

LIBERTES (F.N.L)

1. MAHDADI MOHAMED NOUREDDINE

Site web du candidat..

2. MAHDADI NEE ABROUS SALIHA

1. KHALECHE LYACINE

2. KHALECHE NEE KHALECHE

SABRINA

17. PARTI DU RENOUVEAU ALGERIEN

(P.R.A)

1. MIDOU SAID

2. MIDOU NEE BENNABI WASSILA

1. LECHEHEB ABDELHAK

2. LECHEHEB NEE SAID ERRAHMANI

RADIA

(source : Consulat général d’Algérie à Montréal…)

Par Samir Ben Contactez moi

copyright – 2012 – Samir Ben


Un printemps kabyle…

avril 20, 2012

Le 20 avril 1980 continue à mobiliser la communauté berbère en général et kabyle en particulier et bien sûr tous ceux qui croient qu’une Algérie plurielle est possible, pour peu que tout le monde mette ses appréhensions et ses démons de côté…
A montréal, la série de concerts de chanteurs kabyles qui s’annonce va certaienement marquer ce 32ème anniversaire d’un événement qui s’est passé du temps où il n’y vait ni internet,  ni twitter encore moins Al Jazeera….

1 – Le premier gala est prévu ce samedi au collège Maisonneuve à partir de 20h00. Il est organisé par l’Association des berbères du Canada (ABC). Il sera animé par Malika Domrane, en compagnie de Hamid Matoub et Ferhat Iguercha. Le chanteur algéro-montréalais Brahim Sedik assurera la première partie.

 

2 – Le 12 mai prochain, ce sera au tour de Takfarinas. Il est invité par Nomads Cultures Production (NPC). Le concert de Takfarinas est prévu à partir de 20 h00 dans la grande salle du centre sportif Marie-Victorin à Montréal-Nord. Takfarinas se produira avec l’ensemble de son orchestre.

 3 – Le vendredi 1er juin, ce sera le grand événement avec Lounis Aït Menguellet. Il devra donner son concert à partir de 20h00 à la salle l’Olympia de Montréal. Cinq musiciens dont son fils Djaffar l’accompagneront. Il est invité par le  producteur Jet-Set Montréal. Les billets pour le concert de Lounis Ait Menguellet sont disponibles exclusivement au salon de thé Tikjda sur la rue Bélanger.
Pour ceux qui habitent à Ottawa – Gatineau, il peuvent s’adresser au Théâtre du Renouveau Amazigh (TRA) à travers cette adresse courriel pour achter leurs billets : info@tra-aaa.com

Voici un excellent témoignage de Khelifa Hareb, un militant de la jeune génération de la cause amazighe. Il vit à Montréal. Si vous hésitez encore à aller au concert de Lounis Ait Menguellet, vous changerez certainement d’avis après ce texte !

 
«   DaLounis Ait menguellet est simplement l’un des piliers de la chanson kabyle. Il est même un de ses symboles….Puisant dans plusieurs registres, tous ses albums sont bons! Quand on écoute un de ses albums, on croit qu’il est le meilleur, mais ce constat tombe à l’eau dès que l’on se met à écouter un autre! Difficile de faire le choix! C’est indubitablement là que réside le génie de cet artiste, contrairement aux autres chanteurs que l’on désigne par un de leur tube, le best de leur carrière. Dalounis est le poète en langue millénaire qui nous apprend la résistence sans laquelle notre culture disparaîtra. Il nous a toujours enseigner la sagesse, la dignité et la résilience même devant l’adversité. Mais bien qu’ils soient puisés dans ce répertoire, ces messages sont cependant universels. En effet, des proverbes du sage kabyle Cheikh Mohand Oulhocine  » Ifer ibawen Yegman d asawen Xlan-tt âecra Yehya-tt-id yiwen » « Plante de fève Poussée vers le haut Dix peuvent l’anéantir Un seul peut la ressus », à la traduction du chanteur engagé belge Jacques Brel, notamment la chanson «Regarde bien petit »   »Muqal kan wi di ruhen », en passant par la traduction magistrale de l’œuvre philosophique de l’Italien Nicolas Machiavel dans sa chanson ‘Ammi’, sans oublier la récente traduction de la plus belle phrase du Français Roger Mondoloni: « Changer le monde commence par se changer soi-même »: « wib ɣan attssagam issgam iman-is »….
Dalounis a su comprendre l’âme kabyle contemporaine. Il a su la traduire en poésie, cela en chantant l’amour, la politique, … la vie en générale. Aussi à l’aise dans l’interprétation des sujets qui renvoient à son propre vécu, à ses propres expériences de la vie qu’aux expériences des autres, ses contemporains. Ainsi dans la chanson « el’ɣarva n 45", il a chanté l’émigration ou l’exil (un fléau qui a touché des pans entiers d’Algériens, les Kabyles en particulier), comme quelqu’un qui l’a vécu sans l’être réellement. Sa force est de loin sa capacité à traduire le monde dans ses chansons avec des mots simples, mais avec un verbe ciselé. Pour cela, il demeurera, pour moi, pour nous tous, le génie poétique éternel et inégalable. »   Khelifa Hareb.
 

Par Samir Ben Contactez moi

copyright – 2012 – Samir Ben


http://www.mediasmaghreb.ca/

avril 20, 2012

Médias Maghreb


Suivre

Recevez les nouvelles publications par courriel.

Joignez-vous à 186 autres abonnés